en chantier

urbanisme
- cœur de lyon -

par Estelle Coppens - 7 nov. 2019

lyon soigne son cœur

« CŒUR PRESQU’ÎLE », C’EST LE NOM DONNÉ AU CYCLE DE RÉNOVATION ET D’EMBELLISSEMENT DE 10 ESPACES PUBLICS DU CENTRE-VILLE DE LYON.

Ce périmètre reprisé s’étire de la place Chardonnet sur le haut des Pentes, au nord, à la place Ampère, au sud, en passant par la très centrale place des Terreaux. Dans le sillage de l’opération d’urbanisme menée par la Ville de Lyon et la Métropole jusqu’en 2020, une frise quasi ininterrompue de chantiers qui laisse le visiteur étonné, l’habitant agacé. Mais certains de ces secteurs arpentés chaque jour par des dizaines de milliers de piétons n’avaient pas été rafraîchis depuis 40 ans. Entre temps, les revêtements au sol se sont usés, Lyon a grandi et surtout, le rapport à la ville a évolué, on «dévoiturise» notamment le centre. Petit passage en revue des principales opérations de relooking et expérimentations menées...

Quartier Victor Hugo

LA RUE VICTOR HUGO, NOUVELLE, VRAIMENT ?

Cet axe piéton bordé de commerces relie directement la place Bellecour à la gare de Perrache, verrue surélevée offerte à la ville par Louis Pradel, également en cours de transformation. A quoi s’attendre pour sa version 2020 ?
On change les sols et le mobilier urbain pour gagner en épure. On repense les aires de livraison pour plus de sérénité, les éclairages publics afin d’attirer le regard sur les belles façades anciennes. Cependant, on n’injecte pas d’art. Ni de verdure à cause du métro qui passe en dessous, et dont l’étanchéité de la dalle refaite, elle aussi, ne doit pas être menacée par les racines. Des arbres viendront toutefois habiller les intersections des rues adjacentes.

Place Ampère

LA PLACE AMPERE REVIT

La place Ampère était gisante, littéralement repliée sur elle-même, tournant le dos à la rue Victor Hugo dont elle est en léger retrait. Décatie, avec sa fontaine noyée dans une verdure austère et brouillonne ne suffisant pas à contrebalancer l’omniprésence du minéral. Un comble...
Résultat, on ne faisait que la traverser sans même songer à y faire une pause. Derrière les palissades du chantier, les changements se devinent. La place respire déjà mieux, les espaces ont été redéfinis. La statue du scientifique Marie-André Ampère en ressort grandie, mise en valeur par un miroir d’eau qui l’entoure. Une dizaine d’arbres à la silhouette élancée s’apprêtent à être plantés dans des carrés fleuris, sur une place qui s’ouvrira davantage sur la rue Victor Hugo.

 

Entre l'Hôtel de Ville et l'Opéra, une place piétonnisée

PLACE DE LA COMÉDIE, L'UNION FAIT LA FORCE

Comprise entre l’Opéra de Lyon et la mairie centrale, la place de la Comédie ne possédait pas de réelle identité : ni vraiment carrossable, ni tout à fait piétonne. Les aménagements en cours ont vocation à unifier ce petit espace urbain, néanmoins plaque tournante des transports en commun, lieu de culture et où l’on se donne également copieusement rendez-vous. Les piétons, là encore, se retrouvent confirmés dans leurs prérogatives. A terme, un parvis commun fera office de trait d’union entre les deux bâtiments à l’architecture de caractère.

LA PRESQU'ILE CHERCHE UN NOUVEAU SOUFFLE

«Presqu’île Nature», c’est l’expérimentation lancée cet été par la Ville de Lyon, en haute saison pré-municipales. Objectif : augmenter la présence de la verdure en hyper centre-ville sur ses principaux axes. Rue du Président Herriot, l’ancienne voie bus-taxi-vélo est occupée par de grandes jardinières en bois accueillant ar-bustes, graminées et fleurs, sachant que les rues de Brest, Chenavard et Gasparin devraient connaître le même traitement végétal.
Vélos, bus, trottinettes et autos se retrouvent ainsi à partager une voie de circulation unique. Si l’essai de 18 mois est concluant, un mode de plantation plus pérenne sera retenu. Pour l’instant, les réactions sont mitigées. Les cyclistes sont mécontents (moins de sécurité). Les automobilistes et usagers des bus, aussi. Quant aux piétons, certains approuvent, d’autres pointent la pollution engendrée par la circulation automobile qui bouchonne dans la rue-test...

EN TEST...

De son côté, la Métropole avait prévu de tester la piétonnisation de la Presqu’île trois samedis d’automne, du bas des Pentes à la place Bellecour, certaines voies restant toutefois ouvertes aux voitures. Les TCL sont priés de ne pas dépasser les 20 km/h, les autres véhicules autorisés à circuler devront rouler au pas. La pertinence du dispositif fera l’objet d’une enquête-concertation jusqu’en janvier 2020, afin d’instituer ou non cette idée et d’affiner sa fréquence.

©Buren-Drevet-OGI / ©My Lucky Pixel // Ilex Paysages et Urbanisme / ©MOZ Paysage / ©Ville de Lyon