en chantier

le nouveau visage des stations villages

par Béatrice Meynier - 10 déc. 2016

remonte pente

Pour s’adapter aux attentes des amateurs de sports d’hiver, les stations familiales brisent la glace ! Surfant sur leurs atouts, elles n’hésitent pas à explorer de nouvelles pistes afin de tracer dans la neige les chemins du succès. Petits slaloms de découverte entre Savoie, Haute-Savoie et Isère.

Loin des barres d’immeubles et des forêts de pylônes, les stations dites familiales sont généralement édifiées à partir d’un village, sur des terres à vocation agricole. Souvent implantées à des altitudes moyennes, elles comptent un nombre limité de pistes et de remontées. Permettant l’accès aux champs de neige à des tarifs abordables, elles sont aussi prisées pour leur dimension humaine et leur caractère traditionnel. Des critères qui séduisent de plus en plus de clientèles en recherche d’authenticité. “Depuis 2010, nous travaillons sur un schéma local de développement touristique avec, comme point central, la redéfinition du positionnement d’Arêches-Beaufort en tant que village de montagne qui vit à l’année”, explique Frédéric Blanc-Mappaz, directeur de l’Office du Tourisme. “Ce plan s’articule autour de trois axes: un village sportif (en étant accessible à tous), patrimonial et gourmand. Nous sommes un peu des Jekyll et Hyde, à la fois station village à clientèle familiale et domaine hors piste reconnu ! On combine sur le terrain ces deux caractéristiques, une dualité qui va sur les extrêmes. Mais la notion de taille humaine reste primordiale. Ici les clients ne sont pas des numéros !”

ARÊCHES-BEAUFORT - SAVOIE

❅ A 20 kilomètres d'Albertville, 2 heures de Lyon

❅ Cette saison 70ème anniversaire de la création des remontées

❅ De 1200 à 2050 mètres d'altitude

❅ 29 pistes sur 50 kilomètres, 13 remontées

❅ Forfait journée : 29,40 €
Tarif réduit et covoiturage : 25,30 €

❅ Forfait 6 jours : 146,90 €
Tarif réduit et pack famille : 110 €

+ d’infos : www.areches-beaufort.com

CHALEUR AU PAYS DES GLACES !

Même son de cloche à Manigod avec Samuel Delavay, à la tête de l’Office de Tourisme : “On s’appuie sur les spécificités de notre territoire en organisant des événements conviviaux. Dans l’objectif d’échanger avec nos visiteurs, de créer du lien, nous sommes orientés vers des animations familiales et de proximité : pots d’accueil, courses de parets (luges traditionnelles)... Nos clients du bassin annécien, de Paris et du Nord attendent cette simplicité. Ces relations privilégiées ont encore de beaux jours!”. Un écho renvoyé par la petite station de Col de Porte en Isère : “Notre côté humain et l’accueil par une équipe jeune font partie de nos forces. On a su aussi ne pas rester sur le plus rentable (le piou piou et le débutant), en se diversifiant avec la création d’une école de ski nordique, un enseignement qualitatif du biathlon et des cours de ski alpin dédiés aux scolaires” précise Etienne Rollin, directeur de l’Ecole de ski. Car au-delà de leurs points forts, les acteurs socio-économiques des stations-villages sont conscients de la nécessité de développer de nouvelles prestations et de porter une attention particulière à la qualité, tant en terme de domaine skiable que d’infrastructures.

LE JOUR ET LA NUIT

Exemple à Manigod qui vise les étoiles en développant depuis 2014 la glisse nocturne. Les vendredis, samedis et en semaine pendant les vacances scolaires, il est ainsi possible de skier jusqu’à 21 heures. Un créneau qui génère 30% de passages en plus pendant les vacances, selon Frédéric Ferlay, directeur du site. La station propose également une formule incluant le forfait nocturne et un repas au restaurant. Elle développe par ailleurs un tout nouveau concept s’adressant à tous : la location d’une ou plusieurs pistes en soirée (de 295 € pour un téléski à 4500 € pour l’ensemble du domaine).

