au pieu !

sexe et vélo,
une débandade assurée?

par Emmanuel Allait - 9 juil. 2018

sex machine

La légende est tenace. Le vélo serait un sport incompatible avec l’activité sexuelle. Troubles de l’érection, infections en tout genre, voire cancer, enfourcher la petite reine serait néfaste pour l’entre-jambe. Alors qu’il se vend davantage de cyclos que de voitures en France et que le marché de l’élec'trique est en pleine ascension, voilà qui ne manque pas de «selle». Sexe et vélo, une débandade assurée?

Reconnaissons d’abord que l’homo cyclens erectus ne fait pas vraiment fantasmer. Il obtient même un zéro pointé dans un récent sondage britannique sur les sportifs les plus sexys.

LA QUEUE DU PELOTON

Bronzage bicolore, torse malingre, jambes épilées, service trois pièces moulé dans une improbable tenue lycra aux couleurs d’une chaîne d’hypermarchés, le cycliste, qu’il soit à poil ou habillé, est clairement un tue-l’amour à lui tout seul. Ensuite, madame, si vous pensez que votre Merckx domestique va attaquer votre versant nord en danseuse tel un fringant étalon au retour de sa sortie dominicale, vous risquez d’être déçue ! 5 heures sur sa selle auront eu raison de ses ardeurs. Parti pour un grand raid(e), il vous reviendra sous-gonflé. Frottements, compression, microtraumatismes, votre chouchou est désormais incapable de durcir la course pour franchir les «périnées».

Homme au guidon, finie l’érection et bonjour la déception! Sucer la roue, profiter de l’aspiration, rien n’y fait! Seule solution, le Viagra. Mais retrouver du braquet grâce au dopage, ça manque vraiment de classe. Et renouveler trop souvent l’opération risque de vous amener directement dans la voiture-balai.

TOUT EST BON DANS L’GUIDON

Faut-il dès lors jeter définitivement sa monture aux oubliettes? Pas du tout! Car de récentes études, plus fiables, et venues de Cali'fornique insistent au contraire sur les bienfaits de la bicyclette, pour les hommes comme pour les femmes. Leur conclusion est sans appel : la santé sexuelle et urinaire des cyclistes serait comparable à celle des nageurs et coureurs. De quoi envier le triathlète, qui combine les trois disciplines! Et les cyclistes intensifs présenteraient même un meilleur fonctionnement érectile que les pratiquants plus occasionnels, sans parler des endorphines secrétées par l’activité physique. Un conseil donc, si vous voulez que votre chérie vous attribue le prix du meilleur grimpeur, flatte votre coup de rein à la Chris Froome, ou apprécie l’efficacité de vos patins, laissez tomber la balade pépère, et mouillez le maillot dans l’Alpe d’Huez!

PLAISIR À LA CHAÎNE

Ainsi, que les forçats de la (bi) route se rassurent : contrairement aux idées reçues, il n’y a pas d’activité plus érotique que le cyclisme, ni d’objet plus sexualisé que le vélo. L’anagramme de vélo n’est-il pas love? Un ancien champion des années 50 ne s’appelait-il pas Charlie «Gaul»? Et que dire de ces mains qui empoignent les cocottes comme si elles étaient des hanches, de ces bassins qui ondulent dans un mouvement régulier tel un métronome? “Tout cycliste pro a au moins une fois pensé au vélo en faisant l’amour”, affirme, un poil dé'janté, l’écrivain Olivier Haralambon, un ancien coureur qui en connaît un rayon. Il va même jusqu’à comparer “le cycliste, avec son casque et sa tenue, à un spermatozoïde”.

Du coup, cet été, devant le Tour de France, vous ne verrez plus jamais le jaillissement du sprinter sur la ligne d’arrivée de la même manière. Et si vous cherchez une astuce efficace pour éviter l’éjaculation précoce, il vous recommande d’imaginer que vous grimpez le Galibier sous la pluie, les muscles tétanisés par le froid. Enfin, pour ceux qui aimeraient pimenter leur balade du week-end, il leur reste toujours la possibilité d’installer «Happy Ride», une selle vibrante. Faire de votre vélo un sex-toy, ça donne le vert-tige non?

© anatoliy_gleb