les alpes so hype !

dossier / les tire-fesses
passent à confesse : châtel

par La rédaction - 16 déc. 2018

châtel au naturel

Châtel, si vous étiez un signe astrologique ? Alors je suis plutôt simple, naturelle, j’aime profiter des petits plaisirs de la vie, je fuis les complications et l’agitation… Ce serait quoi, alors ? Taureau peut-être… ah oui, et je suis extrêmement fiable et d’une grande ténacité. Vous avez dit butée ? Ok. Taureau, ça ne fait donc pas de doute !

Si vous étiez une personnalité emblématique ?
André Crêpy, maire pendant 30 ans et personnage très haut en couleurs. Surnommé Dédé 1er, le Bulldozer ou le Rambo des Portes du Soleil. Inséparable de son chapeau tyrolien, il était rusé, mais prenait certaines libertés avec les textes administratifs et obligations légales… C’est lui qui me reliera avec Avoriaz, en bravant les interdits… (voir focus).

Si vous étiez un champion ?
Françoise Macchi, championne de ski dans les années 70, l’époque de mon développement. Une des pistes noires mythiques des Portes du Soleil, sur le Linga, porte d’ailleurs son nom, et son père a créé la première école de ski châtellane.

Si vous étiez un people ?
La journaliste Carole Gaessler. Elle vient régulièrement me voir. Une femme de caractère, mais simple et conviviale. Tout moi, quoi !

Si vous étiez un festival ?
Les Neiges Etoilées (voir focus).

Si vous étiez un film ?
«Bienvenue en Suisse». Depuis le col de Morgins, on donne direct chez nos voisins.

Si vous étiez un événement marquant ?
En 1861, des investisseurs parisiens créent un hôtel à proximité d’une source d’eau noire, avec l’intention de faire de moi une station thermale. La source n’est pas assez productive pour que ce choix soit pérenne, mais cette initiative lance le tourisme estival dans la vallée. La source existe toujours, et l’hôtel aussi. Depuis 2015, c’est d’ailleurs une auberge de jeunesse, gérée par un enfant du pays.

Si vous étiez un plat typique ?
Nous sommes dans la Vallée d’Abondance, je serais donc évidemment le Berthoud : un plat uniquement à base de fromage Abondance (AOP) qui porte le nom d’une famille qu’on retrouve ici des deux côtés de la frontière.

Si vous étiez un personnage fictif ?
Je crois que je me reconnais bien dans Peter, d’Heidi, le petit gars qui dévale pied les pentes d’une montagne à laquelle il est viscéralement attaché.

Si vous étiez une chanson ?
Une chanson de Philippe Chatel ? Vous n’en connaissez pas ?

Si vous étiez un livre ?
Pas un livre de Luc Chatel en tous cas… «Voyage au bout des skis ?», dans les Portes du Soleil, on parle souvent de ski-safari, parce qu’on passe d’un pays à l’autre et qu’on peut skier toute une journée sans descendre deux fois la même piste.

Si vous étiez une devise ?
Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve… C’est tiré d’Emilie Jolie. Vous voyez que vous connaissez Philippe Chatel.

Si vous étiez une légende ?
Je serai plutôt une boutade… du genre poisson d’Avril. A la fin des années 70, Bruno Gillet, le directeur de l’Office de Tourisme lance le slogan : «Châtel, la plus suisse des stations françaises». Pour le 1er avril, il va encore plus loin et annonce l’annexion de Châtel par la Suisse. Passant à côté de la date de cette annonce, les plus grands médias ont débarqué pour en faire un reportage !

Si vous étiez un art ?
L’ar… va ! Avec l’instabilité chronique du manteau neigeux, on n’est jamais trop prudent.

Si vous étiez une année ?
1947, date de construction du premier téléski de Vonnes qui lança le tourisme hivernal à Châtel.

Si vous étiez un âge ?
Et bien vous savez compter… 1947-2017, j’ai fêté mes 70 ans l’année dernière.

Si vous étiez un moment de la journée ?
Je serais plus un moment de la semaine, le Dimanche, mais une Belle Dimanche ! (événement châtellan incontournable de l’été, la Belle Dimanche).

Si vous étiez un alcool ?
La gentiane et son goût amer si particulier, qui, autrefois, soignait les personnes et les animaux.

