les alpes so hype !

dossier / les tire-fesses
passent à confesse : les saisies

par La rédaction - 2 janv. 2019

les saisies diamant brut

Les Saisies, si vous étiez un signe astrologique ? Je serais du signe de la vierge, immaculée conception, blanche comme neige, enfin… je crois. Car je suis plutôt modeste et discrète, pas du genre paillettes et feux des projecteurs. J’aime que les choses soient faites dans les règles de l’art, je peux même être un peu tatillonne d’ailleurs sur les bords...

Si vous étiez une personnalité emblématique ?
Je serais Erwin Eckel, un Autrichien originaire d'Innsbruck, au Tyrol, et moniteur de ski. Il est arrivé ici en novembre 1935 et a fondé le premier hôtel en 1936. C’est sous son impulsion, que 10 ans plus tard, le premier téléski est installé au col des Saisies, à côté de l’hôtel. Son rachat par la commune en 1963 signera mon acte de naissance. J’aime raconter que je suis née au beau milieu d’un champ de neige vierge.

Si vous étiez un Festival ?
Les Jeux aériens (voir focus).

Si vous étiez un plat typique ?
Le pormonier, une sorte de saucisse faite de morceaux de porc, d’abats, voire de poumons à l’origine - d’où le mot pormonier d’ailleurs - auxquels on ajoute des «herbes» : épinards, blettes ou poireaux.

Si vous étiez une chanson ?
«Le Loup de Rocamadour». En 1984, Gérard Blanchard a été invité à survoler les Saisies en montgolfière par Radio Mont-Blanc, et il a interprété sa chanson, à l’atterrissage, sur la terrasse de l’Ecoëlle devant des Hauteluciens en délire ! Elle est longtemps restée mon hymne.

Si vous étiez un livre ?
«René Piccard Raconte».

Si vous étiez un art ?
Le Picc’art.

Si vous étiez un champion ?
Franck Piccard bien sûr !

Si vous étiez un people ?
Bertrand Piccard… Non, c’est vrai, il ne vient pas ici et, je sais, et y’a pas que les Piccard dans la vie. Mais aux Saisies, un peu quand même…

Si vous étiez un personnage fictif ?
Jean-Bartholomé Piccard. Lui, je suis sûre, il n’existe pas… Je viens de l’inventer.

Si vous étiez un âge ?
50 et des tourbières - la mienne est la plus haute d’Europe.

Si vous étiez une année ?
1992. Et les JO. J’ai accueilli toutes les épreuves de ski de fond et de biathlon. Et j’avoue, j’ai pleuré pour la médaille remportée par les biathlètes Corinne Niogret, Véronique Claudel et Anne Briand, lors du relais 3 x 7,5 km… Une période faste pour moi, qui m’a apporté une partie de la notoriété dont je bénéficie encore aujourd’hui.

Si vous étiez un complexe ?
La pente, on dit des mes pistes qu’elles ne sont pas très raides, et je n’aime pas trop qu’on me titille là-dessus.

Si vous étiez un événement marquant ?
A l’été 1944, le Col des Saisies, grand, ouvert et totalement sécurisé par les Résistants, est choisi pour être le théâtre d'un important parachutage d'armes et de matériel. Le 31 juillet, la BBC annonce: «Dans le potager, le jardinier arrose ses laitues». C’est le message tant attendu par la Résistance savoyarde et le capitaine Bulle ! Le 1er août, je reçois donc, sur le coin du Col, 864 containers d’armes, largués par 78 bombardiers américains. Même pas mal.

Si vous étiez une devise ?
La plus petite des grandes, la plus grande des petites.

Si vous étiez un sujet tabou ?
Le nom «Saisies» dérive des noms patois de saix, scex, sex ! On ne s’emballe pas… Ça vient surtout de l’ancien français saxe, qui désigne un «rocher», ou encore le «pays des rochers». Toujours les mêmes idées en tête ?

Si vous étiez un animal ?
Une tarine.

Si vous étiez une activité hors neige ?
Je serais le Mountain Twister. Un parcours de luge sur rail de près de 800 mètres, des virages en épingles, des vrilles de 360 à 540°, des séries de vagues… Tout ce qu’il faut pour se mettre la tête à l’envers.

Si vous étiez une pratique insolite ?
Le snow-farming… L’année dernière, en fin de saison, nous avons récolté 6000 m3 de neige, que nous avons stockés, à l’abri sous une couche de sciure de bois… Avec ça, je peux enneiger une boucle de 1,5 km et assurer l’ouverture du domaine nordique dès novembre.

