les alpes so hype !

dossier / les tire-fesses
passent à confesse : val thorens

par La rédaction - 12 déc. 2018

val thorens toujours plus haut

Val Thorens, si vous étiez un signe astrologique ? Bélier parce que même quand personne n’y croyait, je me suis battue pour arriver au plus haut. Je ne me décourage pas devant l’échec et j’oublie assez vite les contrariétés. Je suis une fonceuse, mais aussi une compétitrice et maintenant que je suis devant, pas question qu’on me rattrape.

Si vous étiez une personnalité emblématique ?
Je serais plutôt un groupe, ceux qu’on appelle ici les «Pionniers», un patchwork de visionnaires. Pour l’idée originale, Joseph Fontanet, le maire de St Martin-de-Belleville et le promoteur Pierre Schnebellen, déjà lié à Tignes. Et pour l’énergie, la conviction, tous ceux qui y ont cru, comme les Josserand, les Sœurs Goitschel ou les Gorini.

Si vous étiez un Festival ?
Jazz à Val Tho, la version haut perchée de Jazz à Vienne, dont la 2ème édition se tiendra du 17 au 21 avril prochain.

Si vous étiez un film ?
«De toutes nos forces», avec Jacques Gamblin et Alexandra Lamy, dont certaines scènes ont été tournées ici. Le titre me parle bien…

Si vous étiez un plat typique ?
Le Sérac, fabriqué dans la ferme d’Alpage de Pépé Nicolas.

Si vous étiez un personnage fictif ?
Flash, pour mon ascension fulgurante…

Si vous étiez une chanson ?
«Walking on the Moon», parce qu’en arrivant ici, les pionniers avaient vraiment l’impression de débarquer sur la Lune.

Si vous étiez un art ?
Je serais du Street Art. Depuis 2013, saison après saison, les murs de mes parkings se sont transformés en fresques géantes.

Si vous étiez un champion ?
Jean-Frédéric Chapuis, le prodige du ski cross. En 2015, après avoir remporté le Globe de Cristal, il a clôturé sa saison ici, sur sa piste, avec le titre de champion de France. Dans son sillage, je suis devenue la Mecque de la discipline.

Si vous étiez un moment de la journée ?
Le lever du jour, pour chausser les peaux de phoques aux aurores et monter jusqu’au Chalet du Caribou prendre le p’tit déj.

Si vous étiez un livre ?
«La Guerre des Trois Vallées n’aura pas lieu».

Si vous étiez un événement marquant ?
Il y a 2 ans, j’ai pris des airs de boule à neige géante, comme mise sous cloche, à l’occasion du passage de la tempête Eleanor, j’ai été vraiment coupée du monde.

Si vous étiez un people ?
Je serais Alain Prost, parce que comme lui, je suis quadruple championne du monde... des stations et que mon circuit porte son nom (voir focus plus bas).

Si vous étiez une pratique originale ?
La luge de nuit, sur ma piste de 6 km, la plus longue de France (voir focus plus bas).

Si vous étiez un âge ?
La quarantaine éclatante !

Si vous étiez une année ?
En 1981, mes finances n’étaient pas au beau fixe, c’est peu de le dire… Malgré tout, je me suis dotée d’un téléphérique, celui de la Cime Caron, qui avait pour ambition d’être le plus gros du Monde et d’atteindre les 3200 mètres d’altitude. J’y suis allée, mais j’avais peur… et ça a payé.

Si vous étiez une devise ?
La fortune sourit aux audacieux… ou Tous derrière et moi devant ?

Si vous étiez un sujet tabou ?
Parmi les stations, c’est ici et à Tignes que les interpellations pour usage et trafic de stupéfiants restent les plus élevées, ce qui m’a d’ailleurs valu le surnom de «Val Thox». Du coup, depuis 2016, j’ai un centre médical ouvert 24 heures sur 24, l’Igloo, qui permet d’accueillir les plus amochés.

Si vous étiez un complexe ?
Créée de toutes pièces, j’ai un petit complexe de légitimité, face aux stations centenaires, mais je me soigne…

Si vous étiez un animal ?
Un bouquetin, une sorte de bélier d’altitude, acclimaté à la rudesse des conditions.

Si vous étiez un alcool ?
Une chope de bière des 3 Vallées.

Si vous étiez une activité hors neige ?
Un shoot d’adrénaline avec la cascade de tyroliennes, soit 1600 m de vol en trois tronçons. Et on peut même partir à deux, en simultané, histoire de hurler de concert.

