coin g

faut-il avouer ses fantasmes ?

par Emmanuel Allait - 6 juin 2019

Fant'asthme du sexe sous ventoline

La nuit dernière, madame,
 vous avez visualisé votre voisin de palier pendant un torride missionnaire avec votre conjoint, et vous, monsieur, vous vous êtes imaginé à la place 
de Vincent Gallo, lorsque Chloë Sevigny lui prodigue une longue gâterie dans une fameuse scène du film Brown Bunny. Bref, comme les 3⁄4 de la population, vous avez des fantasmes qui viennent titiller votre esprit, un peu comme des pop-ups incrustés
 sur l’écran de votre ordinateur et impossibles à refermer.

Des fenêtres excitantes qui boostent, certes, votre vie sexuelle, mais qui peuvent aussi la menacer car elles sont parfois compliquées à gérer. Faut-il avouer tous ses fantasmes? Doit-on nécessairement passer à l’acte?

LES COCHONS SONT EN FAIT DES MOUTONS

La plupart des enquêtes le montrent, les fantasmes les plus courants des hommes et des femmes, tout excitants qu’ils soient, tournent toujours, à quelques nuances près, autour des mêmes situations. Du basique, battu et rebattu, sucé et resucé. Au hot-parade de l’imaginaire érotique, l’amour dans un lieu public ou exotique reste une valeur sûre. Puis le triolisme (du classique FFH aux configurations plus baroques), voire l’orgie, si vous avez de l’ambition ou par goût des sports extrêmes. Enfin, pêle-mêle sur le podium, le SM soft, le voyeurisme, les jeux de rôles, la sex-tape (planquez la vidéo en lieu sûr!), le one-shot avec un inconnu (plombier, pompier, livreur de pizzas, au choix). Combinaison possible de plusieurs éléments, du style SM avec le plombier pendant que votre mari filme... Inutile de développer, vous avez compris le principe. En fait, du soft au trash, faire preuve de créativité est plutôt facile, si on arrive à laisser de côté toute culpabilité ou honte.

REPRODUCTION INTERDITE

Mais passer aux travaux pratiques, comme 40% des hommes et 35% des femmes, est une autre paire de manches! Et ce n’est pas forcément une bonne idée. Car une fois réalisé, le fantasme perd de sa saveur. La déception guette. Le carrosse devient citrouille, et il va falloir trouver autre chose pour stimuler votre relation avec Cendrillon. D’autre part, techniquement, un passage à l’acte peut s’avérer complexe... 

Vous rêvez de lutiner Josette dans une cabine d’essayage ? Oubliez le jour des soldes! Vous rêvez de sexe sur la plage? Un grain de sable peut ruiner vos ambitions. Vous ambitionnez un trio? Ne choisissez pas votre meilleur pote et répartissez les rôles avec précision si vous voulez éviter un clash! Ne parlons pas des fantasmes relevant de la violence ou de la perversion, qu’il vaut mieux ne pas concrétiser. Et d’une manière générale, si votre partenaire n’est pas chaud, lâchez l’affaire.

JOUEZ PLUTÔT À CON-FESSE

En fait, comme l’a dit Andy Warhol, «ne pas passer à l’acte est très excitant.» Il est en réalité très émoustillant de les utiliser comme des jeux amoureux. En développant votre scénario par sms durant la journée, en murmurant quelques allusions suggestives dans le creux de l’oreille, ou en racontant un rêve érotique par exemple.

Vous craignez que votre image de petite licorne à paillettes en prenne un coup? Vous appréhendez de passer pour un pervers? Alors évitez de balancer vos envies à froid, pendant vos courses, ou en déposant le petit à l’école. Préférez le feu de l’action, pendant que les esprits et les corps s’échauffent. Et si vous avez raté le coche, laissez traîner négligemment sur la table du salon une nouvelle érotique qui vous a plu, évoquez un film... Soyez subtil(e), et allez-y en douceur !

Le fantasme est une formidable bouffée d’air frais pour faire respirer une sexualité au bord de l’asphyxie. Attention cependant, un petit vent de folie peut aussi déboucher sur une tempête dévastatrice. Inutile donc de tout déballer si vous pensez que cela pourrait altérer votre relation. Et évidemment, si vos désirs relèvent de l’illégalité ou de la morale répréhensible, filez fissa chez le psy.

© pha88