coin g

êtes-vous
un bon coup ?

par Emmanuel Allait - 29 déc. 2017

sex habile

« 95 fois sur 100 la femme s’emmerde en baisant, qu’elle le taise ou le confesse, c’est pas tous les jours qu’on lui déride les fesses », chantait brassens. Pourquoi ? Réponse quelques strophes plus loin : « c’est parce que tu n’es qu’un malhabile, un maladroit » ! Bref, un mauvais coup ! Mais qu’est-ce qu’un bon coup ? Peut-on reconnaître l’amant ou la maîtresse parfaite, bref, la personne qui vous fera prendre votre pied à coup sûr ?

Dans un fameux sketch, les Inconnus tentaient de différencier «le bon» chasseur du «mauvais». “Le mauvais chasseur, c’est celui qui voit un truc qui bouge, et puis qui tire ; le bon, c’est celui qui voit un truc qui bouge, et... qui tire”. Il en va de la chasse comme des performances sexuelles.

TRIPOTE’VISOR

Chaque jour, l’Homme prouve qu’il est capable d’exploits : greffer des organes, aller sur la lune et sur Mars, et même écouter Soprano ou Maître Gim’s en boucle ! (Relativisons tout de même pour la conquête spatiale, finir sur la lune en 69 est assez logique !). Mais il n’a pas mis au point le seul objet qui aurait assuré la fortune à son inventeur : le détecteur à bon coup ! Une sorte d’appli GPS (Guide de Performance Sexuelle) à la Steve Zobs, pour repérer en temps réel, parmi les dragueurs low cost, l’A380 du baiser ou le 747 de l’orgasme, qui assurent le décollage pour le 7ème ciel. Même pas un guide «Miche-mains» avec des notes pour évaluer le bellâtre, “bien charpenté, belle longueur, un grand millésime qui donnera sa plénitude en levrette”, ou “un peu raide en bouche, goût de bouchon, produit fatigué, passable pour un missionnaire”. Nous voici donc obligés de faire confiance à notre flair!

Pour le mauvais coup, heureusement, quelques signes ne trompent pas. Du côté des hommes, tâtonnements du haut vers le bas sans surprise, puis pilonnage mécanique et chronométré... pif paf! Quel ennui! Chez les femmes, pyjama informe, étoile de mer, initiative zéro... Baillements garantis. Un mode opératoire peu varié, de l’amour «zeasy jet», du sexe ubérisé, facile, rapide, mais des prestations réduites.

DUREX SED LEX

Mais comment reconnaître les virtuoses du sexe, les Mozart de la couette, ces maris, amants, ou one night shots, qui savent tirer de leur instrument une belle symphonie et non un tube de Jul (pas de gel hein!)?

Une certitude : le physique ne fait pas tout, même si on imagine mal George Clooney en catastrophe sexuelle, avec une partenaire qui lui demanderait : “tu es trop nespressé George, tu as déjà fini? What else?”. L’habit(e) ne faisant pas forcément le moine, le bogoss du dancefloor peut se révéler calamiteux au lit.

En revanche, le respect, la confiance, la compatibilité sexuelle, l’initiative, l’imagination, bref, la maîtrise du pilotage... Notre Sébastien Loeb du plumard aura aussi le bon goût de ne pas affubler son oiseau de petits noms - anaconda, joystick, bobby ou la nouille -, sous peine de carton rouge immédiat.

L’alchimie repose donc sur une combinaison complexe d’éléments variés, renvoyant à l’histoire personnelle et à l’univers fantasmagorique de chacun. Inutile de chercher LA recette du «bon sexe» pour être un amant inoubliable ou une maîtresse talentueuse. Les kékés, qui fanfaronnent et se définissent comme «bons coups» doivent être aussitôt disqualifiés car on ne peut s’autoproclamer ainsi.

En réalité, le bon coup n’existe que parce qu’il est ressenti comme tel par l’autre. Nous sommes tous le potentiel bon ou mauvais coup de quelqu’un. Pour grimper au 7ème ciel (et même au 8ème, soyons ambitieux), il faut être deux. Un bon couple donc... plutôt qu’un bon coup.

© ywish