les alpes so hype !

dossier / les tire-fesses
passent à confesse : la clusaz

par La rédaction - 12 déc. 2018

la clusaz tête baissée

La Clusaz, si vous étiez un signe ? Je serais bélier. Fonceuse et terriblement obstinée, rien ne m’arrête, j’écrase les obstacles sur mon passage. Je suis brute de décoffrage et alors ? Inutile d’en faire un fromage. Impulsive, mais bienveillante, j’ai un grand sens du partage, surtout quand vient l’heure de l’apéro. On trinque ?

Si vous étiez une personnalité emblématique ?
Yves Pollet-Villard guide de haute montagne et maire de 1961 à 1981 qui s’est remonté les manches pour me faire passer en douceur d’une ambiance agro-pastorale à une révolution touristique ! Il m’a un peu décoiffée sur les bords, et il a bien fait !

Si vous étiez une expression ?
Je suis le roi de la glisse ! Ski, Sex and Fun !

Si vous étiez un festival ?
Le radio Meuh Circus Festival et sa programmation de haute voltige étalée sur 5 jours de pure folie ! (voir focus)

Si vous étiez un film ?
Would you… Ce film retrace l’histoire de Jérémy Pancras, freestyleur bien de chez moi, victime d’une terrible chute sur la piste du Big Air, le 7 octobre 2017. Séquelles terribles, il récupère jour après jour, à force de persévérance… Would you, un long parcours pour remonter la pente !

Si vous étiez un évènement insolite ?
Le défi Foly ! Pour clôturer la saison, on prend de l’élan sur une pente super raide et le but du jeu est de glisser le plus loin possible sur le lac des confins, avant de couler ! Depuis 1968, plus de 150 sportifs déjantés s’adonnent à ce petit plaisir. Y en a même qui descendent à baignoire ou sur des engins d’une autre galaxie, et leur bonheur fait celui des spectateurs comme le mien !

Si vous étiez une spécialité culinaire ?
Difficile de ne pas répondre le reblochon, en tartiflette notamment ! Mais une bonne tomme de sous les fagots à l’heure de l’apéro…

Si vous étiez un personnage fictif ?
Gargantua, célèbre personnage de Rabelais, qui aurait malgré lui, créer la porte des Aravis. (voir focus).

Si vous étiez une chanson ?
Oh Maclusaz, Maclusaz, elle danse tous les soirs, pour les dockers du sport, qui ne pensent qu’à boire… Oh Maclusaz, Maclusaz !

Si vous étiez un évènement marquant ?
La construction du premier téléphérique de Beauregard en 1955 qui a permis mon envol.

Si vous étiez un moment de la journée ?
L’après ski !

Si vous étiez un âge ?
Les trente joyeuses !

Si vous étiez un champion ?
Candide Thove’Xtraterrestre, une vraie figure de style… (voir focus).

Si vous étiez une pratique originale ?
Le levé de coude à l’heure de l’après-ski peut-être ?

Si vous étiez un art ?
L’art à Vis !

Si vous étiez un alcool ?
Qui boit d’la gnôle casse la bagnole ! Une p’tite liqueur de gentiane des Aravis pour qu’ça glisse ? Ou un génépi du Père Mathieu..

Si vous étiez un sujet tabou ?
Les guerres de clocher avec le Grand Bornand, chacun pour soi et Dieu pour tous !

Si vous étiez un complexe ?
Celui de Peter Pan ?! Pas besoin de me dé-rider…

Si vous étiez un animal ?
Le bélier, parce que je fonce droit devant, mais surtout parce qu’il est mon emblème.

Si vous étiez un accessoire de mode ?
Les lunettes de soleil pour garder toujours un œil discret sur ma caractéristique physique principale…

Et donc, si vous étiez une caractéristique physique principale ?
La blonde aux yeux bleus… pas facile tous les jours !

Si vous étiez une activité hors neige ?
Un peu de bronzette ou de ski-bar, ça compte ?

Si vous étiez un souvenir kitch ?
Un petit ramoneur savoyard... Au choix, en porte clés, magnet, enfermé dans sa bouteille de liqueur ou notre préféré : en carte postale brodée...

