même pas mâle !

SexMS

par Magali Buy - 9 oct. 2019

VIRE-TUE-ELLE

« TU SAIS QUOI ??? JE CROIS QUE ÇA RECOMMENCE !!! PAS DE BISOUS NI DE MARQUE D’ATTENTION, ON DIRAIT QU’IL RÉPOND PARCE QU’IL EST POLI ! », « ENCORE ??? NON MAIS CES MECS, J’TE JURE, FAUT SAVOIR CE QU’ILS VEULENT À LA FIN.» VOICI L'EXEMPLE TYPE D'UNE ÉBAUCHE DE CONVERSATION PUREMENT FÉMININE, QUI PRÉCÈDE, EN GÉNÉRAL, UNE CRISE D'HYSTÉRIE HAUTEMENT RIDICULE. #AGE40MENTAL5.

J’entretiens depuis quelques mois, pour ne pas dire année, une relation 2.0 hot voltige avec un sportif renommé. Un peu instable, il a la fâcheuse tendance à me faire tourner en rond, et là j’arrive plutôt au bout. Entre sa célébrité et son job, il n’a jamais le temps de le prendre, d’annulation en impondérable, on dirait qu’encore une fois, ça sent le lapin. Bécasse comme toujours, j’y crois pourtant, mais Sharon, experte en volagerie haut de gamme, me ramène sur terre.

MISE AU POINT

S :  Bon. C’est quoi le problème ?
Moi : Olala… J’en palpite encore. Dimanche soir, alors que j’étais chez ma grand-mère, il a voulu qu’on sextape…
S : Ben t’as dit non du coup ?!
M : …
S : Hein ????!
M : Je suis allée m’enfermer dans la salle de bains.
S : T’es une grande malade !
M : Oh ça va l’amante religieuse, tu ne sais pas ce que c’est l’amour. Toi tu les croques et tu les jettes, les mecs, aucun risque, c’est sûr… Handicapée des sentiments !
S : Mais c’est pas de l’amour, c’est du virtuel, inutile de risquer ton col du fémur ! L’amour ne finit jamais en selfie inter-cuissots dans un lavabo, entre un dentier qui trempe et une crème au camphre, t’as déjà vu ça dans coup de foudre à Notting Hill, toi ?
M : Et quand tu sais qu’il a coupé net en plein milieu...
S : Oh le salaud... Dis-moi que tu l’as démonté !!!!
M : Tu m’énerves Sharon, j’étais stone complet ! Je suis restée cristallisée, la crampe aux fesses et coincée, les lombaires incrustées dans la plomberie, le reste ventousé au bidet, j’avais beau forcer, impossible de sortir du moule…

MISE AU PLI

S : Eeeet?
M : Rien, j’ai attendu 3 minutes 27 que mon sang re-circule, et une fois convaincue d’éviter l’amputation, j’ai récidivé. Et soudain, pop ! La délivrance !
S : Envoie le valdinguer ! Il se fout de toi ! Un peu plus, on te retrouve séchée avant ta grand-mère, t’imagines !!!
M : Tout de suite, dans l’excès... Il aurait pu avoir un souci, t’y penses à ça ?
S : N’importe quoi. T’es folle complet ! Alors ?? Il a fait un AVC ou il a la mémoire courte ?
M : Au troisième SMS sans réponse en moins de 45 secondes, il m’a envoyé sur les roses - l’épine en moins -. Il avait un truc à faire et il n’a pas à se justifier. Il m’a fait le coup de la liberté, qu’il fallait que je le laisse respirer, que j’arrête de paniquer sinon Ciao. J’ai du piquer un Prozac à mémé !!!

MISE À GENOUX...

S : Il est sacrément gonflé... Et je parie que t’as dit ok, y’a pas de soucis, pardon, je suis désolée bébé ?
M : Ben oui, j’aime pas les conflits. Et puis de toute façon, j’en ai marre, j’ai décidé de tout arrêter, il y va de ma santé mentale et de mon art-rose, alors il peut m’écrire, je l’ignore ! Fuis moi, j’te suis, suis moi, j’te fuis, comme on dit !
S : Ah ah ah... Si ça ne fait pas mille fois que tu me le dis ça... Ouh là ! Qu’est-ce que t’as d’un coup ? Tu refais des bouffées de chaleur de stress, et tu vas mourir comme dans Doctissimo ? T’as reçu une mauvaise nouvelle sur ton tel ? T’es écarlate !
M : Ta salle de bains ferme à clé ? J’voudrais me rafraîchir les idées…