même pas mâle !

rencard avec Nico

par Magali Buy - 16 déc. 2019

santa closed

UN BONNET DE LAINE, UNE PAIRE DE MITAINES ET UN VIEUX PYJAMA À CARREAUX, J’ME METS DANS LE MOOD, L’HEURE DU RENCARD AVEC NICOLAS APPROCHE. LES JAMBES EN CROIX PLANQUÉES SOUS MON PLAID, UNE TASSE DE LAIT DE POULE SUR L’ACCOUDOIR, MARIAH CAREY CHANTE NOËL ET ADOUCIT MES MŒURS, ALL I WANT FOR CHRISTMAS IS YOUUUUU !!!!

Ça n’arrive qu’une seule fois par an, et pour l’occas’, je sors mes armes de séduction massive. Sur ce coup, j’espère qu’il va enfin comprendre l’urgence de la situation. 41 ans et tout dans le popotin -ou plutôt rien-, ça commence sérieusement à sentir le sapin. Et je ne lui demande pas la lune !!! Ni Louboutin, ni voyage au bout du monde, pas de rivière en diamant, ni indécence au tournant. Je veux juste un homme bien sous tout rapport, bête de sexe et avec du chien. Ça passe bien par la cheminée d’habitude, non ?

VEILLÉE...

Il est bientôt minuit, j’ai décidé d’aller droit au but et de l’explorer enfin, sous toutes ses coutures. Il est tellement formidable paraît-il, je veux en avoir le cœur net. J’adore ses rendez-vous nocturnes mystérieux, j’aimerais qu’il vienne plus vite, mais il résiste, alors depuis toujours, je fais avec. Mais comme je sais qu’il ne m’posera pas de lapin -lui-, pas besoin de me ronger les sangs, ni les boîtes de calmants ! Ça change ! J’ai donc mis une tenue confortable -voir intro- pas de culotte pour aller au lit plus vite, et pris une position adéquate pour l’admirer s’engouffrer ! J’ai le palpitant qui gigote, l’excitation sûrement.

LUTTER

Pour l’attirer, j’ai allumé le feu. Il a l’habitude, chez moi, le conduit est long et étroit, ramoné à l’aléatoire, il sait que c’est chaud, mais à l’arrivée qui s’en suit, la flamme brûle, ça ne fait aucun doute ! AAAAhhhh, je me demande bien quelle surprise il me réserve... Ça m’émoustille de savoir comment il a choisi de m’emballer l’affaire et surtout, je trépigne de voir son nœud !!! Je l’attrape toujours délicatement sans trop tirer, sans ongles ni dents, ça serait trop bête de l’abîmer, et je risquerais d’en être privée l’année d’après. Ce n’est pas comme si le grand déballage se battait au portillon... Et puis je kiffe la déboîte après, toujours plein de rebondissements, bons pour mon taux d’œstrogène et ma ménopause naissante. Hmmm... Chaleur en bouffées, quel plaisir !!! Allezzzz viens Nico, viens, envoie la sauce, je t’attends !

ET PERDRE PIED...

Oui, mais voilà. Monsieur se fait désirer. Ça traîne, Oh ! Et pas de bol, Duke, je m’endors à moitié. Quel gâchis ! Tous les ans, c’est la même, je mets la musique d’ambiance pour rester éveillée, je lutte pour entendre ses grelots yoyoter, je rêve de lui tendre moi-même la carotte des reines... Mais t’es soporifique à la fin Nico, c’est dingue, on dirait que tu le fais exprès ! En fait, tu vends des miracles, mais t’es comme les autres, hein ! T’emballes, tu fourres dans l’hot, et ni vu ni connu, tu déballes et tu détales en silence... La barbe !
J’me suis réveillée la bave aux lèvres, j’ai rien vu venir. Il avait déposé son paquet à mes pieds, entre la bûche et l’alka-seltzer, un petit mot coincé dans une bourse. «Désolé, j’étais à la bourre, pas eu le temps de te mettre le nœud... l’année prochaine peut-être ! Et jingle bells évidemment !»
Si tu crois que j’vais t’attendre, même pas en rêve Nico, t’es vraiment pas un cadeau !

© studiostoks