les alpes so hype !

dossier / les tire-fesses
passent à confesse : la plagne

par La rédaction - 12 janv. 2019

la plagne pom'pon Girl

La Plagne, si vous étiez un signe astrologique ? Il paraît que le capricorne est le signe de la montagne, ça me paraît donc tout trouvé ! D’autant qu’apparemment, il lui faut du temps et du travail, au capricorne, pour prendre conscience de sa valeur, mais il a tendance à se bonifier, s’alléger et même rajeunir avec les années… ça colle.

Si vous étiez une personnalité emblématique ?
Je serais le Docteur Pierre Borrione, l’homme à l’origine de l’idée de La Plagne. Médecin de campagne, maire d’Aime, il voulait sauver la vallée de la désertification, créer suffisamment d’emplois pour assurer la survie des communes, quand les industries cesseraient leurs activités. Sa solution : créer une station de ski. Une solution avec laquelle il a su convaincre les maires des communes voisines, et ce n’était pas gagné (voir focus)…

Si vous étiez une année ?
1961, l’année de mon ouverture. Les deux premiers hôtels étaient à peine terminés, il a fallu paré au plus pressé, déballer la vaisselle aidés par les clients… avec les appartements aux Isbas, je n’offrais à l’époque que 200 lits.

Si vous étiez un festival ?
Festigliss, qui réunit les précurseurs en nouvelles glisses, à la Plagne-Montalembert depuis 10 ans.

Si vous étiez un film ?
«Le Syndrome du moniteur de ski», tourné ici l’année dernière, et qui devrait sortir début 2019, avec Joséphine Méaux, Grégoire Ludig et Gustave Kervern.

Si vous étiez une spécialité culinaire ?
Je serais la fondue du Forperet, dans laquelle le mélange traditionnel de fromages est remplacé par de la tomme faite sur place, le vin blanc par du cidre et dans laquelle, en plus du pain, on peut tremper des morceaux de pomme.

Si vous étiez un alcool ?
Une bière de Tarentaise. Comme la plupart des stations aujourd’hui, j’ai ma propre brasserie artisanale, les Ceutrons.

Si vous étiez un personnage fictif ?
Je serai Tanguy ou Laverdure. En 1968, un volet de la série «Les Chevaliers du Ciel» est tourné ici. Je suis encore toute petite, avec mes 4 villages, et la diffusion de cet épisode, deux ans plus tard, aura une incroyable portée médiatique. Stars de la chanson, sportifs et politiques se bousculeront dès lors pour être vus ici, à l’instar de Marlène Jobert, Sylvie Vartan, Alain Peyrefitte ou Jacques Chaban-Delmas.

Si vous étiez une légende ?
En 1968, toujours, j’aurais dû recevoir Bobby Kennedy, le frère de JFK, alors invité par l'épouse d'Emile Allais. Arlette Ratel, l'une des rares monitrices anglophones à l’époque l'aurait accompagné. Tout avait été organisé… Mais il s’est fait assassiné entre temps.

Si vous étiez un livre ?
Au bonheur des Dam… euses ! Parce qu’ici, on peut même dormir dedans… (voir focus).

Si vous étiez un art ?
L’art de faire durer le plaisir… Je peux me vanter de proposer le slalom le plus long du Monde, 4 km et 320 piquets, pour une course unique dont on verra la 2ème édition le 30 mars prochain.

Si vous étiez un champion ?
De free-style, assurément ! Marie Martinod ou Kevin Rolland.

Si vous étiez un people ?
Sans hésitation, Elodie Gossuin, c’est mon ambassadrice.

Si vous étiez un âge ?
Difficile à dire, je suis née plusieurs fois entre 1961 et 1990…

Si vous étiez un événement marquant ?
L’incendie de la Gare de la télécabine de la Grande Rochette en mars 1972. La liaison avec Champagny était interrompue, pour pallier et terminer la saison, on a donc reconstruit un téléski provisoire en 10 jours, une vraie prouesse technique ! La gare, elle, a été reconstruite dans l’année.

Si vous étiez une devise ?
«Toute la montagne en 10 stations», enfin 11 maintenant.

Si vous étiez un sujet tabou ?
Un petit conflit d’intérêt ? Entre le maire de la Plagne-Tarentaise et son entreprise de déneigement, pointé du doigt par la Cour Régionale des Comptes…

Si vous étiez un animal ?
Une pieuvre ou une araignée, un animal avec un corps central et une dizaine de pattes ou tentacules.

Si vous étiez une chanson ?
Ça Plagne pour moi… ouh ouh ouh ouh… Oui, c’est facile.