Si vous étiez un souvenir kitch ?
Une photo dédicacée de Franck Piccard ? Ok, je sors…

Si vous étiez un accessoire de mode ?
Un diamant, forcément.

Si vous étiez une légende ?
On raconte que le nom des Saisies serait lié à la contrebande, en référence à la grande zone franche instaurée de 1860 à 1934 dont la ligne frontière passait le long des Crêts du Véry… Dans la vérité vraie, il y a des traces du nom Saisies dans des archives du 16ème siècle… Mais c’est beaucoup moins croustillant !

Si vous étiez une caractéristique physique ?
Grande, élancée, plutôt blonde, un peu… nordique, quoi.

Si vous étiez une position sexuelle ?
La main gagnante, c'est que je tiens à rester vierge !

FOCUS LES SAISIES

Une dynastie qui a Saisies la perche

Tout le monde planche chez les Piccard ! D’abord le père, René, 77 ans, le sage, intarissable conteur et véritable mémoire de la station. Cet agriculteur originaire d’Hauteluce, artisan, commerçant, moniteur de ski, est un des pionniers de la glisse sur ces alpages du Beaufortain et un des fondateurs de la station. Puis, le fils aîné, Franck, la légende multi médaillée, notamment aux JO de Calgary en 1988 (or en super G et bronze en descente), et d’Albertville en 1992 (argent en descente). Ensuite les cadets, Leila, Ian, John, Jeff, Ted, tout schuss dans les traces de leur frère. Et aujourd’hui, deux enfants de Franck perpétuent encore cette tradition. Par contre, il s’est dit, dans les années 90, que William Picard, un des deux membres du groupe Début de Soirée - «Et tu chantes, chantes, chantes…» -, était un cousin éloigné… Aberration ! Lui, il n’a qu’un C - Et maintenant, vous avez «Nuit de folie» dans la tête pour toute la journée… de rien.

Franck Piccard

Des ballons Saisies au vol

Voilà une manifestation qui ne manque pas d’air ! Les Jeux aériens, le grand rassemblement de montgolfières qui embrase chaque année le ciel des Saisies présentera sa 36ème édition les 23 et 24 mars prochain, avec au programme, démonstrations, village d’animation et baptêmes en vol captif. L’histoire d’amour entre la station et les aérostats a commencé en 1979, lorsque la première montgolfière a décollé du col des Saisies. Deux ans plus tard, en 1981, à l’initiative de passionnés un peu gonflés, ce sont 16 aérostats multicolores qui s’élancent. Les Jeux aériens sont nés. Depuis lors, ce sport aérien haut en couleurs tourne à plein gaz !

Un film «Saisies-ssant»

«Intouchables» (2011), le blockbuster d’Olivier Nakache et Eric Tolédano, est doublement lié à la station. Cette comédie, interprétée par François Cluzet et Omar Sy, est tirée du livre «le Second Souffle», autobiographie de l’aristocrate et homme d’affaires Philippe Pozzo di Borgo, tétraplégique à la suite d’un accident de parapente au col des Saisies en 1993. Afin de reproduire au plus près les conditions de vol de Philippe Pozzo di Borgo, 18 ans plus tôt, toutes les scènes de parapente du film, ont été tournées dans la station, avec des décollages depuis le sommet de Bisanne, à 1930 mètres d’altitude. Un atterrissage sans turbulences puisque, avec 51 millions d’entrées au total, il est le film français le plus vu au monde.

L'écologie, on s'en Saisies ! et après on arrête les jeux de mots, promis !

En 2017 et 2018, Les Saisies ont été nommés lauréats des Trophées de l’éco-damage au salon Moutain Planet. Et l’éco-damage, qu’est-ce que c’est ? De gros rouleaux à gazon, mus par la seule force des pisteurs ? Une colonie de castors, qui tassent la neige avec leur queue ? Bien sûr que non… La station a été récompensée pour son projet de rapprochement des interfaces informatiques entre le pôle neige de culture et le pôle damage. Les enjeux : parvenir à une production optimisée pour fabriquer la juste quantité de neige, mais aussi réduire le temps de damage. Un système équipé de GPS indique donc précisément aux conducteurs le parcours à effectuer en fonction du dernier passage et des conditions, pour ne damer que ce qui est nécessaire. Les castors sont soulagés, ils peuvent rester à leurs barrages.

©Mélanie Pontet / © Paipai / © Monica Dalmasso / © Lego / © Thuria-PaysageDrone / OT Les Saisies /
La rédaction