Si vous étiez un souvenir kitch ?
Des engelures. L’altitude…

Si vous étiez un accessoire de mode ?
Un masque à oxygène… L’altitude !

Si vous étiez une légende ?
A l’origine, certains médecins disaient qu’on ne pouvait pas vivre à 2300m, qu’il y avait des risques cardiaques. J’suis encore là…

Si vous étiez une caractéristique physique ?
Je peux paraître hautaine…

Si vous étiez une position sexuelle ?
Le 77, c’est la nouvelle position préférée des couples en 2018, et comme je suis toujours à la pointe…

FOCUS VAL THORENS

Pourvu que ça glisse !

Quand un spot de luge vient défier les plus belles pistes de ski pour garantir un plaisir de glisse version longue et sensationnelle, la Cosmojet de Val Tho, désormais entièrement scénarisée sur le thème de l’univers, fait assurément figure de proue ! La plus longue de France (oui, oui, vous en frissonnez déjà, nous aussi !), elle garantit 6km de long sur 5m de large (ah oui, quand même…) de glissade plus ou moins contrôlée et démarre à 3000m d’altitude au pied du glacier de Péclet. Soit 45 minutes (inespérées) de pur kiff.

Pour encore plus de frissons, sensations puissance 10, tentez l’expérience en nocturne. 700m plus bas sous les étoiles, vin chaud, chocolat chaud et produits du cru vous attendent à l’arrivée, ça ne se refuse pas.

Partage ton mono...

Calmez-vous mesdames, ôtez immédiatement tout fantasme de l’uniforme, il s’agit seulement de le partager, ce moniteur tant convoité, pour les cours de ski dont vous raffolez et qui vous ont trop longtemps fait défaut pour parfaire votre style. Comme vous savez qu’il n’est jamais trop tard pour se prendre en main, mais que vous n’êtes pas prête à y laisser un bras, passez par la formule Share N’Ski proposée par l’école de ski, Ski Cool.

C’est simple, il suffit de s’inscrire sur la toile (sharenski.com), d’attendre qu’un groupe de skieurs - de niveau égal - se compose. Dès que le nombre requis est atteint, chacun paye sa part et peut ensuite profiter des conseils d’un pro à des prix ultra compétitifs.

Et pour peu que le feeling passe, vous pourrez réitérer l’expérience, seul(e) ou à plusieurs…

A fond la glisse

Sur le circuit de glace de Val Thorens, et ce n’est pas pour rien qu’il porte le nom du champion automobile Alain Prost, la maîtrise du dérapage est de rigueur. Plus haut circuit d’Europe, posté à 2200m d’altitude, c’est aussi là que se déroule la première manche du Trophée Andros, lequel fête son 30ème anniversaire les 8 & 9 décembre.

L’occasion pour les accros de sport auto de se frotter aux meilleurs pilotes de Formule 1 et de rallye, mais aussi à quelques personnalités people. Parmi les guests de cette édition, le pilote Franck Montagny, l’animateur de radio Guillaume Pley et l’humoriste et acteur Tom Villa.

A noter pour les apprentis pilotes que le circuit icedriving, équipé pour les courses de kart, permet aussi aux enfants dès 7 ans de connaître leurs premiers émois de conducteurs. Complètement givré !

Le nectar d'or de l'abeille noire

Parmi les figures locales, il en est une qui cumule les savoir-faire. Klébert Silvestre est pisteur-secouriste, accompagnateur en montagne, mais aussi apiculteur. Il cultive une véritable passion pour le miel, transmise par son grand-père et son oncle qui possédaient des ruches dans la vallée des Belleville. Il continue d’ailleurs d’y installer sa centaine (et demie) de ruches. Et pour produire ce nectar dont il connaît tous les secrets, il privilégie l’abeille noire de Savoie, une espèce rustique connue pour ses capacités d’adaptabilité au terrain et climat de montagne. Capable de faire face aux hivers rudes, la butineuse est une bûcheuse que Klébert Silvestre s’affaire à préserver coûte que coûte, pour perpétuer la lignée de cette «perle noire», indispensable à l’écosystème alpin, aujourd’hui menacée d’extinction. Et pour cause, «l’Apis Mellifera Mellifera» est victime de l’hybridation du genre, due à l’importation de ses congénères. Seule espèce mellifère naturellement présente dans nos Savoie, l’enjeu est à présent de retrouver une race pure d’abeille noire.

© C.Cattin OT Val Thorens / © C.Cattin OT Val Thorens / © C.Cattin OT Val Thorens / © C.Cattin OT Val Thorens / © Ski Cool /© Lego
La rédaction