mdr

kidproquo

par Mélanie Marullaz - 4 nov. 2019

fausse note

PÈRE PLUS QU’IMPLIQUÉ, L’HOMME A DÉCIDÉ DE SURVEILLER ATTENTIVEMENT LA SCOLARITÉ DE NOS P’TIOTES, DE NE LAISSER PASSER AUCUNE MAUVAISE NOTE, DE LES MARQUER À LA CULOTTE, MAIS LES SUIT-IL VRAIMENT D’ASSEZ PRÈS ?...

Un jour de semaine, beaucoup trop tôt. Aucun d’entre nous n’a encore prononcé le moindre mot. Dans les effluves de chocolat chaud et de pain grillé, l’Homme, qui se sent nouvellement concerné depuis qu’il a assisté à la réunion de rentrée – la première en 11 ans de scolarité, toutes filles confondues – décide d’aller faire sa petite promenade matinale sur le bulletin en ligne du collège... Et manque, devant les notes relevées, de s’étouffer avec une gorgée de café.
“Dis donc ??! Non mais c’est quoi cette bouse en maths ?”
Le nez dans son bol, notre aînée a l’air moins paniquée que si elle venait de découvrir que je n’ai pas lavé son jean préféré. “Ben, c’était le dernier devoir, j’avais révisé, on a même passé 1h30 dessus avec Mathilde pour qu’elle m’explique, mais au moment de la mise en pratique, j’ai plus compris toute la logique. Je croyais m’en être à peu près sortie pourtant...”

UN PÈRE MAIS (QUI) HÂBLE

- “A peu près ?... 3,5 Choupette !!! 3 virgule 5...”, insiste-t-il en joignant le dessin à la parole. “Non mais à ce niveau-là, ce n’est plus un manque de compréhension ou de logique, c’est le néant absolu, le trou noir ! Ou alors c’est du foutage de gueule ? Parce que là, moi, à la place de ton prof, je trouverais le message très clair : Monsieur, les maths, ça m’intéresse à peu près autant que l’impact des ventes de brosses électriques sur le marché du cure-dent.
- ???
- De toute façon, tu étais en sursis et tu le savais, je t’avais prévenue, au moindre signe de désengagement de ta part : sanction directe ! Alors allons-y, prenons le calendrier, c’était quoi ta prochaine sortie ? Ah, l’anniversaire de Margot ce week-end... dommage.

- Mais je lui ai confirmé...” L’aplomb de N°1 commence à vaciller. “Elle était trop contente et son cadeau, je l’ai déjà acheté...
- Si je peux me permettre, Poulet, tu sanctionnes aussi Margot là, du coup...

- Je serais toi, Poulette, je la ramènerais pas... Parce que, si je peux AUSSI me permettre, pour faire du shopping, parler épilation ou aller au cinéma, pas de souci, Maman est là, mais pour les devoirs et les leçons, y’a plus personne ! C’est pour ça qu’on en est là : t’es beaucoup trop cool avec elle !
- Cool, moi ???
- Nan, Maman, je confirme, t’es pas cool.
- Merci Choupette, il me semblait bien aussi...

DÉSES-PÈRE

- Non mais ALLOOOO ! Réveillez-vous les filles ! Vous ne réalisez pas du tout l’ampleur des dégâts ou quoi ? Avec des notes pareilles dans les matières scientifiques, Choupette ne fera jamais médecine, JA-MAIS !
- Ça tombe bien, je n’avais pas vraiment envisa...
- De toute façon, à ce rythme-là, tu peux même carrément faire une croix sur ton bac.
- Mais Papa, c’est dans 3 ans”,
tente Choupette, les yeux brillants... - Et qu’est-ce que tu vas faire de ta vie ? T’es complètement foutue ma pauvre fille... On va tout de suite prendre rendez-vous avec la conseillère d’orientation pour trouver une solution. Et en attendant : plus de téléphone, plus d’après-midi «je traîne en ville avec les copains», tu es consignée à la maison, couvre-feu à 20h30 et cure de poisson.”
Je ne sais pas laquelle de ces réjouissances fait déborder sa coupe, mais Choupette quitte en pleurs la table du petit-déjeuner. Je m’apprête à le culpabiliser, quand un détail, sur la page ouverte d’Ecole Directe, attire mon attention...
- “Poulet ? Tu ne me disais pas, récemment, que c’est le matin que tu vois le moins bien et que c’est là que tu ressens vraiment le besoin d’une nouvelle paire de lunettes ?
- Je ne vois pas le rapport...
- Son 3,5, c’est sur 5...”

illustration Sophie Caquineau