Si vous étiez un complexe ?
En étant composée de 11 stations-village, je ne serai pas un complexe, je SUIS complexe…

Si vous étiez un accessoire de mode ?
Je serais une tenue Courrèges, celle qui habillait mes hôtesses d’accueil à la fin des années 60.

Si vous étiez une pratique insolite ?
Le Bobsleigh, je possède l’unique piste en France.

Si vous étiez un souvenir kitch ?
Des chaussons-chaussures de ski.

Si vous étiez une caractéristique physique ?
La souplesse, il en faut pour s’étendre autant !

Si vous étiez une position sexuelle ?
La Bretelle Trieuse

FOCUS LA PLAGNE

Over the moon

«Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec, on atterrit dans les étoiles» disait Oscar Wilde. Ne la visez plus, ne vous mettez plus la pression. A La Plagne, il est désormais possible de dormir juste au-dessous de la lune… sous une pluie d’étoiles ! Voilà une chambre d’hôtel unique au monde aménagée dans… une dameuse ! Hé oui, finis yourtes, tipis, cabanes… La dameuse à 2400m d’altitude, c’est THE nouvel hébergement insolite qui en jette. Comme ça, une dameuse, ça fait pas très glamour, mais détrompez-vous ! Tout le confort d’une suite grand luxe est présent (lit queen size, chauffage, plafond vitré, cadeaux surprise…) avec notamment un jacuzzi vue sur le Mont Blanc. Tout est réuni pour vivre une expérience incroyable, seul au monde, dans une chambre mille étoiles ! Et n’oublions pas, tout ce qui se passe à 2400m d’altitude reste à 2400m…

Melting potes

Dans les années 60, avec la désertification de la vallée issue du déclin de l’activité agricole et minière, miser sur le tourisme et la création de La Plagne était devenu une nécessité économique. On aurait pu croire que les habitants se serreraient les coudes, mais de vraies frontières existaient entre toutes les communes du secteur, ce qui rendait d’autant plus audacieux le pari de les réunir pour la création d’une super station !

Des conflits dont l’origine remonte à la nuit des temps (ou du moins à l’époque médiévale) sont toujours d’actualité, comme le contrôle de l’eau, la propriété de certaines sources… A Macôt, c’était «castagne tous les dimanches à cause des filles», des jalousies subsistaient entre Macôt (la commune plus riche) et Aime, notamment sur des histoires de propriété d’alpages… Finalement, quelques querelles de clocher et rivalités plus tard, à force de persuasion, le Docteur Borrione, maire d’Aime, arriva à rallier les maires des communes voisines sur ce projet fou de station… Le 24 décembre 1961, La Plagne ouvrait avec 2 téléskis et 4 pistes, elle représente aujourd’hui 11 stations-villages.

On vous la sert bien frappée ?

On connaissait (pour l’avoir testée, si, si !) la célèbre course à obstacles, La Frappadingue, version estivale avec plongeon dans lac glacé de montagne, immersion dans des fosses de boue bien coulante, dandinement dans des tuyaux remplis de… boue, toujours (bien collante cette fois !), escalade de murs, grimpe à la corde... Désormais, ce petit parcours de santé bien revigorant, s’apparentant plutôt à un gros défouloir, se décline l’hiver. Et c’est La Plagne qui accueille cette 1ère édition givrée de la Snow Frappadingue le 15 décembre. Le programme s’annonce des plus réjouissants. 8 km de course déjantée, une trentaine d’embûches (et certainement tout autant de bûches !), une ambiance délirante, avec un objectif : surmonter tous les obstacles (essayer du moins !) et finir la course (ou pas !). Pas de boue, mais de la neige, pas de chrono, et déguisement de rigueur pour ceux qui n’ont pas froid aux yeux !

C'est le pompon !

A ses débuts en 1961, le logo de La Plagne était un soleil affichant un large sourire, vantant le merveilleux décor de montagne et de neige, largement ensoleillé. En 1966, Guy Lux débarque à La Plagne avec son émission Interneiges. Une formidable occasion pour la station de se faire connaître au grand public, mais pour cela il faut avoir une image marquante (surtout pour une émission diffusée en noir et blanc !). Ni une, ni deux, l’agence Havas planche sur la question et accouche d’un nouveau logo sur un bout de table : Mathieu Diesse, graphiste, place alors le logo existant du soleil dans une paire de lunettes, surmonte le tout d’un bonnet rouge vif à pompon et rajoute un sourire. Symbole marquant, il est alors affiché en grand dans la station et des centaines de bonnets rouges sont distribués le jour de l’émission. Un vrai pari médiatique : la notoriété de La Plagne était lancée…

© Fou d'images / © P. Augier / © Snow Frappadingue / © Fou d'images
La rédaction