à ma zone

le stratocumulus

par Alexia Mourey - 8 avr. 2017

avis de temps tête

Un vilain stratocumulus me squatte la cime. Et rien n’à faire, que je marche, trottine ou pédale, il ne me quitte pas ! J’ai fait couper mes cheveux très courts pensant qu’il était coincé dans un épi, aucun effet, il est toujours là ! Mais c’est quoi un stratocumulus ?

Bon, vous l’avez compris, on ne va pas en faire une maladie ! Enfin... j’espère pas ! Si on dissèque un stratocumulus, on y trouve un peu de poisse et un petit bout de cafard. Au début, j’avais pas compris que j’avais un stratos’. Oui, je l’appelle par son p’tit nom, on est intime maintenant ! Donc, vu que personne ne m’avait avertie, je persévérais, et vas-y que je m’agite à droite, à gauche, que je me lance dans des performances culinaires, ménagères, sexuelles, professionnelles, maternelles ! Echec sur échec. Lasagnes qui finissent par terre avant d’avoir vu le moindre estomac, cadenas de vélo qui refuse obstinément de desserrer les crocs, session de repassage qui finit immanquablement par un badigeonnage de biafine®, machine qui perd les eaux en plein essorage, et sexuellement je ne vous raconterai pas la brouette qui capote, même si on commence à se connaître... Coquines ! Un peu de dignité ?! Déjà que je me balade avec cette masse sombre au-dessus de la tête!

Comment j’ai constaté que c’était un stratos’ ? Il y a quelques domaines dans lesquels je me débrouille plutôt pas mal, normalement... Quand j’ai vu que même là, ça partait en coui... cacahouètes, j’ai compris que c’était la guigne ! Evidemment, à ce moment-là, pas de prospectus dans ma boîte aux lettres pour m’aider, jamais là quand on a besoin d’eux ces marabouts ! Contrainte, j’ai testé d’autres solutions contre le stratos’, comme m’habiller en rose, sucer des Mentos, partir aux Iles Galapagos. Toutes fausses ! La meilleure solution est encore de rester calmos !

Rester calmos... Lâcher-prise... Mais je peux pas lâcher prise... Sur la cordée, il y a les enfants et le chat !!
Le chat ? Cette touffe de poils ingrate juste bonne à me piétiner dans mon sommeil pour boire dans MON verre ! Ah si j’étais mauvaise... et si tu n’étais pas aussi chou, Mouki, je t’enverrais apprendre à faire l’oiseau du haut de notre 7ème ciel !
Les enfants ? Les enfants... Sur l’échelle de l’ingratitude, ils sont juste un barreau en dessous du chat ! Oui, c’est moche de dire ça ! Mais pour aider à garder son calme il y a mieux que des enfants. Sans compter qu’avec un stratos’ comme perruque, l’indulgence et la patience en prennent un sacré coup derrière l’oreille !

Souple ! Rester souple ! Inutile de convier un exorciste à une macabre fête, un druide sous un sorbier, une fée aux ailes trop vertes, ou que je me mette à égorger des poulets dans ma cuisine en scandant des formules mystérieuses. Les elfes ? Merci pour l’idée, mais pas d’un grand secours dans ce cas-là.

Rester calme ne veut pas dire regarder la roulotte se transformer en friche. En cas de stratocumulus, je l’ai bien compris, il faut établir des priorités, les urgences à droite, les « ça peut attendre » à gauche ! Et entre les deux, prendre son temps, voire même perdre du temps, ou mieux, prendre du bon temps !

Et ... RE-LA-TI-VI-SER !
Y-t-il quelque chose de grave ? Y-a-t-il mort d’homme ?
NON ! Pas encore.
Qui sait que ma corbeille de linge mesure 2m de haut et menace de s’écraser sur Mouki ? Qu’il y a huit miettes par terre ? (Mais que fait le chat ?) Qu’on se fait des plateaux télé un peu plus souvent (sans légume, ni fruit !) ? Que j’ai décalé mon réveil de 20 minutes (ça fera toujours 20 minutes de galères à gérer en moins) ? Personne!
Hé ! Stratos ! T’as bien fait de venir te poser au-dessus de moi. Grâce à toi, j’ai appris à laisser pisser ! J’en avais besoin !
La barbe ne fait le philosophe, mais un vilain nuage peut rendre plus sage !

Collage : Alexia Mourey
Alexia Mourey
Alexia Mourey
Chroniqueuse