mdr

auto'dérision

par Agnès Gasiot - 25 mars 2017

la station de lavage auto

Loin de moi l’idée de vouloir faire des amalgames, de balancer des généralités, de répandre des poncifs. Non, je préfère être claire sur mon intention de départ. Des fois que les choses ne dérapent... ne m’échappent... on ne sait jamais !

Je vous explique. J’arrive à la station de lavage auto par un de ces beaux jours glacials où l’on regrette d’avoir mis une chemise en soie au lieu d’un bon col roulé. Et surtout, d’avoir laissé ses gants bien chauds... bien au chaud dans son entrée. Pendant que vos extrémités sont à deux doigts de vous faire une Herzog. (Notez : j’ai de la chance, je suis une fille).

J’arrive donc et évidemment le truc est plein. Deux hommes sont affairés. Les 5 portes ouvertes, le tuyau d’aspiration complètement déroulé dans l’habitacle, le suceur scotché sur la moindre nano miette. Devant tant d’ardeur, je souris en pensant (comme dans la pub Nivéa) : est-ce qu’ils savent qu’ils ont un aspirateur chez eux ? Est-ce qu’ils l’ont déjà utilisé ? Quel âge peuvent-ils bien avoir ? Non parce qu’ils ont l’air tellement contents là, on dirait des gosses qui n’ont que des jouets en bois chez eux et qui découvrent la PS4 chez un copain.

J’attends donc quelques instants, hésitant entre faire demi-tour et.... Quand j’aperçois, juste en face d’eux un autre appareil. Libre.
Elles n’auraient pas pu me le dire les deux fées du Logan, là ? Au lieu de me regarder avec cet air lubrique ?

Je ne sais pas, moi, mais quand je vois un homme dans un univers qui n’est pas le sien, je l’aide !! La galanterie, ça vous parle ??
Un peu agacée, j’insère mes pièces, je déroule une partie du tuyau et c’est parti ! J’approche le suceur du tapis de sol et là j’ai comme la mauvaise impression que le truc n’aspire rien. Pire, il me recrache à la figure les miettes, le sable de cet été, les feuilles de cet automne... J’en passe...
J’inspecte le tuyau : à tous les coups, il est troué ! C’est bien ma chance ! Pour être sûre sûre, j’approche à nouveau le suceur, avec prudence cette fois... Pluie de confettis ! Bon, je ne vais pas m’entêter, il y a clairement un problème. J’abandonne mon tuyau qui, lui, continue dans le vide...

Les autres gars me jettent toujours des petits coups d’œil par-dessus l’épaule. Ils n’auraient pas saboté mon tuyau quand même ?!
Je me demande s’ils ont pris leur frontale pour cette nuit...
Très énervée, j’essaie de trouver un interlocuteur responsable afin de lui exprimer mon mécontentement. Personne à part une machine à carte.

Je reviens vers ma voiture et m’approche des deux Tornados, toujours en mode Dyson.
Je leur demande : “ça aspire bien vous ?” Le mec, stoïque, me répond : “oui très bien !”

“Ah ?!! Parce que moi, ça n’aspire rien du tout, ça éparpille !” Et il enchaïne : “C’est normal, vous utilisez le séchoir à moto...”
No comment.

Epilogue :
C’est clair que le nettoyage de voiture, c’est vraiment un truc de mec ***** !!!* ?## ???!!!!