Si vous étiez un animal ?
L'aigle royal. On peut encore en voir deux couples par ici : l’un d’eux niche dans le Mont de Grange et l’autre dans le Mont Chauffé en Vallée d'Abondance...

Si vous étiez une activité hors neige ?
Le Fantasticable !

Si vous étiez un souvenir kitch ?
Un coussin en poils de vache, de race Abondance.

Si vous étiez un accessoire de mode ?
Le béret remis au goût de jour et décliné à l'infini comme accessoire de sortie en ville...

Si vous étiez une position sexuelle ?
Je serais la tyrolienne, ça vous parle?

FOCUS CHÂTEL

Liaison dangereuse

Elle paraît aujourd’hui évidente, mais il aura fallu des montagnes de détermination pour assurer la liaison entre Châtel et Avoriaz. Même si depuis les années 60, les deux stations font partie du même domaine, les Portes du Soleil, en 1980, on ne peut toujours pas les relier à ski ! Côté Avoriaz, un permis a pourtant été accordé pour la construction d’un télésiège en direction de Châtel. Mais de l’autre côté du miroir, nada ! Pas de permis sur les pentes de Châtel.

Alors au diable les réglementations ! Le maire, André Crêpy, engage les travaux en douce. Il embauche du personnel communal et trouve des bénévoles pour réduire les coûts et ne pas avoir à demander de dossier d’Unité Touristique Nouvelle (UTN), nécessaire pour tout projet supérieur à 5 millions de francs. Et pour créer la nouvelle piste ? Il prend quatre tronçonneuses, autant de paires de bras, et dégage 800m2 de bois le temps d’un week-end. Les gendarmes répliquent. Pour leur échapper, Crêpy se cache dans un alpage, les détournant ainsi de ses équipes qui effectuent les derniers travaux. Il finit quand même par être condamné pour construction illégale… Avant d’être gracié par le Président de la République et de se voir remettre, en 1981, le permis officialisant la construction de son télésiège de Rochassons… 1 heure avant son inauguration par le Préfet. Ouf !

Petits trafics entre amis

Quand on vit si près d’une frontière, forcément, il est tentant de passer d’un côté à l’autre, les poches vides… ou pas. Durant des siècles, et surtout entre 1920 et 1960, les habitants de ce qui est aujourd’hui le domaine des Portes du Soleil, font donc transiter des marchandises par les cols. Les voyages se font sur des sentiers de montagne reculés que les locaux arpenteraient les yeux fermés - et ça tombe bien, car ils les empruntent généralement la nuit - ou dans les lits des rivières, pour ne pas laisser de traces. Dans leurs sacs, les contrebandiers français glissent, à l’aller, de la viande, du beurre, des œufs et du fromage, recherchés par les Suisses, car bon marché. Au retour, ils rapportent du tabac, du chocolat, du café, des épices ou des cloches pour les vaches - les fameux potets, que les Suisses fabriquent avec talent. Il ne s’agit d’ailleurs pas vraiment d’un trafic organisé, mais plutôt d’une forme de troc entre petits villages d’agriculteurs très pauvres.

Ces échanges sont aujourd’hui racontés à la Vieille Douane de Châtel. Le bâtiment, sur la route du Col de Morgins, abritait effectivement les douaniers avant de fermer, en 2009 et d’être réhabilité par la Commune. Il accueille désormais le Centre d’Interprétation de la Contrebande en Montagne.

Gourmands au firmament

Ce n’est pas nouveau, en station, on aime manger… Ah, ils ont bon dos l’air de la montagne et les grandes journées au ski ! Depuis 2011, Châtel profite donc de l’arrivée du froid pour mettre en valeur la culture, les savoir-faire culinaires locaux et l’amour des bons produits. Cours de cuisine, marché du terroir, petits-déjeuners givrés et dîners étoilés, les «Neiges Etoilées» justement, festival Inteurnachionaul de Gastronomie est ouvert aux petits comme aux grands, amateurs ET professionnels. Plusieurs toques de renommée y sont déjà venues saucer les plats, Edouard Loubet, Claude Legras, Régis Marcon, Michel Roth, Gilles Goujon ou Marc Veyrat, et pour cette 7ème édition, la thématique, c’est le chocolat ! Mioum !

+ d’infos :
Neiges Etoilées - du 6 au 9 février 2019 - chatel.com

© JF.Vuarand / Ot Châtel / © JF.Vuarand / Ot Châtel
La rédaction