coin g

match d'ouverture

par Emmanuel Allait - 2 nov. 2017

balles au centre...

Ivresse du flocon aidant, cet hiver, c ’est décidé, vous slalomerez comme Tessa Worley ou Alberto Tomba «la bomba». Du coup, cardio, abdos, fessiers… toutouyoutou… c’est parti pour d’interminables séances de rameur, aussi enthousiasmantes qu’une série policière allemande ! De quoi faire rapidement capoter votre motivation initiale. Alors, pourquoi ne pas joindre l’utile à l’agréable et remplacer tout cela par du sport en chambre ?

Oubliez donc l’inspecteur Derrick et réveillez le Rocco qui s’raidit ! Rien de mieux pour planter son bâton tout l’hiver. Terminée la brasse laborieuse dans le fond de la piscine chère à Isabelle Adjani : place au «co-pule» marine !

POTEAU RENTRANT

A la salle de sport, vous transpirez sur les développés couchés, vous ahanez sur les fentes, vous vous échinez sur les écartés. Et si vous testiez plutôt ces exercices à la maison, sous la couette ou ailleurs. La reproduction est même, dans ce cas, vivement conseillée.

Tel un décathlonien du sexe, il faut multiplier les positions et ne pas jouer les flemmasses. La luxure exige de l’énergie ! Pas de missionnaire, ni de levrette, voire d’amazone. Trop pépères... même si la première peut permettre à monsieur de bosser ses pectoraux. Imaginez plutôt des scénarios plus dynamiques, des acrobaties plus «olympiques». Vous êtes un seigneur des «anneaux», pas cet «Onan le barbare» qui la joue perso.

Car le sexe est un sport d’équipe. C’est comme disputer un match de «croupe du monde», mais nul besoin d’être Zizi-d’âne pour mettre ses balles au fond. Pressing, une-deux, débordement des arrières, pénétration du milieu de «tes reins», coups francs dans la surface, jaillissement... «Gauuuuuuule» ! Ne pas hésiter à tester les combinaisons en triangle si vous êtes adepte du jeu collectif, ou à siffler les prolongations en cas de match nu(l). Méfiez-vous cependant des simulations.

MARQUAGE À LA CULOTTE

Vous êtes essoufflé ? C’est bon signe ! La pression artérielle augmente, les pulsations aussi, 70, 100, 120 par minute. Votre préparation hivernale s’annonce bien. A priori, si l’on en croit de sérieuses études canadiennes, vous devriez avoir dépensé en moyenne 101 calories si vous êtes un homme et - ça ne s’invente pas ! - 69 pour vous Mesdames. Tabernacle ! C’est peu, j’en conviens. A peine de quoi couvrir le demi que vous avez avalé prestement en terrasse en reluquant votre voisin(e).

Et même si vous vous agitez comme un bonobo privé de partenaires pendant six mois, n’espérez pas atteindre les 200 calories. La dernière montre connectée GeeksMe GME1, qui, avec son mode «love», permet de mesurer l’intensité de vos perfs sexuelles, vous le confirmerait. 2 minutes de missionnaire ? Un 100 mètres. 20 minutes de brouette japonaise ? Un saut à la perche.

DROIT AU BUT

Décourageant ? Pas du tout, car le sexe a bien d’autres avantages sur le sport. D’abord, hommes, femmes, novices, expérimentés, chacun peut participer. Les épreuves sont mixtes, sans pression du public, absent (en principe !), et il n’y a que des vainqueurs. Ensuite, s’envoyer en l’air est possible partout, à condition de ne pas se faire «gauler» évidemment, et quelle que soit la météo.

Vous ne pouvez pas parcourir votre 18 trous sous la neige ? Sortez donc votre «bois» ou votre «fer» à la maison, et bossez votre swing sur le green de madame ! Matériel ? Licence ? Adhésion ? «Queue» nenni ! En somme, le sexe est l’activité idéale en ces temps d’austérité économique. L’OMS préconise 150 minutes d’endurance par semaine.

Alors ce soir, au lieu de répondre «désolé, j’ai piscine», dites «impossible, j’ai kamasutra». Le sport en chambre, c’est vraiment du sport.

© gorosi