on en fait des caisses !

la roue tourne !
le combi vw

par Alexia Malige - 8 avr. 2020

combi-maison gagnante

MAQUILLAGE EN COULEUR ET BOUILLE DE BLAGUEUR, LE ROI DES VANS EST DEVENU, AU FIL DU TEMPS, UN VÉRITABLE COMPAGNON DE VIE. UN COMBI À TOUT FAIRE, SORTE DE CHÂTEAU AMBULANT QUI SE LAISSE PORTER PAR NOS ENVIES ET SURTOUT PAR LE VENT.

Don’t worry, be Combi ! Symbole du cool et des une esquisse d’une grande voiture avec le moteur à l’arrière, hippies, le mini-bus de Volkswagen est aujourd’hui une icône de nostalgie. 70 ans après sa sortie, il continue à rouler sa bosse.
Pas de chevaux sous le capot, mais une allure de baroudeur attachant. Combi de surf, combi-kini ou combi de ski, il permet de s’évader un week-end à la plage ou à la montagne. Un combi-polaire en somme, qui invite à l’épicurisme et au voyage.

BONNE COMBINE

Inspiré des rondeurs de la Coccinelle, le Combi est dessiné par l’homme d’affaires néerlandais, Ben Pon, le 23 avril 1947. L’idée lui vient en regardant travailler des ouvriers de Volkswagen à Wolfsburg, en Allemagne. Ces derniers ont construit un véhicule de fortune pour transporter plus facilement des pièces imposantes. Une invention bancale qui traduit un réel besoin de véhicule utilitaire pratique et accessible. Ni une, ni deux, l’industriel dresse grossièrement spacieuse et bombée. Le Combi est né.

VAN FACILE

Combi-colore, le premier van commercialisé en 1950 gagne rapidement le cœur des hommes. Face avant en V, teintes péchues et phares tout ronds, le Bulli (surnom allemand pour Bouledogue) inspire immédiatement la sympathie. Plus de 100 000 véhicules sont vendus en 4 ans. Un véritable succès! En 1967, une nouvelle version débarque. Cuisinette, table rabattable, placards et couchette, le petit bus a tout ce qu’il faut, là où il faut. Aménagé par Westfalia, il s’impose comme le précurseur du camping-car. Idéal pour une escapade en famille. “Ce qui est génial avec le Combi, c’est que l’on peut s’arrêter où l’on veut, quand on veut”, explique Camille Geffriaud, présidente du club Cox Demoniak Vw d’Annecy. “On se gare, on déploie le lit en 15 secondes, on ouvre le toit pour avoir plus d’espace et on profite de cette nuit en pleine nature”. Optimisée, cette mini maison sur roues demande cependant quelques efforts d’organisation. “Il faut avoir les bons équipements, les bonnes casseroles, la bonne vaisselle pour pouvoir tout ranger. Et bien sûr, on oublie le petit-déjeuner au lit ! Si le matelas n’est pas replié, impossible de faire le café !”.

BUS AND LOVE

Baba cool et décontract, le Combi est hermétique au stress. Et son conducteur aussi ! Pas d’embrouille au rond-point, juste des coups de klaxons entre copains. “Volkswagen est une grande communauté. Lorsqu’on est sur la route, on croise forcément quelqu’un qui va nous saluer ou faire le signe de paix”, précise Antoine Dunand, membre du club Cox Demoniak depuis 3 ans. Des codes fraternels qui renforcent l’identité conviviale du van VW. “Le Combi, c’est une voiture avec un salon, tout simplement. C’est chaleureux et bon enfant”. Les passionnés le considèrent même comme un membre de la famille. Antoine Dunand en plaisante : “Ils ont tous des prénoms. Le mien se nomme Pépère maintenant, mais passé un temps, il s’appelait Prosciutto (jambon en italien)”. Plus qu’un patronyme original, certains Combi possèdent aussi une personnalité particulière. Il suffit d’un coup du destin pour tomber sur l’une de ces pépites. Julien-David Collombet, rédacteur en chef de Combi magazine, n’a lui, pas manqué de chance. Alors qu’il cherche à acquérir un Combi Bay Window, il achète par hasard celui de Tom Hanks ! L’acteur américain lui envoie même une photo dédicacée, lui priant de prendre soin de son fidèle ami. Une note sentimentale qui donne un sacré cachet à ce vieux tas de ferraille. “En faisant le ménage du véhicule, j’ai retrouvé quelques reliques”, raconte l’heureux propriétaire. “Un ticket de parking, quelques quarters de dollar oubliés dans le cendrier, des cartes d’accès aux parcs naturels... et une réplique du célèbre ballon Wilson du film Seul au monde”.
Maman avait donc raison. Les Combi, c’est comme une boîte de chocolats, on ne sait jamais sur lequel on va tomber.

 

LE COMBI, CE N’EST PAS FINI !

Le der des ders. En 2013, le Brésil, qui était le dernier pays à fabriquer des T2, arrête définitivement la production. Le Combi devient alors un objet rare et recherché, mais Volkswagen choisit finalement de lui offrir une nouvelle vie. La marque allemande annonce le retour du Combi en 2022 sous une forme entièrement électrique. Doté de 4 roues motrices et d’une autonomie de 480 km, ce nouveau van n’émettra pas de CO2. Il se rechargera en moins d’une heure et permettra des road-trips plus écologiques.

 

+ d'infos :
Facebook club Cox Démoniak Vw d’Annecy