frou-frou

mode
saola

par Gaëlle Tagliabue - 13 mars 2020

l'éthique & tac !

LONGTEMPS À LA TRAÎNE, LA CHAUSSURE MET ENFIN LES PIEDS DANS LE PLAT DE L’ÉCO-RESPONSABILITÉ ET EMBOÎTE LE PAS À L’INDUSTRIE TEXTILE POUR PLUS D’ÉTHIQUE, ET TIC ! FAITES LA OLA POUR SAOLA !

Après 17 ans passés dans l’industrie textile – la deuxième industrie la plus polluante – Guillaume Linossier nourrit sa conscience environnementale et change définitivement de cap en 2015. Le choc de la quarantaine sans doute – on sait, ça donne de furieuses pulsions ! –- avec l’envie de créer une entreprise en prise avec ces problématiques. Des pieds, plus ou moins bien sapés, dans l’outdoor et le cœur accroché à la préservation de l’environnement, il suit son instinct et lance, en 2018 à Annecy, la marque de chaussures Saola sous deux bannières bien tendues : l’éco-conception et la préservation de la bio-diversité.

ETHIQUE PAS ÉTRIQUÉE

Intégré dès 2017 à l’incubateur Annecy Base Camp, porté par Outdoor Sports Valley, le projet profite immédiatement d’un sérieux coup d’accélérateur, réseau et force de territoire au plancher. La gamme se développe en combinant esthétique sportswear, confort et soins apportés au choix des matériaux qu’ils soient organiques, recyclés ou bio-sourcés. “Chaque année, dans le monde, ce sont 25 milliards de chaus-sures qui sont produites. Quand ma fille m’a demandé ce que ce chiffre représentait, nous avons fait un petit calcul : il nous faudrait 750 ans pour arriver à compter jusque-là...”. Vertigineux. “Et lorsque l’on sait que 70% de l’empreinte carbone de la chaussure sont liés aux matériaux, on se dit que l’on peut déjà commencer par là...”.
Qu’à cela ne tienne, Saola fait ses premiers pas et se perfectionne à grandes enjambées. Dessus des chaussures en bouteilles plastiques recyclées, semelles élaborées à partir d’algues invasives et de liège, lacets en coton bio... Soit 80 à 100% de produits recyclés pour la dernière collection printemps, 5e du nom. Un bon début. Et plein de perspectives d’amélioration pour les collections à venir. Feuilles de bananiers et plastiques issus du nettoyage des océans bientôt à vos pieds. Sans parler d’une sérieuse réflexion pour penser à l’après et garder un œil attentif et impatient sur les innovations technologiques en matière de recyclage.

URBAN, ET MÊME VEGAN !

Le pied léger et la tête bien faite, Guillaume a conçu Saola comme un mode de vie et un courant de pensée. Style urbain, design minimaliste qui mise sur l’intemporalité, plutôt que sur l’effet mode, confort à toute épreuve (400 gr par paire pour la collection été), la marque, qui développe une gamme de chaussures lifestyle et de sneakers, revendique son appartenance au mouvement de la slow fashion (en opposition à la fast fashion) qui mise sur des modèles destinés à durer, à traverser les modes et les saisons. Produire à l’échelle humaine en s’inspirant du commerce équitable plutôt que de la fashion week.

Saola, c’est aussi une chaussure 100% vegan, totalement dépourvue de produits d’origine animale. Et pour cause, Guillaume s’est engagé, dès le départ, à soutenir des associations actives pour la préservation de la biodiversité en leur reversant 1% de son chiffre d’affaires annuel. Seul en selle au début de l’aventure – il n’y avait alors pas foule pour battre le pavé – il s’est depuis entouré de 6 free-lance spécialistes en leur domaine et éparpillés dans le monde entier, créant ainsi un véritable éco-système de savoir-faire sans frontières. De quoi parfaire le design, notamment sur la gamme féminine, et le modèle d’éco-conception. Parce qu’il n’est jamais trop tard pour découvrir de nouveaux horizons. D’ailleurs, vous saviez que Saola est le nom d’une espèce rarissime d’antilope (surnommée la licorne asiatique) qui n’a été découverte qu’en 1992 dans les montagnes du Vietnam et du Laos, sans que personne ne l’ait jamais remarquée avant... ? Fou et inspirant.

 

+ d'infos : http://saolashoes.com