mdr

la fun'mobile

par Pascale Godin - 27 févr. 2019

smart abondance

Lorsque je pars en reportage, mon employeur me confie à son corps défendant une petite voiture croquignolette. Et si tu imagines, mon hannibal, que je vais t’en dire plus dès le chapô, tu te fourres le doigt dans la cocotte, je n’imaginais pas que tu puisses être aussi crédule.

Cette voiture porte un nom fleurant bon l’espion. Vous savez, ce genre de type qui fréquente des filles en bikini, et qui s’enfile des hectolitres de dry-martini en levant le sourcil gauche. Dès qu’un problème se présente, il appuie sur le bouton poussoir de sa montre, une planète explose quelque part dans la galaxie (il n’est pas impossible qu’on assiste dans le même temps à un envol de thons, mais c’est plus rare). Bref, le constructeur de ce véhicule a même jugé bond (oh que c’est fin) de mettre un Hun devant le 007, histoire de bien faire comprendre aux éventuels acquéreurs que, sous des dehors affriolants, la 1007 est une indomptable machine.

COMMENCE DÉJÀ PAR DOMPTER LA FERMETURE DES PORTES LATÉRALES !

La première fois, c’est un jeu délicieux. On prend un plaisir fou à se garer tout contre une voiture, et à laisser l’espace d’une lentille entre elle et la 1007. Une simple pression sur un petit bouton et hop, la portière coulisse dans un silence sépulcral. Et croyez-moi, sépulcral est exactement le mot qui convient. Car si l’espace est suffisant pour ouvrir une portière latérale, il y a de fortes chances pour que votre corps reste coincé entre les 2 jusqu’à ce que mort s’ensuive.

Autre petit inconvénient, son étonnante propension à s’ouvrir et à se refermer une bonne dizaine de fois, avant de faire un choix définitif. Il m’est arrivé d’être l’attraction principale de toute une rue grâce à ce précieux gadget. J’ai pressé frénétiquement tous les boutons du tableau de bord (plus ceux de mon téléphone portable, on ne sait jamais), et les 2 portières se sont ouvertes et refermées plusieurs fois, mais pas en même temps. Un peu comme la tentative d’envol d’un papillon mal dessiné. Prévoyez du coup quelques armes de destruction massive et un appeau à Gérard Majax, au cas où vous souhaiteriez vous réfugier dans votre 1007 pour échapper à un agresseur potentiel. A supposer que la portière fonctionne du premier coup (ce qui tiendrait du miracle), elle met environ 5 heures à se refermer, et Jack l’éventreur aura largement le temps de vous dépecer, et de se faire un ravissant collier avec vos boyaux (car, sous des dehors frustres et peu avenants, Jack l’éventreur est un homme de goût).

MAIS HALTE-LÀ, NE CROIS PAS QUE CE SOIT SI FACILE

Un jour, j’ai fait une infidélité à la 1007. J’ai lancé une Smart à tombeau ouvert sur l’autoroute. Effet pop-corn garanti, surtout quand on double un camion. Au moment de me rabattre, le puissant appel d’air m’a envoyée valdinguer comme un chamallow dans une tornade, sous l’œil hilare du routier qui, à défaut de m’écraser, a pu aplatir mes lunettes (que j’avais laissées sur le tableau de bord, et qui se sont envolées par la fenêtre ouverte. Ce genre de complication n’arrive pas en hiver. Par contre, la chaussée glissante présente alors d’autres intéressantes perspectives). Lorsque je suis arrivée à bon port, mon interlocuteur a contemplé, perplexe, une créature des marais aveugle, ébouriffée, et agitée de tremblements, sans penser un seul instant qu’elle pouvait être la fringante journaliste à la pointe de la mode avec laquelle il avait rendez-vous (il m’a d’ailleurs glissé quelques piécettes dans la main, avant de lâcher les chiens).

Conclusion : entre une voiture dont le patronyme laisse supposer qu’elle pourrait séduire Roger Moore, et une autre qui fait apparaître sa conductrice comme le parfait opposé de ce que son nom suggère, je choisis le Massey-Fergusson, va donc ouvrir (jeu de mots fascinant, j’accepte les ovations, mais je préfère les chèques).