coin g

chérie, on se mate
un clara morgane ce soir ?

par Emmanuel Allait - 20 août 2018

x-files

Les premières chaleurs printanières stimulent votre libido, et la coupe du monde de foot en russie promet de longues soirées ennuyeuses… pourquoi ne pas remplacer le soporifique suède / corée du sud par un petit porno partagé avec votre moitié ?

Selon un sondage Ifop de 2014, un couple sur deux aurait déjà succombé à cette tentation canaille. Une idée séduisante pour pimenter une vie sexuelle plan-plan, à condition toutefois d’introduire le sujet en douceur.

Car passer du porno solo au porno duo ne va pas de soi. La question reste largement taboue. Honte, gêne, culpabilité… Et sans préparation ou communication préalable, l’Apericul «porno-Ricard» avec votre partenaire risque de sombrer comme le Titanique ! «Anis» horribilis !

TÂTEZ LE TERRAIN AVEC DOIGTÉ

Premier impératif, choisir un moment propice pour aborder la question. Si vous lancez à votre copine au rayon nurserie d’un supermarché, “j’adore mater des partouzes, pas toi ?”, ça risque de lui couper l’envie. Pornostic mal engagé ! Zéro suce-pense, elle vous fusillera illico du regard et vous pourrez pleurer sur vos zob-secs. Inutile de lui raconter par ailleurs que chaque fois qu’elle a son cours de yoga avec ses copines, vous faites une cure de popporn devant Clara Morgane ou que vous enfilez votre costard-cravache pour reluquer du BDSM. Un peu de subtilité queue diable !

Définissez ensuite ensemble le soir où vous testerez cette nouvelle et amusante activité, sans que le petit dernier débarque, doudou à la main, parce qu’il a fait un cauchemar. Et enfin, sélectionnez avec soin un film vers lequel con-verge-nt vos goûts respectifs. Oubliez le vieux porno traditionnel, misogyne et à l’intrigue inexistante, du style «20 000 vieux sous mémères», «Ça glisse au pays des merveilles», ou encore «Gorilles dans la brune», qui exhibe du cul sorti de nulle part, avec systématiquement des femmes offertes et des hommes en érection. Jetez plutôt un œil du côté des productions féministes et éthiques de la réalisatrice suédoise Erika Lust, aux scènes contextualisées et aux scenarii léchés. Bref, comme pour le café, ou le chocolat, optez pour du X bio et équitable, qui rémunère correctement ses acteurs et les respecte. Plaisir partagé et conscience tranquille. Pas besoin d’aller à con-fesse.

MIEUX COMMU-NIQUER

Bien sûr, comme toute activité sportive, mater du porno à deux comporte quelques risques, qu’il ne faut pas sous-estimer. Voir des corps parfaits, des érections éléphantesques et des pénétrations à la chaîne peut affaiblir l’estime de soi. Et n’espérez pas sauver votre couple défaillant en visionnant ces performances d’acrobites. Car s’il contribue à l’excitation ou à la jouissance, comme tout l’arsenal anti routine (sextoys, lingerie…), le film de boules ne vous sera d’aucune aide pour retrouver un processus relationnel désirant.

Cependant, regarder, de temps en temps, du sexe de qualité à deux, librement et sans contrainte, est une excellente perche à saisir pour enrichir la relation, surtout si le couple n’ose pas parler sexe. La parole se libère, les fantasmes respectifs se dévoilent, point de départ d’un dialogue entre partenaires, comme un tuto sexuel qui vous permettra d’élargir votre répertoire. Bref, laissez tomber Suède/Corée du Sud, respirez un grand coup et suggérez à votre chéri(e) : “c’est bientôt le festival d’animaFion d’Annecy ! Ça te dirait de regarder des seins animés ?”

© tverdohlib