c.o.d.

metylos
à pas feutrés

par Mélanie Marullaz - 13 févr. 2017

Ambiance feutrée

Metylos est le label de toutes les envies : envie de réinventer sa vie, de se jouer des contraintes, de proposer de nouveaux concepts... Privilégiant les matières naturelles et les procédés respectueux, il présente des objets conviviaux, colorés et ludiques, qui ne se prennent pas trop au sérieux.

La vie peut devenir un jeu. C’est dans cet esprit que Metylos est né un beau matin de mai 2010, à Fleurieu-sur-Saône près de Lyon. Une envie de changement, d’explorer de nouveaux univers, motive Fabrice Roch. Patron d’une PME spécialisée dans la découpe de tissus industriels pendant 25 ans, il cède son entreprise pour tenter l’aventure en compagnie de son épouse Claire, chargée de la communication, et d’Aurélie Richard, designer fraîchement promue de la Sheffield Hallam University. L’équipe se donne pour objectif de ne travailler que par passion, de vivre désormais en harmonie totale avec ses idées : production 100 % française, matériaux de récup’ et matières naturelles pour créer et éco-concevoir de l’utile, de l’agréable, du design signifiant.

VALSE DES IDÉES

Les idées jaillissent et les machines mordent le feutre, ce fil conducteur qui devient abat-jour, horloge, patère ou liseré habillant un miroir. “Le feutre, étoffe faite de poils agglomérés par pression et ébouillantage, est une matière écologique et durable, totalement respectueuse de la vie et de l’environnement”, explique Fabrice Roch. 100% laine et teinté biologiquement, il côtoie, dans les ateliers de l’équipe, du bois jurassien issu de forêts gérées durablement et des chutes de tissus ou de matériau inutilisés en fin de production. Ainsi, la suspension «Martin», en forme de panier, est livrée avec sa garniture intérieure issue de la récupération industrielle, tout comme «Louise», lampe d’ambiance réalisée en tamis de filtration. Car le développement durable, c’est aussi l’identité du label. “Pour notre plus grande fierté, l’intégralité des fabrications de Metylos est réalisée en France. Nous nous assurons ainsi de la qualité des produits, tout en conservant une rapidité de fabrication et une production la plus éco-responsable possible.” Un an après son lancement, Metylos avait déjà affirmé son engagement et poussé le retraitement dans ses derniers retranchements en fabriquant pour Fairsens (atelier de décoration d’intérieur «responsable») des patères à partir de chutes de combinaisons antinucléaires. Leurs noms «Fu», «Ku», «Shi» et «Ma» rappelaient le dramatique évènement tout en œuvrant dans un projet caritatif, puisqu’une partie des recettes de la vente avait été reversée à la Croix-Rouge japonaise.

 Claire est devenue une suspension, Brutus, le chien de la bande, prête son surnom à de confortables cubes en feutre de laine, quand son copain « Igor » est un miroir, produit-star de la collection. 

VALSE DES PRÉNOMS

La production est responsable, mais la création, elle, reste un jeu. Le « Bande à Léon » en est un parfait exemple : une trilogie de petites patères colorées et encornées, qui réunit Léon le Cerf, Raoul le Taureau Camarguais et Gaston le Mouflon Corse. Des clins d’œil jusque dans le choix du nom des concepts. Si Fabrice n’a pas été «objectivé», Claire est devenue une suspension, Brutus, le chien de la bande, prête son surnom à de confortables cubes en feutre de laine, quand son copain «Igor» est un miroir, produit-star de la collection. Il y a aussi «Dita», la lampe qui s’effeuille, «Elly» le grand- père d’un chef étoilé immortalisé en planche à découper, «Pauline», «Léopold», «Isaac », «Nestor»... Et puis il y a «Greg», un autre miroir, prénommé d’après Grégoire, le fils de Claire et Fabrice, qui a pris la tête du label il y a deux ans. Sous le regard attentif de son père, qui apporte toujours son expertise dans la découpe du feutre, c’est lui à présent qui perpétue l’esprit, l’humour et les valeurs de Metylos.

VALSE DES TALENTS

Comme l’envie de servir de tremplin à de nouvelles générations de créateurs. Un coup de jeune initié dès 2012, pour que le flot créatif ne tarisse pas au départ d’Aurélie Richard vers d’autres horizons. Metylos est alors devenu éditeur de jeunes talents. Des designers fraîchement sortis de l’école, à qui la marque met le pied à l’étrier en échange d’idées novatrices. Arnaud de Palange, Jonathan le Monnier, Gwendoline Del Campo, Adrian Blanc... Récemment, c’est la lampe « Paon », de Métiline Courvoisier, qui a officialisé le mariage du feutre et de la porcelaine, pour un luminaire gracile, aérien. “Ce sont de vraies rencontres, résume Grégoire, ils connaissent nos créations, aiment l’entreprise, l’esprit de nos productions, et nous entraînent vers de nouveaux univers”.

+ d’infos : www.metylos.com