Pis Paul

Entretien avec Jenifer

par Mélanie Marullaz - 6 mars 2019

allô... Jen ?

ELLE AVAIT FUI, PENDANT UN TEMPS, LES LUMIÈRES DES PROJECTEURS, MAIS DEPUIS 2018, JENIFER IS BACK! APRÈS UNE FICTION SUR TF1, PUIS UN NOUVEL ALBUM, ELLE A RETROUVÉ SON FAUTEUIL DE JUGE DE THE VOICE ET S’APPRÊTE À PARTIR EN TOURNÉE. PLUS MOTIVÉE QUE JAMAIS.

Son teint méditerranéen, ses grands yeux bruns, son air mutin... Qu’on soit fan de pop française ou pas, depuis qu’elle a remporté la première saison de la Star Academy (2001-2002), pour être passé à côté de Jenifer, il faudrait avoir réussi à se faire adopter par les Sentinelles (vous savez, cette tribu totalement isolée, sur leur île au milieu de l’Océan Indien, qui préfère cribler de flèches les étrangers plutôt que de les laisser accoster). La presse, elle, ne l’a pas loupée. Depuis sa rencontre avec la célébrité, le moindre de ses grands bonheurs ou petits déboires s’affiche dans les magazines people. 2017 surtout, annus horribilis pour la «Petite Chérie des Français», a vu, étalés en Une des tabloïds, l’insuccès de son album «Paradis Secret», l’accident de son bus de tournée -qui coûta la vie à deux personnes-, et le décès de son oncle lors d’une fusillade à Bastia. Trop, c’était trop, Jenifer a failli tout arrêté... Pour mieux revenir.

La revoilà donc, gonflée à bloc, prête à écrire une «Nouvelle Page», titre de son album sorti en octobre dernier. Fraîche, spontanée, sincère, nous l’avons interceptée en pleine répétition, à quelques jours du début de sa nouvelle tournée. Une tournée à double entrée, «électrique et flamboyante» dans les zéniths ou «proche et intime» dans les salles à taille humaine, qui fera d’ailleurs escale, le 6 avril prochain, à l’Arcadium à Annecy.

Activmag: On parle de votre grand retour, mais vous revenez d’où?
Jenifer:
Je m’étais autorisée un peu de temps, pour me retrouver, sentir une nouvelle énergie, me réconcilier avec les premières sensations qui m’ont fait aimer la musique... J’ai connu un renouvellement sur tous les plans, même au niveau de mon proche entourage professionnel, c’est un peu une redécouverte de tout! Et pour faire cet album, j’ai fait de sublimes rencontres et retrouvé des gens avec qui j’avais déjà collaboré par le passé, mais je voulais marquer mon rythme, je n’avais pas envie de faire les choses machinalement, ce n’est pas mon truc... Je marche à l’honnêteté, quitte à me tromper. J’avais envie d’un nouvel élan positif, de mettre une certaine pudeur de côté, que l’album soit plus personnel, donc au final, tout ça prend du temps.

Dans les films américains, quand le héros revient, c’est souvent avec une soif de vengeance. Vous, vous êtes de retour avec quoi?
Je reviens avec mon cœur! J’étais en manque en fait. Parce que la scène, c’est la moitié de ma vie quand même: la Star Ac’, c’était il y a 18 ans, j’en ai 36 aujourd’hui... Ça fait donc partie de mon équilibre. J’ai ma famille évidemment, mes enfants que j’essaie de protéger au maximum, comme toutes les mamans, et en même temps, j’ai mon équilibre professionnel. J’aime les gens, j’aime aller sur scène, j’aime la notion de partage qu’on a dans la musique, et le divertissement aussi... Et le fait d’écrire, de composer, de se retrouver en studio avec des personnes avec lesquelles on vibre d’une même passion, ça a un effet thérapeutique, indubitablement.

