OnlyGirls

une maladie pas imaginaire

par Christine Mouez Gojon - 15 juil. 2019

spasmo tard que jamais

ON L’APPELLE AUSSI TÉTANIE, CRISE D’ANGOISSE OU SYNDROME D’HYPERVENTILATION. DES SYMPTÔMES TRÈS PÉNIBLES QUI S’APPARENTENT À CEUX PRÉSENTS LORS D’ATTAQUES DE PANIQUE. LA SPASMOPHILIE N’EST PAS RÉPERTORIÉE COMME UNE MALADIE. ET ON SE DEMANDE BIEN POURQUOI...

Quand ça t’arrive, tu es tellement mal que tu crois vraiment ta dernière heure venue. Tu manques d’air, ta gorge semble ne rien laisser passer. Tu vas étouffer, c’est certain. Cette douleur dans la poitrine ? Tu es en train de faire un infarctus. Tu vois trouble, tu as du mal à parler... Faut appeler le 15. C’est un AVC. Tu es à l’agonie, dans une souffrance extrême. Tu entends des voix : “Calme-toi, c’est pas grave”. Et, là... tu te dis que tu es plongée dans une solitude absolue. Tu vas mourir, et personne ne le comprend.

CRISES ÉPROUVANTES

Selon certaines théories, il s’agirait d’une réaction inappropriée ou excessive à une anxiété, une peur, une angoisse, un stress même inconscient, qui se traduit par des difficultés respiratoires et une tétanie musculaire. Elle touche le plus souvent la tranche d’âge entre 15 et 45 ans et plus fréquemment les femmes. C’est une pathologie très déstabilisante, car les crises très éprouvantes débutent sans crier gare et durent dix minutes ou s’éternisent une heure. Un malaise général carrément flippant, suivi d’une intense fatigue.

UNE PATHOLOGIE BANALE

La spasmophilie serait due à une carence en magnésium et en calcium. Faire des cures sporadiques s’avère judicieux. Autres pistes de causes probables : insuffisance, ou piètre qualité du sommeil, mauvaise gestion des situations de stress. Quand la crise se déclare, il est conseillé -technique efficace- d’apprendre à ralentir le rythme de sa respiration, en se mettant la tête dans un sac... en papier. Comme si tu ne l’avais pas déjà suffisamment ! L’échange oxygène-gaz carbonique en vase clos apaise la tachycardie. Sinon, prends juste ponctuellement un cacheton calmant au début du malaise, pour t’apaiser. L’anxiété qui te submerge ne doit pas te faire peur. Il s’agit juste d’un trouble psychique banal. Non, mais franchement, c’est trop facile à dire !

TRAITEMENT PSY

L’efficacité de la psychothérapie pour traiter ce type de pathologie est bien établie. C’est le traitement à privilégier dans de nombreux cas, avant de recourir aux médicaments. Comptez une vingtaine de séances en thérapie cognitive et comportementale. Souffrir de crises d’angoisse peut devenir un handicap. Consulte un médecin pour éviter d’entrer dans le cercle vicieux de la peur d’avoir peur de faire une crise. Autre alternative : les antidépresseurs avec le risque de dépendance et d’effets secondaires. Faut bien doser.

ANTIDOTES

Les méthodes de relaxation font leur preuve : techniques de respiration profonde et de régulation. Méditation, yoga et exercice physique sont d’excellents antidotes à l’anxiété généralisée. Consommation des bons aliments riches en magnésium, en sucres lents, de tisanes aux plantes lénifiantes, tout ce qui va procéder à un rééquilibrage de ton système nerveux. Zen, soyons zen...