mdr

sortie de casse-c'route

par Magali Buy - 5 déc. 2018

retournée comme une crêpe !

Paloma, je ne la connais pas depuis longtemps, mais une chose est sûre, une fois goûtée, plus possible de s’en passer ! Entre un humour pince sans rire qui tombe comme une mèche dans l’potage et the blond’ power parfaitement assumé, elle est capable de balayer mauvaise humeur et morosité le temps d’un café bien serré…

13H30, elle arrive au boulot, haletante, un peu ébouriffée et la gueule enfarinée, pas vraiment dans son assiette ! «Olala, olala, mon dieu, ce n’est pas possible !!!» - Entre nous, ça sent la culpabilité à plein nez ! -. Une fois l’état de panique évalué, je lui sers un expresso corsé, pas le temps de lui demander qu’elle déballe, c’est déjà fait… Elle courrait partout dans les allées du centre commercial pour l’anniversaire de son Homme, quand son regard avait croisé le sien, à pic, elle était plutôt morte de faim. Son mari l’avait mise à la diète, là, il n’en saurait rien. Son sang n’a fait qu’un tour ! Elle s’est approchée, même pas besoin de passer à la casserole, c’est du vite fait bien fait ! Elle s’est installée sur un banc pour compulser et hop, rondement mené ! Enfin, sur le papier…

SPICY GIRL

Paloma fait souvent des trucs bizarres, elle écoute son corps, comme elle dit, et question bon goût, elle est plutôt calée ! Alors quand elle fait un grand écart et qu’en plus, elle se fait avoir en beauté, c’est la cata !

Epaules tombantes, l’air dégoûté d’avoir cédé à une pulsion primaire, elle réalisait son manque de jugement et essayait d’en assumer les conséquences la tête haute, mais voilà qu’elle remettait le couvert. Son péché était hyper mignon, bien roulé et équilibré, elle n’avait pas pu résister et force est de constater qu’elle n’avait pas eu le compas dans l’œil !

Maud, ma collègue d’en face a posé stylo et cerveau, j’ai suivi, entre Saint Bernard, on se comprend plutôt bien.

BONNES PÂTES…

On a essayé de la rassurer... Ça arrive à tout le monde de craquer ! Il y a du bon et du mauvais dans tout, ça rajoute même un peu d’piquant parfois ! Et puis thaï, basque, indien ou même italien, un p’tit one shot, ça ne mange pas de pain ! Ton Parisien ne t’en tiendra pas rigueur… Elle nous a regardées les yeux exorbités : “Non mais les filles, il était sacrément bien emballé, j’ai cru qu’il allait bien s’tenir, que j’allais l’engouffrer ni vu ni connu… grave erreur. J’ai pourtant bien fait attention, mais une fois pris en main, il était plus gros que prévu, mou, humide et tellement pâteux, je ne savais plus quoi faire, je commençais à me donner en spectacle, j’étais complètement paniquée.” Maud mordillait son stylo, j’étouffais mes rires dans des sanglots, plutôt assaisonnée la pause déjeuner…

DÉGARNI…

Oui mais voilà, Saint Bernard aux aboies, curiosité en émoi ! Elle nous avait déroulé le tapis rouge, on en voulait encore, nous ! Son petit moment de plaisir inopiné prenait tellement l’allure d’un fiasco gargantuesque que Béliveau aurait pu ressusciter ! On a continué à la cuisiner un peu, elle s’est étalée encore : “J’avais faim et je n’avais plus vraiment d’autre choix que de boucher ma dent creuse. Alors j’ai fermé les yeux et je me suis jetée dessus quand soudain, déjà bourrée, je me suis étouffée… Quand j’ai levé les paupières - un homme en face me dévisageait béat -, il avait brusquement dégouliné, surprise, il m’avait happée, mon body éclaboussé ! Gavée, je l’ai jeté au panier sans demander mon reste, il n’y avait vraiment rien à en tirer, à part la honte peut être…” Maud était violette, moi pas mieux… Paloma un peu moins Pal’hot a juré : «Le Wrap au déjeuner ? Plus jamais.»

Création Activmag -© hbrh