maf attacks

l'homme & les soldes

par Mélanie Marullaz - 15 févr. 2017

pater negocias

Je suis nulle en soldes. Je n'ai ni la patience ni la combativité nécessaires pour dénicher les bonnes affaires. Notre famille n'en est pas pour autant condamnée à se faire dépouiller, mais c'est du côté mâle de la force que se déploie la fibre marchande. En matières d'occasions juteuses, l'homme est une vraie tête chercheuse.

Ça va faire 8 jours qu’il m’en parle. “La semaine prochaine, c’est les soldes. Samedi, tu ne prévois rien, hein?” Samedi, youpi, shopping au planning. La veille au soir, il a cerné les besoins de la triplette : une cagoule pour protéger N°3 des grands froids, des gants de ski de fond pour N°2, des bottes, un pull, des petits hauts, un poncho... STOP !!! N°1 se prend déjà pour Julia Roberts. Elle en a les jambes. Mais son Père, lui, s’il a les cheveux de Richard Gere, n’en a pas la prodigalité. Il étudie le plan d’attaque, négocie un arrêt-interrupteur chez Brico, et définit le meilleur rapport proximité/profit “parce qu’on ne va pas non plus y passer l’après-midi.”

AFFAIRES ET CONTRE-TOUT

1er arrêt au Pieu Cranteur, le seul magasin du coin qui solde, mais pas maintenant. Qu’à cela ne tienne, puisque N°2 et 3 y ont trouvé leur bonheur, l’Homme tente sa chance en caisse : “non mais les gants, si je prends les deux, vous me faites un prix ?” Devant l’air interdit de la vendeuse, il range son portefeuille, ses filles et son sens de l’humour pour passer à l’étape suivante : trouver un pantalon de ski à N°1. Après d’âpres discussions, elle a fini par reconnaître que même si elle n’en avait pas envie, elle en avait besoin.

LIQUIDATION FAMILIALE

Après 1, 2, 3 puis 4 boutiques - pas la bonne taille, pas la bonne couleur, trop moche, trop pas classe - nous voilà fourbus, mais lâchés entre les vastes rayons d’ImperStores et ses kilomètres de pantalons multicolores. L’Homme, à qui l’échec est étranger, a posé sa veste et retroussé ses manches, il ne repartira pas sans avoir trouvé. Je suis à deux doigts de la céphalée. N°2 est désespérée. Entre faire une dictée et les magasins, elle opterait pour la dictée. Sa bouche sourit à l’envers, ses yeux tombent vers ses chaussettes et elle s’ennuie fermement devant la retransmission d’un match de cricket. N°3 n’a pas quitté sa cagoule depuis qu’on l’a achetée, elle se prend pour un Ninja, sort de dessous les portants en roulade avant, passe d’une allée à l’autre en rampant. J’opte pour une évacuation salutaire des 3/5 de la famille avant que ça ne dégénère.

Il est 19h30 quand l’Homme et son aînée comblée nous retrouvent enfin dans la voiture embuée. Devant ma mine renfrognée, il propose de s’occuper du dîner : hamburgers et cherry coke devant la télé... Y’a pas de doutes, cet homme-là sait négocier...

+ d’infos : mavraieviedemaf.wordpress.com

Illustration : Sophie Caquineau