OnlyGirls

bijoux
seda manoukian

par Béatrice Meynier - 9 mars 2020

joyaux joyeux

EXUBÉRANCE ORIENTALE, FINESSE DES PIERRES BELLES COMME DES DIAMANTS FLAMANDS, ÉLÉGANCE FRANÇAISE, INSPIRATION ITALIENNE, LE TOUT SERTI DE RÉFÉRENCES FAMILIALES. AUCUN DOUTE POSSIBLE : LES BIJOUX DESSINÉS PAR SEDA MANOUKIAN ESQUISSENT BIEN SON PORTRAIT !
Seda Manoukian

Bouillonnante d’énergie, chaleureuse à foison, Seda rayonne comme un soleil. Un astre qui brillerait pour elle depuis l’Arménie et la Belgique où sa famille trouve ses origines, jusqu’à Turin où elle vit aujourd’hui, en passant par Rhône-Alpes, territoire majeur des diverses créations qui émaillent son parcours.

TISSU FAMILIAL

Fille des entrepreneurs et stylistes Dany et Alain Manoukian qui ont marqué l’histoire de la mode dès les années 1980, Seda se souvient d’une tranquille enfance drômoise emplie d’amour. Une période heureuse déjà empreinte de sa passion des bijoux, rituels cadeaux version ado que lui offrent ses parents lors des départs en vacances annuels. A l’époque, le mot «labeur» s’est déjà largement invité dans le paysage et la famille ne partage pas que des loisirs ! “Mes parents travaillaient beaucoup et n’étaient pas du style à me mettre dans un fauteuil doré ! Dès l’âge de 13 ans, j’ai fait toutes sortes de jobs dans l’entreprise familiale : standardiste, déballage des cartons, etc... A 16 ans, j’ai même tenu la boutique de Grenoble pendant un été et j’ai adoré ça !”.

AU FIL DE SES ENVIES

A la fibre du commerce s’ajoute celle de la création. Intégrant pleinement la Maison Manoukian, la jeune femme travaille en collaboration avec sa maman et gagne peu à peu ses galons. Responsable des secteurs hommes et accessoires, elle crée ensuite, avec une styliste, sa propre ligne : «Seda», une gamme « girly » ciblant les filles des adeptes de la marque. Lorsque ses parents revendent le groupe en 2005, Seda compte quinze ans au sein de la société et est enceinte de son troisième enfant (elle en a quatre aujourd’hui!). Ayant toujours baigné dans un univers associant tissus et matières, elle se lance naturellement dans la décoration d’intérieur. Cette ultra perfectionniste habille principalement des chalets de stations huppées, un métier qu’elle adore et continue aujourd’hui encore à pratiquer en parallèle de son activité dans la joaillerie. Car son rêve d’enfance est aussi devenu réalité...

BAGUES À PART

C’est un chantier déco compliqué qui lui fournit l’étincelle pour rallumer la flamme de ses premières amours. En 2016, elle réunit toutes ses économies, résolue à déployer son inaltérable dynamisme dans la création de bijoux à son image. “Mon leitmotiv, c’est les grosses bagues exubérantes, colorées, percutantes. J’aime les vrais bijoux de cocktail, avec un esprit Riviera”, précise Seda. Autodidacte dans le domaine de la haute joaillerie, elle s’appuie sur le savoir-faire de professionnels aguerris.

À L’ŒIL ET AU DOIGT

A partir des croquis esquissés sur la base de ses premières idées, la créatrice affine ses modèles, définissant précisément leurs lignes à cette étape. Les choix des couleurs dominantes et du type de pierres viennent généralement ensuite. D’abord réalisés en 3D grandeur nature, les prototypes sont peu à peu façonnés jusqu’à trouver leur apparence définitive et pourront se décliner, toujours artisanalement, en différentes matières et couleurs. Et si Seda puise son inspiration dans l’environnement qui l’entoure, elle met aussi beaucoup d’elle dans ses créations. Portant des noms orientaux, elles font parfois références à sa vie familiale, comme l’étonnante et spectaculaire bague «nid» Alek, clin d’œil au départ de son fils aîné de la maison familiale ! Ici et ailleurs, le solaire esprit de Seda n’en finit pas de rayonner...

 

+ d'infos : http://sedamanoukian.com