Si vous étiez une légende ?
Je serais une légende vivante ! Edgard Grospiron, the boss ! Celui qu’on ne présente plus et qui a marqué l’histoire en remportant le 1er titre olympique de ski de bosses en 1992. Secouez, secouez-moi, j’en suis encore toute retournée.

Si vous étiez une position sexuelle ?
Le petit ramoneur...

FOCUS - LA CLUSAZ

La vache que c’est bon !

2007 souffle un vent de folie, Philippe Thévenet, Cluse pure souche, touche à son rêve. Il y a longtemps que ça mijote, enfin ça y est, sa webradio est née. Son but est simple : proposer de la bonne musique, chatouiller l’oreille des auditeurs sans jamais les lasser. Playlist diffusées en streaming et surtout sans pub, il accroche son public illico, rebondit sur les réseaux sociaux, pas le temps de dire ouf, Radio Meuh explose. En 2013, il s’associe avec ses potes de Doka Productions dans la création d’un évènement déjanté : à l’affiche des concerts à gogo, en scènes off ou sous chapiteau, La Clusaz monte au créneau !

Organisé au début du printemps, la nouvelle édition du Radio Meuh Circus Festival se déroulera du 28 au 31 mars prochain et n’a d’ores et déjà plus rien à prouver ! Hip hop, soul, rock ou disco, à chacun son mouv’.

A pas de géant

Gargantua, célèbre ripailleur rabelaisien, aurait, au cours d’une virée sûrement arrosée, heurté la montagne. Il cogna si fort qu’il envoya valdinguer un bon morceau de rocher tout droit dans le Beaufortin. Sa maladresse aurait ouvert la porte des Aravis, et donner naissance à la Pierra Menta : “L'illustre et bon géant Gargantua, badaudant, bavardant, badinant, (...)barbottant et regardant les mites voler, s'en vint dans le pays de Savoie, portant sa botte et le nez en l'air, ce qui n'est point recommandé dans ces régions. Quand il parvint en un lieu hérissé nommé Aravis, (…) il s'en vînt donner en plein du pied droit dans une montagne fort épaisse(…) Ne s’y fit à lui même aucun mal, mais seulement un fort grand trou à travers la dite montagne dont le morceau vola en éclats parmi les airs, et s'alla planter avec un épouvantable fracas et gros tourbillon de poussière à plies de dix lieues vers le sud, dans une terre nommée Beaufortin, où il écrasa, en tombant, trois sauterelles et un rat.” Rabelais.

A chat perché !

Rendu célèbre pour avoir sauté le Chad’s Gap aux Etats-Unis - vol de 36 mètres au dessus de 12 mètres de vide -, à 36 ans, Candide Thovex, skieur professionnel spécialiste de freeride et freestyle, rafle la quasi-totalité des médailles partout où il plante un bâton. Depuis le début de sa carrière en 1996, il manie insolence et démesure sans jamais prendre froid aux yeux. Aujourd’hui, il affole la toile au travers de sa caméra embarquée, à la recherche des spots les plus spectaculaires, et conjugue sa vie de glisseur à celle de réalisateur effréné. Même pas peur !

Sésame, ouvre-toi...

Si on rembobine le fil, difficile d’imaginer La Clusaz coupée du monde, et pourtant. Fin du 19ème, l’étroite brèche qui mène au village est si étroite, qu’elle est vivement déconseillée à tout déplacement. Totalement enclavé, ici, on vit à la débrouille, forêt, alpages, l’agro-pastoral fait office d’activité principale. 1902, la route est élargie et le col des Aravis ouvert, le paradis blanc respire, une nouvelle vie commence. Accès facilité, les premiers curieux attirés par les cimes transitent, découvrent, s’amourachent du coin, et pointent le bout de leurs spatules en 1907. Si depuis, place a été clairement faite au tourisme et à son industrie, l’héritage agro-pastoral s’accroche aux traditions, quid du reblochon ?!

© Clement Hudry / © Pascal Lebeau / © Lego
La rédaction