en chantier

nouvel horizon pour
le paquebot de la plagne

par Béatrice Meynier - 8 avr. 2017

toutes voiles dehors !

Autour du « paquebot des neiges », bâtiment phare du secteur, s’engage une vaste requalification du site de la Plagne Aime 2000. Le plus élevé des dix satellites
de la Grande Plagne part à l’abordage du futur, en surfant sur la vague de l’innovation.

Dans son bureau, la maire d’Aime- La Plagne, Corine Maironi- Gonthier, dévoile une grande photographie du typique « Paquebot », avec ses toits terrasses et ses larges balcons. Sur le secteur de La Plagne Aime 2000, le monumental ouvrage est ancré sur un emplacement stratégique, à quelques pas des pistes. Comptant près de 900 logements (environ 2500 lits), il offre une vue imprenable sur le Mont-Blanc. “C’est Le Corbusier à la montagne !” s’exclame l’édile, architecte de profession. “Achevé en 1971 et classé en 2008 au patrimoine architectural du vingtième siècle, ce type de bâtiment permettait une économie de foncier. Il a été pensé par l’architecte Michel Bezançon pour être une station à lui tout seul. On y entre côté nord à partir du parking et on en sort côté sud, skis aux pieds. Le Paquebot dispose d’une galerie intérieure avec tous types de commerces. Le matin, on peut y croiser des habitants qui descendent en pantoufles de leur étage pour aller chercher le pain ! Il y a des enfants qui jouent partout dans les couloirs, c’est très animé, très convivial”. D’autres bâtiments ont été édifiés ensuite à La Plagne Aime 2000 : un Club Méditerranée en 1989, un deuxième en 1990, et la Résidence des Hauts Bois qui date de 1999.

CRÉER DES PASSERELLES...

Ces constructions ont été érigées peu à peu, sans harmonisation. Elles ne sont pas reliées par des équipements publics et il n’y a ni place, ni commerces en extérieur. Le projet de requalification du site a pour objectif de pallier au côté vieillissant du foncier, d’améliorer les flux de circulation en permettant la cohabitation des véhicules, des skieurs et des piétons, et de redonner une unité d’ensemble à la station. Le tout avec une vraie « vision au long cours ».

Le cahier des charges est élaboré en concertation avec les propriétaires. “Nous avons, par exemple, fixé ensemble le volume, la hauteur et l’ombre portée des constructions. Suite au concours d’architecture, trois offres complètement différentes et toutes très intéressantes ont été retenues. Parmi elles, notre choix s’est finalement porté sur l’aménageur Pierre & Vacances-Center Parcs et sur le cabinet d’architecture Wilmotte et associés. Ce sont eux qui apportent la meilleure réponse pour conjuguer les bâtiments actuels et futurs avec Le Paquebot”, précise Corine Maironi-Gonthier. Ce programme ambitieux «nécessite un trésor» de 220 millions d’euros hors taxes. Afin qu’il ne pèse pas sur le budget communal, la mairie apporte le foncier (22 millions d’euros) en contrepartie d’équipements publics.

A BON PORT

Sur 54 000 m2, l’opérateur concessionnaire réalise les équipements publics, réseaux, voirie, cheminements, places, ascenseurs. Et le « carnet de bord » prévoit la création de 2450 nouveaux lits (en plus des 3050 existants). Deux résidences Pierre & Vacances sont prévues. La première, qui doit être livrée pour Noël 2019, s’élève à proximité du Paquebot. Il s’agit d’une « premium haut de gamme » de 11 000 m2, comprenant 170 appartements, des commerces, un bar-restaurant et un spa. Envisagée pour Noël 2020 (tout comme la halte-garderie municipale de 600m2), la deuxième résidence a une vocation familiale. Sur 24 000 m2, elle se compose de 310 appartements répartis en sept petits immeubles, et d’une galerie commerciale en partie haute. A son entrée, le pôle aqualudique novateur de 2600 m2 est également ouvert au grand public. Des parkings de 1300 places couvertes et 100 extérieures sont aménagés.

La dernière tranche de travaux est prévue pour Noël 2022. Elle concerne la création d’un hôtel novateur (des discussions sont en cours avec la Folie Douce) de 160 chambres sur 11 000 m2, et de logements pour le personnel et les saisonniers.

CAP SUR LE FUTUR

Le projet prévoit des matériaux tels que la pierre, le bois, le verre traité, utilisés dans des configurations architecturales innovantes. Outre l’aspect végétal et minéral, l’aménagement paysager du site va jusqu’à l’intégration d’une piste animée et éclairée qui passera en plein cœur de l’urbanisation ! “Il faut que ce programme soit une réponse à ce qu’on recherche(ra) en montagne, c’est-à-dire de vivre en adéquation et en proximité avec l’environnement. Sur le volet commercial, nous envisageons l’implantation de nouvelles activités indoor et outdoor, de commerces inhabituels en station comme un fleuriste par exemple, de concepts stores, et sommes en pourparlers avec des chefs étoilés... On s’intéresse également aux familles qui travaillent à la montagne. Nous leur destinons une offre nouvelle avec des appartements hyper connectés. Nous avons aussi envie de proposer une expérience dingue, des habitats originaux qui font fonctionner le « Wahou » comme des igloos de verre sur les terrasses des toitures. Avec ce programme, on se projette directement sur 2025 !” s’enthousiasme Corine Maironi- Gonthier. Un bon rythme de croisière.

+ d’infos :
www.ville-aime.fr/mairie
www.la-plagne.com

© Philippe Royer, Wilmotte et Associés