OnlyGirls

regain de sagesse

par Nolwenn Huyart - 6 juil. 2020

les gens sages

POUR CERTAINS, ELLE EST TRANSMISE PAR LA CULTURE, D’AUTRES ONT DES DISPOSITIONS NATURELLES ET BEAUCOUP RÊVENT DE FINIR SA VIE AVEC ELLE. EN TOUT CAS, LA CONFUSION ET L’INCERTITUDE DU MOMENT SEMBLENT BOOSTER LA SAGESSE COMME JAMAIS.

Concept, caractère ou vertu, son genre est peut-être discutable, mais sa nature intrinsèque paraît assez universelle. Il est perceptible, pour la majorité d’entre nous –je crois ??– qu’elle nous fait vibrer, comme une sorte d’état de grâce, une quête. La sagesse se définit de bien des façons, selon les latitudes, l’histoire des peuples, leur sociologie et aussi leur spiritualité. Cependant, la connaissance, le discernement, l’éthique, une certaine morale, la non-violence et la façon de conduire sa vie à partir de son monde intérieur vers le monde autour de nous semblent des aspects communs traduisant que même si nous ne partageons pas la même culture que les Massaï d’Afrique de l’Est ou que les Böns du Tibet, nous sommes reliés et identiques par notre humanité. Une humanité qui cherche à s’accomplir sous les meilleurs auspices possibles.

 Soyez le changement que vous voulez pour le monde Ghandi 

FAIS ATTENTION !

Chez les Kagabas de Colombie*, quand on rencontre un inconnu, on partage avec lui des feuilles de coca, qui représentent la qualité de la pensée, afin de s’accorder sur un échange de qualité. Sans être hallucinogènes, ces feuilles augmentent la sécrétion de la dopamine qui renforce la confiance et l’attention. Pour les Massaï, avant d’annoncer une mauvaise nouvelle, on l’encadre de deux nouvelles positives, pour ne pas polluer l’autre avec une mauvaise vibration. La sagesse Massaï impose de mettre de l’ordre en soi afin de ne pas envahir l’autre, en trouvant un équilibre émotionnel. Pour le Bouddha, la sagesse a à voir avec le fait de cultiver un autre rapport à ce qui est, comme notamment reconnaître le caractère changeant de toute chose, la fluctuation des phénomènes : tout apparaît, tout disparaît. Quand il enseigne son fils Rahula, le Bouddha dit : “Rahula, fais attention à tes intentions de parler. Rahula, fais attention à tes intentions pendant que tu parles. Rahula, après avoir parlé, demande-toi quelles étaient tes intentions.”

L’INDIVIDU POUR LE COLLECTIF

Chez nous, sur les plateaux télé, dans les hémicycles de nos assemblées, nous aurions bigrement besoin de prendre des cours de gymnastique de la sagesse, non ? Qu’est-ce qui changerait si j’accordais à l’autre la même importance qu’à moi-même ? Qu’est-ce qui se passerait dans une réunion d’entreprise si tout le monde était convaincu que ce qui apparaîtra sera le meilleur choix possible pour le collectif et non pour l’intérêt de l’un ou de l’autre ? Que deviendrait notre relation difficile qui se désintéresserait de ce conflit au profit de notre souffrance mutuelle ? « Soyez le changement que vous voulez pour le monde ». Pour Gandhi, la réponse à nos maux n’est pas à l’extérieur. Ni dans le politique, ni dans le marché, mais dans la pratique d’une conscience sage, responsable et libre. Inspiration...

 

Biblio : * « Sagesses d’ailleurs pour vivre aujourd’hui » de Frederika Van Ingen-Ed. J’ai lu

 

Illustration Sophie Caquineau
Nolwenn Huyart
Chroniqueuse psychologue