mdr

il rouspète, elle rupestre...

par Frédéric Charpentier - 7 janv. 2019

madame et monsieur à 1 doigt de la vérité

Madame s’approche de Monsieur : «Tu la vois ma main ?» Loulou lève son bras pour se protéger le visage comme un gamin pris en faute. Elle continue : «c’est génial, regarde bien ! Chez la femme l’annulaire est souvent plus court ou de même taille que l’index, cela s’appelle l’indice de manning !» pas rassuré monsieur pleurniche : «et ça va me faire mal ?»

Madame jubile : “L’histoire de l’Humanité en est bouleversée ! Pour ta gouverne, sache que cet indice a permis au chercheur Dean Snow de démontrer scientifiquement que 75% des peintures rupestres trouvées dans les grottes préhistoriques étaient l’œuvre de femmes alors qu’on était persuadé que les artistes étaient exclusivement des hommes ! C’est fou, non ?”

Monsieur ne paraît pas époustouflé par l’annonce : “Tu veux parler des gribouillis d’animaux sur les murs ? Y’a quand même pas de quoi s’affoler, question graphisme c’était plutôt du niveau 6ème/5ème, non ? A la limite moi je préfère qu’on les attribue à des femmes, il fallait bien qu’elles s’occupent, les Homo Erectus, eux, avaient d’autres chats sauvages géants à fouetter...”

Loulou est encore à l’Age de Fer, le con …

Elle : “Tu n’es qu’un Débandus ! Ne vois-tu pas que cette découverte prouve enfin que les femmes étaient déjà créatives, artistes, dotées d’une intelligence supérieure et sensible, et non pas cantonnées aux seuls rôles de rôtisseuse de mammouth en broche, de couseuse de slip fourré en peau de rhinocéros laineux ou de tailleuse d’épieu version retour du guerrier !”

Monsieur prend une voix caverneuse de circonstances : “Oulah tout doux, femelle ! N’essaye pas de m’administrer tes suppositions en suppositoire ! J’ai une autre version, moi, et je te décris le tableau : l’Homme peint un cheval sauvage, puis arrive sa femme - de retour du supermarché écraseur de prix- qui vient admirer l’œuvre de son héros, sauf que dans la pénombre, elle trébuche et pose une main - ou les deux - sur la peinture encore fraîche, d’où l’empreinte…CQFD”.

Madame n’est ni née au lithique ni de la dernière pluie : “Dramatique ! Ton peu de réflexion m’attriste : crois-tu qu’il y a 9000 ans, le mec poilu dont l’occupation principale était de se nourrir ou de ne pas se faire manger par plus féroce que lui, aurait été capable de décorer sa caverne avec une fresque murale, alors qu’encore de nos jours, il est accro à des futilités comme des équipes de football ! Ou que, quand il assiste à un opéra, il est plus intéressé par l’anatomie des danseuses que par la beauté de l’histoire ? Prendre de la hauteur de vue, tu connais ? Oui, ce n’est pas pour rien que le mot Evolution est du genre féminin !”

Où l’on revient aux origines de l’Art Des crocs…

Loulou qui baigne dans son Lard Primitif reste quand même un grand singe doué de raison : “Je te trouve injuste ! Pendant que la reine Déko enseignait aux femmes du Clan comment fabriquer du mobilier écoresponsable avec des os de mammouth et du bois qu’on peut plier, les chasseurs se prenaient des cornes d’aurochs dans le bide ou se faisaient piétiner par des chevaux sauvages en allant chercher le bifteck. De nos jours, se mettre en danger, à part les réunions parents-profs ou circuler dans Annecy en vélo entre 17 et 19h, je ne vois pas… A l’époque c’était sans doute préférable de ne pas avoir trop de cerveau pour réfléchir, ce qui a sauvé l’espèce Humaine ! Et le féminisme par la même occasion !”

Madame lève les yeux au ciel, priant pour que la prochaine glaciation tombe sur lui ici et maintenant. Elle tente de l’achever par une flèche empoisonnée : “Et tu dirais quoi si on te prouvait également que c’est une femme qui a inventé la roue ?”

Illustration Sophie Caquineau