Vous le disiez, cet album est plus personnel. Il y a des vrais morceaux de vous, de vos fils, de votre oncle disparu, de votre rapport aux paparazzi... Vous vous dites pourtant plutôt pudique...
Avant, j’avais tendance à me cacher, derrière des métaphores, des costumes divers et variés, qui me plaisaient, parce que j’aimais bien jouer sur scène, jouer à moi-même en fait. Là, j’avais envie d’être plus claire. Dans l’espoir, en toute humilité, que ça aura un petit impact sur la personne qui écoutera l’album, qu’elle pourra peut-être se retrouver dans une des chansons... En tous cas, parler de mes douleurs, ça m’a fait un bien fou! Ça m’a servi d’exutoire. En gardant une marge de pudeur quand même. Mais à partir du moment où je partais dans une démarche de sincérité, que je voulais que cet album transpire la vérité, reflète celle que je suis, je ne pouvais pas faire l’impasse sur le rapport mère-enfant, la douleur de la perte d’un proche ou la nostalgie du temps qui passe.

Pour cette tournée, vous êtes entourées uniquement de musiciennes, et vous allez renouer avec la scène un 8 mars...
Et oui! Je me suis dit pourquoi pas? Au fur et à mesure que j’enregistrais l’album, il en ressortait une sensibilité plus féminine que sur les autres. La dernière tournée, j’étais partie avec Emmanuel Da Silva et Frédéric Fortuny, parce qu’on avait fait l’album tous les trois. Là, j’avais envie de mettre en lumière des musiciennes pour qui j’ai un profond respect, qui ont des sonorités différentes des miennes et des projets professionnels respectifs. Mais j’ai trouvé intéressant le mélange de styles, pour proposer quelque chose de différent sur scène musicalement et visuellement aussi. Le 8 mars, ce n’était pas mon idée, mais quand on me l’a proposé, je me suis dit que tout prenait encore plus de sens... du charme, de la puissance et du sens.

péché avoué, à moitié pardonné

PARESSE
Quelle est la corvée pour laquelle vous êtes capable d’inventer une excuse bidon? Un marathon ou une randonnée, un truc sportif ! Je peux inventer un mytho à des copains qui ont prévu un pique-nique à 10km, qu’il faut partir avec les sacs à dos, que ça grimpe, ça marche... J’en suis fatiguée d’avance.

ENVIE
Quelle est la chanson que vous auriez rêvé d’avoir écrite? J’écoute Vanessa Paradis en ce moment, et dans son répertoire, il y en a que je trouve absolument sublimes: «Tandem» de Serge Gainsbourg, ou «Il y a», écrite par Gaëtan Roussel...

GOURMANDISE
Quel est le plaisir coupable pour lequel vous vous relèveriez la nuit? Un paquet de chips Barbecue, ou pire, parce que si je me relève pour manger, je n’y vais pas pour prendre un yaourt ou un fruit! Si je me lève et que j'ai faim, je ne fais pas semblant! Donc ça va être plateau de fromages, pain... et c’est le carnage!

AVARICE
Qu’est-ce que vous ne donnez pas facilement? La confiance, je pense qu’elle se gagne, mais en fait, je l’ai vite donnée aux personnes qui m’entourent, sur une question de feeling, d’instinct, de moment... Donc le truc que je donnerais moins facilement, finalement, ce serait peut-être les clés de chez moi.

COLÈRE
Quelle est la chose qui vous fait sortir de vos gonds? Y’en a tellement! Peut-être le fait d’aimer quelqu’un du même genre et d’être montré du doigt. Oui, ça, ça peut me mettre hors de moi.

ORGUEIL
Vous êtes la meilleure du monde en... gratin dauphinois! Je viens d’ailleurs de lancer un défi à une dame que j’ai rencontrée il n’y a pas longtemps, un concours de gratin. Mais j’avoue... le mien est exceptionnel.

LUXURE
A quand remonte votre dernier orgasme musical? Avec mes musiciennes, on est en train de revisiter certains de mes anciens titres et elles m’ont fait des propositions vraiment géniales. Donc je l’ai vécu ce matin, grâce à elles, en réécoutant une de mes chansons.

ADG