même pas mâle !

quartiers divers

par Magali Buy - 19 nov. 2019

à plein tube !

JE SUIS SUPER EXCITÉE !!! J’AI GAGNÉ UN PASS VIP AU FESTIVAL DU GRAS DANS UN PETIT VILLAGE DE MONTAGNE, J’ESPÈRE QU’IL VA Y AVOIR DE L’HOMME, LES VACHES MAIGRES, J’EN PEUX PLUS. PRÊTE À TOUT POUR CULTIVER MES POIGNÉES D’AMOUR, JE METS MON RÉÉQUILIBRAGE ALIMENTAIRE DE CÔTÉ ET ME PRÉCIPITE À EN PERDRE HALEINE, C’EST PEU DIRE...

Je ne pars que pour 2 jours, je sais... Mais pour être parée à toute éventualité, j’ai pris soin de faire une valise. OK, deux, j’avoue. Il fallait bien ça pour transporter une petite robe noire et des collants gainants aux faux airs de bas de contention, des chaussettes en laine bio, des antiacides, un one piece en pilou pilou, du fil dentaire, un bloc note, des Moon Boot, ma pharmacie, le défibrilateur, des capotes et un bonnet à pompon... Très important de sortir couvert par grand froid. Et question température, j’vais être servie.

REALITY SHOW

Je suis attendue pour 18h30 à «la p’tite flamme», hôtel retro éclairé par ses 5 étoiles, Bridget power toute, je prends la route à fond de balle, j’ai la dalle !!!
Situé tout en haut du village -et accessible qu’à pieds-, un tel périple, ça se mérite ! J’arrive l’allure bourrue, le souffle court et les poumons en feu, mais l’air de rien, je jette mon brushing en arrière, claque des escarpins et incognito, je prends mes clefs, puis mes quartiers. Du vin, des draps en flanelle, une corbeille de fruits, deux peignoirs et des produits du terroir, y’a même du dentifrice au cas où, c’est clair, ils n’y vont pas à la p’tite cuillère !

SHOW ROOM

Hmmmm... J’ai bien des envies de m’ramener un p’tit Mark Darcy pour partager tout ça, moi... Générosité, plaisir et partage, c’est bien les 3 commandements de la gastronomie, non ? L’humeur badine, je me jette dans le king size à mémoire de forme -pourvu qu’il garde le secret professionnel-, j’imagine déjà le menu, et me perds dans une exploration profonde, quand un tremblement me secoue l’échine. Après avoir écarté l’orgasme tantrique avec M.D, un peu trop prématuré, vérifié la composition de mon matelas, un cri bestial me tire définitivement de ma séance d’égarement... Mon voisin est en pleine compet de planté de piolet et visiblement, madame a l’air de trouver ça myyyy gooood ! Aaahhh la montagne !!! Je vais finir avec une entorse cervicale et j’n’ai même pas pris un coup de pieu ! Belle notion d’partage !

SHOW TIME

Mais pas le temps de faire la conversation, j’suis à la bourre - enfin l’autre - et faut filer. Bottines pseudo croco, fute faux cuir et vrai semblant, je dévale la pente à grande foulée et j’arrive ébourif- fée au point G, ralliement central orgasmique, autour du buffet. Tartiflette, raclette et bonnes miches, sauciflard, roussette et aligot, mes intolérances sont en transe, oh la vache ! Trois heures plus tard, je remonte la pente, rougeaude, ballonnée et à moitié ronde, et je rentre seule, sans témoin, ni Darcy, sans personne. Tu m’étonnes !

SHOW PATATE

Totale déprime, 23 heures ou pas, je me fais couler un bain, pour noyer mon chagrin. Je check l’eau une première fois encore toute habillée, faut que je booste la température, pas assez chaud. Je tourne allégrement le robinet, quand la pluie se met à tomber du plafond jusqu’au sky du pantalon... Bun ruisselant, cuir ventousé et cernes Maybelline, j’ai épongé mon désarroi à quatre pattes et en chialant, au diable la p’tite Flamme, c’est vraiment pas pour moi. Je chope le tube de dentifrice offert par la maison, y’a même un tuto pour les nuls, pff... quand même !!! J’y vais gaiement et je frotte... Mon cri a dû, lui aussi, traverser la cloison !!! En lettres majuscules, sur la notice il était écrit : «attention reblochon en tube, bonne découverte et bon appétit !» A perdre haleine que j’disais.

©Création Activmag / © toricheks