à ma zone

Mais mai...

par Alexia Mourey - 2 mai 2017

fais ce qu'il te plait ? ah ouais ?!

Te voilà ! Depuis le temps que je t’attends ! Tu
es là ! En mai fais ce qu’il te plaît... Pas tomber dans l’oreille d’une sourde ! Et on dit que plus l’attente est longue plus la connerie est grande. Attention, c’est parti !

Alors... Je ne me déplace plus qu’en licorne cabriolet, cheveux au vent... Ah non ! Pas de vent, je n’en veux pas, que du ciel bleu, bleu, bleu. Très peu vêtue, ou alors en jaune, en rose, et vert prairie, avec des lunettes de soleil outrageusement grandes, même si Cristina pense qu’elles ne doivent pas dépasser des sourcils. C’est mai, je fais ce qu’il me plaît ! Et entre nous, des fois, Cristina, tu crains du look !
Je ne me lève plus sans... - les plus prudes, sautez quelques lignes ça va piquer ! - commencer une journée qui s’annonce ensoleillée sans le rose aux joues serait un affront à l’astre divin, donc amuse-bouche ! Ton petit déjeuner ? Il est dans ma culotte !

J’avais prévenu ! D’ailleurs quand je parle de me lever, c’est de réveil naturel, pas avec cette sonnerie qui présage une attaque d’Aliens.

Je ne mange plus rien qui demande plus de 10 minutes de préparation, si c’est moi qui cuisine ! Crudités sur l’herbe ! Même le soir. Les enfants ont école demain ? Pas grave ! Et puis vous avez essayé de coucher des enfants avant la tombée de la nuit ? IMPOSSIBLE ! Merci le changement d’heure ! Et je les comprends ! Moi même, je n’ai plus envie de rentrer, comme eux, envie de jouer dehors ! Ballon en mousse pour les uns, de rosé pour les autres !

En mai, on ne négocie plus ! Ça décolle ou on enterre ! Je parle des amants, des prétendants, des charmants à mi-temps, trop indécis, incompris. Next ! Les dossiers dragueurs miteux : classés sans suite ! Comme celui qui ne peut pas s’asseoir autrement que les jambes très écartées pour bien les coller aux nôtres, vous voyez le genre, à moins d’un mètre, il nous provoque déjà un haut le cœur plus violent que le grand huit. Celui qui n’a rien à perdre, alors sur un malentendu...
Celui qui sourit gentiment le matin devant son café, mais passé 19h, devant les copains c’est Mr Hype.

Celui qui veut, mais qui ne peut pas, parce que le chien de sa grand- mère va peut-être mourir, ou parce que tu vois, il sort d’une relation difficile, blablabla... Et ça fait des mois qu’il nous fait languir. Qu’il souffle le chaud, le froid. Une vraie clim réversible ! Il est là ! Il n’est plus là ! Il est là ! Il n’est plus là ! Oh ! T’as cru quoi ? Qu’on faisait toutes de la tapisserie ? Et t’es pas Ulysse non plus !

Allez, circulez ! Et on dit pourquoi clairement, fermement, élégamment.

C’est mai, on s’allège, on fait ce qu’il NOUS plaît. Ça déplaît ? Sommes- nous là pour faire joli ? NON.
Faire ce qu’il nous plaît, des fois, c’est ne plus faire de concessions, mais trancher dans le vif ! Hmm... j’aime cette expression !

J’aurais pu dire, mai coup de balai ! Pas très bouddhiste tout ça ?
Non ! Et alors ? Je me rattraperai le mois prochain ! Obligée... En juin, tiens-toi bien !

Collage : Alexia Mourey
Alexia Mourey
Alexia Mourey
Chroniqueuse