Pis Paul

25 ans plus tard...
fabrice becker

par Fanny Caspar - 27 déc. 2017

Changement de piste

Les sports de démonstration sont au programme officiel des jeux olympiques d’hiver pour la dernière fois à Albertville. Parmi eux, l’acroski, appelé aussi le ballet, une des épreuves de ski artistique et acrobatique dont Fabrice Becker est le maître incontesté.

Quand les premières notes de La Cumparsita résonnent, les cris d’encouragement du public retentissent encore dans le cirque de Tignes. Fabrice s’élance sur le tango argentin qu’il a choisi. Fier, élégant, juste. Il réussit toutes ses figures devant une foule conquise. “Je me rappelle des sensations en arrivant en bas de la piste. J’étais presque en état de grâce, je savais que je maîtrisais mon truc, j’entendais la foule. Je savais que j’étais en train de gagner. C’était fort.”

Fabrice Becker décroche l'or en acroski à Albertville

LE DERNIER TANGO À TIGNES

Hélas, la carrière sportive du champion tourne court quand la discipline n’est pas retenue par le Comité Olympique, puis périclite. Fin 98, il se tourne alors vers le saut acrobatique, qu’il pratique à moindre niveau, pour entraîner les jeunes Français et la championne norvégienne Hilde Lid.

En 2000, il s’engage sur la tournée promotionnelle Budweiser en Amérique du Nord. “Dans l’hiver, j’ai été contacté par une personne du Cirque du Soleil qui recherchait un dépisteur acrobatique. Je n’avais pas d’enfant, pas d’attache, c’était le bon moment. Je suis rentré à la Plagne et, en deux semaines, j’ai tout réglé, tout vendu, tout empaqueté. Je suis arrivé à Montréal le 20 mars 2000 et je ne suis jamais reparti. Je ne m’en rendais pas encore compte, mais c’était vraiment un job fait pour moi. Il regroupe l’ensemble de ce que j’aime dans la vie : l’acrobatie, la musique, les arts, les voyages. Au final, je suis extrêmement chanceux.”

TOUS LES CHEMINS MÈNENT À ALBERTVILLE

En 18 années “qui sont passées comme l’éclair”, il est passé de dépisteur, qui parcourt le monde et les événements sportifs acrobatiques à la recherche de la perle rare, à dépisteur principal, puis directeur de casting dès 2002. Tous les artistes et acrobates recrutés jusqu’en 2014 sont passés par sa sélection. “Je me suis rendu compte que non seulement j’étais capable d’évaluer un acrobate, mais j’étais aussi capable de lui apprendre une chorégraphie, et de lui faire réaliser des exercices d’acting. Le ballet m’a amené à ça finalement.”

Depuis 3 ans, il est directeur de création. Il travaille actuellement sur un spectacle permanent qui va ouvrir en 2019 aux Etats-Unis. S’il voyage moins maintenant, il a parcouru le monde pendant de longues années, notamment la Chine où il a adopté un petit garçon. “L’idée a germé suite à un voyage en Mongolie au cours duquel j’ai visité un orphelinat. Sibo est avec nous depuis 8 ans. Je me suis remis au ski grâce à lui dans les stations autour de Montréal.”

S’il est loin du ski, les JO d’Albertville se sont rappelés à lui en la personne de Philippe Découfflé, le chorégraphe de la cérémonie d’ouverture, avec qui il a collaboré sur quelques projets circassiens. “Pour l’anecdote, je travaille actuellement avec Philippe Guillotel qui était le concepteur des costumes d’Albertville. C’est une belle histoire et ce sont de beaux souvenirs que l’on évoque à l’occasion. Mon seul regret est de ne pas avoir participé à la cérémonie car j’avais les phases éliminatoires le lendemain. Je devais être en forme pour me donner toutes les chances.”

Trophées de shuss

Jeux olympiques :
1992 : Or

Championnats du monde :
1993 : Or
1995 : Argent
1997 : Or

Coupe du monde :
Classement général : 1er en 1998, 2eme en 1997.
Classement en acroski : 1er en 1994, 1997 et 1998, 2eme en 1992, 1993 et 1995.
47 podiums dont 21 victoires dans les épreuves de coupe du monde.

Illustration Joseph Brown