coin g

pipe pipe houra !

par Emmanuel Allait - 10 mars 2019

nom d'une pipe !

AUTREFOIS CONSIDÉRÉE COMME UNE PRATIQUE DÉVIANTE ET RÉSERVÉE À LA PROSTITUTION, LA FELLATION SEMBLE ÊTRE DEVENUE, DEPUIS LES ANNÉES 1990, L’AMUSE-BOUCHE INDISPENSABLE POUR UN KÂMA-SÛTRA DOMESTIQUE RÉUSSI. MÊME PAS BESOIN DE TRAVERSER LA RUE POUR TROUVER UN BLOW JOB ! IL SUFFIT D’AVOIR L’AVAL DE SA CHÉRIE. MAIS POUR SE FAIRE MOUSSER À L’ORAL, QUELQUES RÈGLES S’IMPOSENT.

L'Histoire regorge de pipe shows croustillants. La plus célèbre gâterie est sans doute celle qui aurait, selon la légende, coûté la vie au président de la République Félix Faure en 1899. Ou encore celle qui faillit être fatale, un siècle plus tard, à Bill Clinton...

RÉCEPTION EN GRANDE POMPE

Il passa en effet, de peu, entre les gouttes d’une destitution pour avoir invité sa secrétaire Monika Lewinsky à jouer de la flûte sous son bureau «avale». La Maison Blanche portait bien son nom! Aujourd’hui, on ne ferait plus des gorges chaudes de ces affaires. Car l’art buccal s’est banalisé. Les livres, les films, les chansons, le mettent régulièrement sous les feux de la «hampe». Qu’elle est loin l’époque où France Gall faisait jaillir le tube de Serge Gainsbourg, «les sucettes»! Aujourd’hui, 90% des trentenaires seraient des pratiquants plus ou moins réguliers.

TURLUTTE FINALE

Les jeunes hommes, biberonnés au cyberporn, auraient même tendance à l’exiger systématiquement, comme si elle coulait de source. Grave erreur! Car la pipe n’est pas un droit de l’homme. Si la majorité des femmes s’y prête de bonne grâce, par générosité, pour ne pas laisser Popaul en cale sèche, certaines réussissant même à érotiser la situation, une minorité aspire néanmoins à autre chose, soit parce qu’elle n’aime pas boire à la bouteille, soit parce que la posture -à genoux devant le candélabre- est jugée avilissante. Face à un refus, le respect s’impose. D’ailleurs, les obsédés du pompier ne devraient pas oublier que, dans l’affaire, c’est la femme qui a le pouvoir. Vous en doutez? Alors imaginez juste votre cylindre entre les canines acérées de votre dulcinée, capables de sectionner n’importe quelle durite et de couper l’arrivée du liquide de refroidissement... A ce moment-là, mesdames, profitez-en pour négocier tout ce que vous voulez! Fort heureusement, la fellation n’est pas qu’une question de rapport de force ou de corvée. Elle doit être avant tout un plaisir partagé.

LA PIPE, C’EST CHIC !

Ce qui signifie que l’homme, contrairement à une idée reçue, ne peut pas rester inactif, le pantalon aux chevilles ou en étoile de mer sur la couette. Cela ne serait guère enthousiasmant pour la partenaire! Qu’il n’hésite pas au contraire à exprimer son désir et sa satisfaction ! Rien de pire que des convives impassibles devant un sublime gratin ou un grand cru classé. Mains attachées? Yeux bandés? Avec les dents? Combo recto- verso avec baloches incluses? Plus vite? Plus lent ? Changement de formule car Chouchou a les maxillaires en souffrance ? Tout est possible, à condition de communiquer, de guider l’autre par les mots ou des gestes! La politesse vous amènera aussi à ne pas appuyer sur sa tête sans permission (on n’est pas chez Rocco !), à ne pas lâcher le bouquet final sans prévenir, surtout si vous ignorez le profil de votre partenaire, réticent ou glouton. Et n’oubliez pas de témoigner votre gratitude, si vous avez l’intention que l’expérience se renouvèle! Bref, même dans ce domaine, loin de toute passivité, l’homme ne peut se décharger... de sa responsabilité!