coin g

évitez la panne
des sens !

par Emmanuel Allait - 7 oct. 2017

sexe & tartiflettes

Cet été, vous aviez misé sur votre séjour au cap d’Agde pour trouver un jules. Vous avez même écumé les dancefloors d’Ibiza et fantasmé sur les surfeurs qui attend aient la brise de nice. Hélas, à part la caresse du vent sur votre peau bronzée, pas la moindre nuit torride à se mettre sous la dent. La déprime guette. Mais tout n’est pas perdu ! Car l’automne est «la» saison du sexe ! C’est scien-ti-fique !

A vos yeux, les saisons «chaudes» par excellence sont le printemps et l’été. Peau hâlée, poussée hormonale, fornication estivale. Et même l’hiver, sous la couette, c’est réchauffement mutuel et jeux sensuels. L’automne ? Et bien, «l’eau tonne», la pluie résonne. Grisaille, rentrée, boulot, plaid, pyjama. Hibernation sexuelle ! Ambiance Verlaine garantie. «Les sanglots longs des violons de l’automne blessent mon coeur d’une langueur monotone». Pourtant, «vers l’aine», l’activité peut rester intense en octobre.

FEUILLES MORTES,
MAIS TIGES VERTES

Car automne rime avec testostérone. C’est à ce moment de l’année que son taux est, selon diverses études, le plus élevé. Les cerfs brament, les animaux sont en rut, et les hommes au taquet. Les femmes seraient même beaucoup plus attirantes à cette saison, avec toutes leurs couches de vêtements, qui cachent habilement les éventuelles imperfections et les premières tartiflettes.

Eh oui, contrairement à une idée répandue, les manteaux, vestes, pantalons et écharpes attisent davantage le désir masculin que les bikinis, strings et autres mini shorts. Gavé de peau nue tout l’été, saoulé de topless, notre fauve bourré d’hormones, sans doute moins regardant sur la marchandise et prêt à tout pour satisfaire ses pulsions, n’aspire en réalité qu’à une seule chose : pouvoir effeuiller lui-même une belle marguerite. «Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie…». Rien de plus érotique qu’un strip-tease automnal réussi.

Alors cessez de vous morfondre et de faire votre regard de (Joe) cocker… Imaginez-vous plutôt en Mickey Rourke et Kim Basinger. Cerise sur le gâteau, l’automne dure plus que 9 semaines et ½.

GOÛTER LES FRUITS
DES FENDUES

Octobre est le mois du «sex-appeal». Entendons-nous bien, point de sexe à pile ici ! Il ne s’agit pas pour vous d’utiliser en solo votre double rabbit vibrant dernier cri pour pallier une absence masculine. Trop fastoche. Mais de profiter des richesses d’une arrière-saison flamboyante. Tous ces fruits et légumes du verge-r ne sont-ils pas une invitation à la bagatelle ? Ce ne sont pas les fruits de la passion chers à Francky Vincent, mais ces délicieuses courges bien dures et autres cucurbitacées (détachez les syllabes pour faire grimper la température) pourraient être source d’inspiration… Et que dire de ces grappes juteuses que vous pouvez saisir d’une main ferme pour en faire jaillir le nectar prometteur ! Faites votre marché, et comme le chantait Gainsbourg, pour quelques pennies, vous serez au paradis !

HISTOIRE D’O (CTOBRE)

Il faut donc réintégrer cette saison dans votre calendrier amoureux. Militons pour un automne sensuel! Vous voulez vous mettre un mâle sous l’Adam ? Croquez la pomme ! Et ne vendangez pas les occasions ! D’autant que les relations qui se nouent là sont beaucoup plus solides et durables que les flirts estivaux, vagues et éphémères plans Q.
Rangez pyjamas, charentaises et autres accessoires «aguichants». Entre libido et bide au lit, le choix est clair.

 Tous ces fruits et légumes du verge-r ne sont-ils pas une invitation à la bagatelle ? Ce ne sont pas les fruits de la passion chers à Francky Vincent, mais ces délicieuses courges bien dures et autres cucurbitacées (détachez les syllabes pour faire grimper la température...). 
©Antonio Guillem, © ponomarencko, © exopixel