mdr

mon homme, mon cadet...

par Mélanie Marullaz - 15 juin 2019

number four

NON, NON, JE NE SUIS PAS LÀ POUR VOUS ANNONCER QUE J’AI RE-SIGNÉ ! ALORS QUE JE COMMENCE TOUT JUSTE À RETROUVER SOMMEIL, LIGNE ET VITALITÉ, ÇA VA PAS ? ET PUIS JE NE SUIS PAS SEULE À DÉCIDER, ET JE CROIS QUE MA MOITIÉ, ELLE, N’EST DÉCIDÉMENT PAS À MATURITÉ…

"ELLE EST OÙ MON ÉCHARPE BLEUE ?”  Si ce cri ne provenait pas de notre chambre, j’aurais pu imaginer qu’il s’agissait d’une demande de N°1. Mais N°1, aussi peu volontaire soit-elle pour trouver ses affaires, n’a pas besoin de secrétaire. Alors que, je le sais très bien, pour celui qui cherche son écharpe bleue, cette requête du matin n’est que la 1ère d’une longue série : “tu sais où est le dossier d’assurances de la voiture ? Tu peux me poster cette lettre ? C’est toi qui as utilisé ma disqueuse, elle n’est pas à sa place ? - ben oui, ma grande passion, c’est disquer, je disque, je disque, je disque en cachette toute la journée -. Allô, je suis rue de la République là, comment on fait pour aller jusqu’au magasin de motos ? C’est comment le nom du héros dans le 5ème Elément déjà ?” Quelque part entre un cochon truffier et un moteur de recherches, prolongement de son cerveau, je dois pouvoir TOUT retrouver. Un assistant domestique qui n’a besoin ni de wi-fi ni d’électricité, c’est pratique... OK Mélane ?

MUMMY COOK

“Hmmm, ça sent bon, qu’est-ce qu’on mange ce soir ?” Si le ventre à pattes qui se penche au-dessus de mes marmites n’avait pas un verre de vin à la main, j’aurais pu penser qu’il s’agissait d’une interrogation de N°2. Mais N°2, aussi gourmande et impliquée soit-elle dans la préparation des repas, ne se permet pas encore de me donner des conseils culinaires. Alors que, je le sais très bien, pour celui qui savoure son verre de vin, cette entrée en matières n’est que l’amorce d’un coaching du dîner façon Etchebest, posé sur mon épaule : “tu sais que la viande, il faut qu’elle soit bien colorée, pour qu’elle ait du goût, mais pas cramée, tu le sais ? Attention à tes équilibres de saveurs, la dernière fois, dans ta sauce, le citron prenait trop le dessus, et moi, j’aime pas trop quand le citron prend le dessus, d’accord ? Tu mets de l’ail dans tes légumes ? Ma Maman, elle mettait toujours un peu d’ail dans ses légumes...” Quelque part entre un petit mitron discipliné et un robot ménager, prolongement de son palais, je dois pouvoir TOUT cuisiner, mitonner, assaisonner selon ses envies.

SAME PLAYER PLAY AGAIN

-“Dis on va à la piscine ? Steuplé-steuplé-steuplé, on va à la piscine ? Dis, on va à la piscine ?” Si le zébulon qui saute autour de moi, sa serviette à la main et son ballon gonflable sous le bras, ne mesurait pas 1,87m, j’aurais pu croire qu’il s’agissait de N°3. Mais N°3, aussi enthousiaste et joueuse soit-elle, finit toujours par se canaliser, avec des crayons de couleurs et une feuille de papier. Alors que, je le sais très bien, pour celui qui frétille dans son maillot de bain, le marathon des activités ne fait que commencer et tout est prétexte à jouer : “Il fait beau, on fait un tour de vélo ? Le dernier arrivé s’occupe du dîner ! Tournoi général de Mario Kart, le gagnant choisi la séance de ciné ! On fait un monopoly ? Un 4-21 ? Une pétanque ? Un rugby ? Un blind test... playlist de Louise Attaque only !” Quelque part entre le Gentil Organisateur et le Gentil Membre, prolongement de son âme d’enfant, je dois être partante pour TOUT, et surtout, l’occuper, le fatiguer, le sortir, avant qu’il ne déchiquète le canapé.
Bref, vous l’aurez compris, un nouveau bébé, ce n’est pas pour demain, parce que dans notre famille de cinq, il n’y a finalement pas trois, mais déjà quatre gamins...

 

http://mavraieviedemaf.wordpress.com

illustration Sophie Caquineau