mdr

attention, homme souffrant !

par Frédéric Charpentier - 30 sept. 2018

monsieur accouche d'une petite souris

Monsieur a le visage bizarre : une enflure qui lui prend depuis l’oreille jusqu’à la mâchoire. Il grimace de douleur ! Madame, dont la compassion est bien connue, s’esclaffe malgré l’abolition de l’esclaffagisme : «le bleu-blanc-rouge-jaune-vert sur ta grosse joue gonflée, c’est en vue d’halloween ou pour le prochain mondial de full boules d’Annecy ?»

Ah, bravo l’empathie dans le couple, il peut dire qu’il en pâtit ! Loulou comprend qu’il va devoir prendre - tout seul - son mal en patience et surtout beaucoup de paracétamol ! Il geint, pas vraiment tonique : “On voit bien que tu ne sais pas ce que c’est de souffrir ! Tiens j’aurais aimé t’y voir sur le fauteuil du dentiste… toi qui tourne de l’œil pour une conjonctivite !”

Face à cette calomnie, Madame se défend - car dans sa tête Simone veille : “C’est ton avis mon Canard ! Ecoute, je te propose d’accoucher et on en reparle après !” Monsieur ne déroge pas à la règle qui dit que la douleur peut vous égarer, et s’engage benoîtement en terrain miné : “Oh tout de suite les grands maux ! Mais je suis d’accord, ouvrons le col et parlons-en ! Moi je connais des femmes qui préfèrent enfanter que de se faire enlever une dent ! D’après elle, il suffit de pousser 3 fois et hop dehors ! Leur seul effort étant de couper le cordon.” Il repasse en mode victime : “Alors que pour moi, immobilisé par les 90 kilos de muscles de Katucia son assistante, j’ai dû subir les assauts du mec en blouse maculée de sang, qui a passé ses nerfs sur moi pendant une heure, au burin et au marteau, pour finir trempés tous les 2 comme Emmanuel Macron à la remise de la coupe du Mondial de foot !”

PRENDRE LE MÂLE À LA RACINE

Dans l’œil de Madame, il naît des éclats de vert, comme dans ceux de Sylvain Tesson, l’écrivain… Elle prend un petit ton pointu pour crever l’abcès : “Tu as tout à fait raison de comparer 10 grammes d’ivoire sans âme à 4 kilos d’amour et d’intelligence ! Et je suis d’accord avec toi, les femelles parturientes dont j’ai eu l’honneur de faire partie, n’ont aucune raison de se plaindre, elles adorent toutes ce moment magique où elles assurent la continuité de l’espèce - en plus ou moins 24h et avec plus ou moins de péridurales - tout ça en regardant «Plus belle la vie» un Magnum double caramel à la main. La seule chose que je déplore ce sont ces emmerdeuses qui mettent 48 h à cracher leur valda, rien que pour faire durer le plaisir et creuser sciemment le trou de la sécu, ou bien celles qui à force de se mettre sur le toit ont incité leur bébé à se présenter par le siège. Sans parler de toutes les autres qui stressent leur obstétricien avec des hémorragies post-partum ou des périnées (périmés ?) explosés par les coups de tête enthousiastes d’un futur créateur de start-up pressé ! Et j’aurais la décence de ne pas évoquer celles qui y laissent leur vie…”

LES DENTS DE L’AMER

Un ange passe, les forceps à la main. Monsieur, en vrai mec, tente de se justifier : “Ne te méprends pas, j’ai du respect pour ces femmes qui ont souffert. D’ailleurs, j’ai tous les albums de Doc Gynéco, c’est te dire. Mais moi, j’avoue qu’il m’est difficile de supporter la douleur et qu’une seule racine peut me mettre minable !”

L’œdème sur sa joue tremblote. Elle : “Sache quand même, mon Loulou, que chez les Indiens Huichol, pendant l’accouchement, on attache autour des testicules du père une corde, dont les 2 extrémités sont tenues par la mère qui peut tirer dessus lors de ses contractions afin de partager la douleur ! C’est beau, non ?” Monsieur lève un sourcil d’effroi : “Tu veux dire sans anesthésie ?”

Illustration Sophie Caquineau