Patrie de la fameuse course de ski alpinisme «la Pierra Menta», Arêches-Beaufort ouvre cet hiver un troisième parcours dédié à la pratique de cette discipline. La station développe également les initiations au ski, l’activité chiens de traîneaux, les itinéraires balisés de raquettes, et prévoit l’installation d’une patinoire synthétique. Quant à Col de Porte, elle est fréquentée majoritairement par des résidents de l’agglomération grenobloise, habitants ou vacanciers de passage. Ils skient à la journée, viennent parfois juste pour deux heures, et peuvent aussi s’exercer au snowboard, au freeride, ou au freestyle. La tendance est au cours personnalisé, à l’accueil de séminaires ou de C.E., et à l’organisation d’événements en commun avec des associations locales.

MANIGOD - HAUTE-SAVOIE

❅ A 35 min d’Annecy, 50 min de Genève aéroport, massif des Aravis

❅ De 1470 à 1840 mètres d’altitude, reliée au domaine de La Clusaz

❅ Créée dans les années 70, depuis 2012 dans le groupe Labellemontagne (11 stations)

❅  33 pistes sur 25 kilomètres, 18 remontées

❅  Forfait journée : 21 € - Tarif réduit : 18,40 €
Forfait nocturne (16h30 à 21 h) : 16,60 € Avec repas : 26,50 €

❅ Forfait 6 jours : 107,90 € - Tarif réduit : 94,50 €

+ d’infos : www.manigod.com

SUR LE TERRAIN

Indispensable pour ces pratiques, le domaine skiable est l’objet de toutes les attentions. “Il faut un produit qui reste au goût du jour. A Manigod, nous avons investi l’équivalent de 3 ans de chiffre d’affaires depuis 4 ans. Nous équipons des secteurs pour favoriser la production de neige de culture et procédons au renouvellement de remontées. Nous prévoyons dans les 10 ans la construction de deux télésièges, notamment pour faciliter la liaison avec les domaines de La Clusaz et du Grand-Bornand auxquels nous sommes reliés”, précise Frédéric Ferlay, qui a rejoint la station après son rattachement au Groupe Labellemontagne en 2012. Des aires de repos avec transats, tables de pique-nique et brasero de partage sont implantés sur le domaine.

A Arêches-Beaufort, le secteur du plateau de Cuvy vient d’être réaménagé avec une piste de luge, une zone de pique-nique et un big air bag. Les espaces pour les skieurs débutants sont également soignés dans la station savoyarde. Parmi les problématiques liées à l’entretien du domaine skiable, se pose la question du réchauffement climatique. S’il génère un décalage dans la saison, il ne semble pas à ce jour avoir d’impact majeur sur l’enneigement.

EN VOITURE POUR LE FUTUR

Les défis à surmonter pour les stations-villages apparaissent aujourd’hui davantage liés à l’accès, à la circulation et au stationnement, qui figurent au cœur des préoccupations des clients. Dans cet esprit, Arêches-Beaufort encourage le covoiturage en y associant un forfait à tarif réduit. L’immobilier est un autre dossier majeur. S’il est admis à Manigod, “des retards en terme de constructions en vue de développer les lits chauds’’, on reste toutefois prudent : “il faut construire, mais raisonnablement’’. A Arêches-Beaufort, on aborde le développement de «lits qualitatifs», avec dans les tuyaux un projet de résidence de tourisme dont la commune serait propriétaire. Quelles que soient les évolutions, a priori les lendemains s’annoncent plutôt bien, comme l’évoque Samuel Delavay : “Je suis persuadé que nous aurons encore de belles saisons, au moins dans les 15 ans à venir. Les sports d’hiver demeurent un petit marché, mais qui se porte bien. Je reste optimiste pour l’avenir tout en ayant à l’esprit qu’il faut avoir une politique tarifaire maîtrisée et une relation humaine privilégiée avec les skieurs”.

 

 

COL DE PORTES - ISÈRE

❅ A 15 kilomètres, soit 20 minutes de Grenoble, massif de La Chartreuse

❅  De 1200 à 1650 mètres d’altitude

❅  Fermée durant plusieurs années, à nouveau exploitée en ski alpin depuis 6 ans

❅ 3 kilomètres de pistes, 6 remontées

❅ Forfait 1/2 journée : 7 €/Journée : 15 €

+ d’infos : www.coldeporte.com

© Gilles Lansar - OT Arêches-Beaufort, © OT Manigod - David Machet, © Gilles Reboisson © Jocelyn Chavy