j'ai testé...

le swimcross

par Gaëlle Tagliabue - 5 oct. 2019

hors d'eau hors d'air

RAVIGOTÉE PAR MA DERNIÈRE TENTATIVE DE REÉCONCILIATION EXTRA-SPORTIVE ET CONVAINCUE QUE LE MILIEU AQUATIQUE ME RÉSERVAIT ENCORE BIEN DES JOYEUSETÉS, J’AI TENTÉ LA TENDANCE CROSS QUI SE CONJUGUE À TOUS LES SPORTS... KRIS KROSS WILL MAKE YOU JUMP JUMP ET J’AI JUMPÉ INTO THE SWIMMING POOL...

Le swimcross appartient à la catégorie des sports new generation qui savent allier défi sportif et esprit collaboratif, dépassement de soi et franche rigolade. Plus à l’aise dans un aspect que dans l’autre (je vous laisse le soin de deviner lequel), je me suis prêtée au jeu de l’exercice avec la plus naïve décontraction.

A L’ASS-EAU !

Après la 4G (bientôt dépassée), le 2.0, la PS4 et le S10, voici venue l’aire du sport en 3D. J’ai donc envoyé mon hologramme se jeter à corps perdu dans les eaux aussi translucides que lui du bassin chloré pour une expérience qui n’a rien eu d’édulcoré. Objectif: suer en 3 dimensions en enchaînant des exercices dans, sur et hors de l’eau. Et pour le coup, j’ai été bien dans le jus, grave sur les rotules et clairement hors d’usage après ma prestation dont les chorégraphies millimétrées de natation synchronisée feraient bien de s’inspirer, histoire de renouveler un peu le genre.
Top départ, la session de parcours en individuel dure environ 25 minutes et il faut enchaîner le maximum de tours. Autant le 1er passage passe encore, le côté ludique l’emportant sur la culture du résultat, autant le second se gâte franchement. Et que dire des suivants... Chaque obstacle à franchir me semble à chaque fois plus insurmontable, je me traîne comme une otarie échouée qui aurait errée dans les eaux gelées de l’Arctique durant des semaines à la recherche d’un bout d’iceberg auquel s’accrocher. Lorsque je parviens à m’extraire de l’eau, à moitié en apnée et encore bleuie par l’effort fourni, j’enchaîne avec une série de pompes et de squats sur des tapis mouvants avant de me faire une série de fentes au bord du bassin. Sérieux, rien ne m’aura été épargné !

MOLL-EAU

C’est ensuite sous forme de challenge collectif que le jeu se poursuit. Dommage l’équipe, chacun sa croix, aujourd’hui, ce sera moi... Et autant vous annoncer tout de suite, le départ plongeon on oublie, perso je saute à pieds joints en me bouchant le nez, vous ne m’en voudrez pas ? Petites sessions de nage rapide (à l’indienne, ça marche ?), modules à escalader, glissades improvisées, abdos-fessiers-souffle coupé, poids immergés au fond du bassin à rapporter... Touchée, coulée... sous-marin HS.
Dans la lignée des marathons semi ou archi, des épreuves de crossfit, bi-triathlon et autres ironman tous plus extrêmes, le swimcross a lui aussi ses événements dédiés avec une vraie saison de défis à relever à travers la France. Avis aux amateurs d’effort haute intensité, vous en aurez pour votre engagement.
Petit conseil pratico-indispensable: on évite absolument le bikini échancré-ficelles sur le côté sous peine de finir en string de dos... comme de face. Idem pour le haut triangle-m’en fous-j’ai pas de seins, parce qu’autant y aller topless tout de suite. Alors bien sûr, les plus sportives d’entre vous s’en doutaient... Gna-gna-gna... Moi pas.

 

+ d’infos :http://chatel-formedo.com