on en fait des caisses !

la roue tourne !
un p'tit coup de rétro

par Mélanie Marullaz - 11 mars 2020

on a l'âge de son starter

DES SILHOUETTES FAMILIÈRES, DES NOMS QUI SONNENT COMME DES PRÉNOMS, CES VIEILLES COPINES QUI JOUENT ENCORE DU KLAXON APRÈS PLUSIEURS GÉNÉRATIONS S’ACCROCHENT À LEUR JEUNESSE... COMME NOUS ?

45 ans et toutes ses jantes, lustrée, pimpante, la Golf est toujours là. Mais contrairement à nous qui avons traversé les mêmes décennies, elle semble avoir rajeuni... Idem pour la Fiat 500, la Ford Mustang ou la Mini, quant à la Porsche 911, c’en est presque indécent, le temps semble n’avoir sur elle aucune emprise. Alors que nous sommes tentés par le silicone, elles deviennent des icônes. Mais comment font-elles pour durer?

CHÂSSIS ET NOSTALGIE

“Soit une voiture a une ligne, une histoire et un nom mythique, à l’image de la 911, qui reste la sportive la plus universelle, fidèle à son concept de base avec ses six cylindres à plat et leur bruit rauque typique ; soit elle représente une époque et parle aux acheteurs”, explique Nicolas Defosse, directeur de GT Spirit, leader français du négoce de voitures de collections, basé dans l’Ain. “Les gens ont adoré la Coccinelle par exemple, alors quand vous faites une New Beetle, ils y retournent, c’est ça le néo-rétro, vous vendez de la nostalgie et du souvenir. Et quand c’est bien fait, ça marche : le meilleur exemple, c’est la Fiat 500, cohérente avec l’idée d’origine, petite, marrante, pas chère et fiable. Mais c’est aussi une facilité pour les marques de surfer sur les réussites du passé, un peu comme ces vieilles gloires du disco qui ne sortent plus de nouveaux titres, mais enchaînent les best-of et les remixes. Avec la Golf, par exemple, Volkswagen vit sur une image, parce que les trois lettres GTI parlent à des gens de mon âge, des quadras-quinquas, mais ils ne font rien pour recréer le mythe.”

ÂGE D’ORAISON ?

A tel point que les plus nostalgiques reviennent carrément aux modèles d’origine. La cote des voitures sorties dans les années 70 ne cesse de monter, mais reste accessible. D’après une étude de la Fédération Française des Véhicules d’Epoque (FFVE) parue en 2015, en France, 2/3 des 800 000 véhicules de collection – ils doivent avoir plus de 30 ans et ne plus être produits – valent moins de 5 000 euros. “La moyenne d’âge des collectionneurs a baissé. Ils ont entre 30 et 50 ans, et ont envie de retrouver des sensations ou de s’offrir la voiture dont ils ont rêvé ado.” Parce qu’eux aussi, peut-être, n’ont pas envie de vieillir...

©S.Kobold