OnlyGirls

en vélo mon polo !

par Gaëlle Tagliabue - 17 févr. 2020

water polo ? non, bike polo !

COMME UNE SOUDAINE ENVIE DE ME LA JOUER SO BRITISH, DE TROUVER MY STAÏLE, QUOI QU’IL EN COÛTE. IL DOIT BIEN EXISTER UN SPORT QUI ME SIÉRAIT COMME UNE SECONDE PEAU. ALLONS DU CÔTÉ DES SPORTS À MAILLET, TENUE CHIC ET GARDEN PARTY... JE SENS QUE ÇA VA ME PLAIRE !

Manque de bol, je n’ai pas trouvé de club de croquet. What ? Du Bike Polo ? C’est pas vrai, il n’y a donc pas de sport genre promenade du dimanche entre vieux, ici ? (Le golf mis à part... ça aussi, c’est sportif ? Pas essayé, next time). Du polo sur un vélo donc, mais bien sûr...

POLO À VÉLO

Quel dommage, j’avais déjà la tenue parfaite : short immaculé, polo et maille sur son camaïeu de beige, canotier de paille (le même que j’arbore à Roland Garros et sur la Place des Lices). Changement de plan, j’enfile des gants et troque mon ravissant chapeau pour un casque avec grille de protection (c’est-à-dire ? On ne fait pas du hockey non plus ?). Parce qu’à en croire Pierre-Nicolas, la petite balle dure qui va me servir de projectile, mieux vaut éviter de se la prendre de plein fouet.
Reste un détail, majeur, il va falloir monter un destrier du genre à deux roues. Rappelons que ma dernière expérience en la matière n’a pas grand-chose à voir ni avec l’ascension du col du Galibier, ni même avec celle d’une descente effrénée en VTT sur la 666 aux 2 Alpes. Mon plus récent souvenir remonterait plutôt aux pistes cyclables de l’Ile de Ré où la difficulté première reste de ne pas enfourcher le premier tricycle fou débordant de sa voie. Là il va falloir conduire ce vélo à une main, la gauche, tandis que la plus «habile» sera fort occupée à manier le maillet. Et sinon les genouillères, coudières, chevillières, vous avez ?

POLO ENTRE POTOS

Trois contre trois sur un terrain de la taille de celui de hand-ball, spécialement fermé sur ses 4 côtés pour pouvoir jouer avec les murs (je suis nulle au billard, décidément...), j’ai le guidon tremblant, la trajectoire vacillante. Concentrée sur la conduite du vélo, il faut anticiper sur le côté où l’on va récupérer la balle et balayer le maillet pour tenter, qui sait sur un malentendu, de la toucher au moins une fois en 12 minutes : on y croit. L’ambiance est bon enfant et s’il existe des championnats nationaux, européens et mondiaux, il y a aussi tout plein d’événements isolés en région où les équipes sont mixées, niveaux mêlés, plaisir pour tous. Avec quelque 400 pratiquants, le Bike Polo apparu en France il y a une dizaine d’années conquiert petit à petit ses pratiquants avec une dif- ficulté première : trouver des terrains adaptés à sa pratique. Le club Annecy Bike Polo espère pouvoir grandir, mais en attendant, la petite communauté joue le jeu du sport détente. Décomplexée et quelques exercices de slalom plus tard, il se pourrait bien que j’arrive à la toucher cette baballe. Et pourquoi pas atteindre la cage... ou me poster par défaut en gardien. Râté ! On doit tourner... et je n’ai pas le droit de poser le pied à terre ? Oups, on en refait une ?

+ d'infos : http://www.facebook.com/Annecy-Bike-Polo-1154379201354299/