Pis Paul

virginie delalande

par Béatrice Meynier - 12 déc. 2019

suivre sa voix

OU COMMENT UNE PETITE FILLE EN SITUATION DE HANDICAP EST DEVENUE LA PREMIÈRE AVOCATE SOURDE DE FRANCE. LE PARCOURS DE VIRGINIE DELALANDE EST ÉLOQUENT. POUR UN PEU, IL NOUS LAISSERAIT SANS VOIX.

Là, sur l'écran, une lumineuse femme de 39 ans. Volubile, brillante, Virginie Delalande explique à cette animatrice TV comment et pourquoi elle est devenue avocate. Un cursus classique? Pas tout à fait. Car Virginie est sourde profonde de naissance. Et cette femme de tête et de cœur a du se battre depuis l'enfance. Contre son handicap, contre les préjugés, contre l'inertie, contre la discrimination. Il lui a fallu apprendre à lire sur les lèvres, à former des mots sans en avoir jamais entendu le son, à supporter le regard des autres. Avec des hauts et des bas, avec une volonté farouche et parfois des envies de raccrocher. Mais sans jamais lâcher.
Juriste, avocate, elle a également créé Handicapower pour ''aider toutes les personnes qui se sentent bloquées par des peurs ou des croyances limitantes'' au travers de conférences ou de séances de coaching. Mariée et maman de deux enfants, Virginie Delalande est aujourd'hui une femme pleinement épanouie.

Activmag : Quel est votre principal trait de caractère ?

Virginie Delalande : Rebelle, sans aucun doute.

Quel genre d’enfant étiez-vous ?
Plutôt dégourdie, pleine de vie.

Comment et quand avez-vous pris conscience de votre différence ?
A 8 ans, lors d’une fête pour un anniversaire de mariage. Une petite fille a refusé de jouer avec moi car je parlais mal et elle ne me comprenait pas. Puis son grand frère lui a répondu «sois gentille avec elle, elle est handicapée». C’est là où j’ai ressenti pour la première fois la violence d’une étiquette.

Quel sentiment cela a généré ?
Une grande incompréhension, puis une profonde tristesse...

Quel métier rêviez-vous de faire à cette époque ?
Je me voyais bien devenir vétérinaire.

Pourquoi avoir ensuite choisi le métier d'avocate ?
Pour donner la parole à ceux que personne n’écoute.

Qui vous a inspiré dans ce choix ?
Ma maman m’a mise sur la voie... Je suis née dans une famille qui me considérait comme une enfant normale et pensait que tout était possible pour moi.

Pensez-vous qu'une certaine tendance au défi ou un goût pour la provocation vous ait guidé ?
Une tendance au défi, oui, car je ne supportais pas qu’on me mette des barrières que je ne me mettais pas moi-même, et une tendance à la provocation indirecte, car je n’ai jamais aimé qu’on me donne des contraintes sans une explication rationnelle pour les justifier. La décision arbitraire m’a toujours révoltée.

Vos moteurs pour avancer ?
Plus jeune, l’envie de prouver que «oui, j’étais capable» et que même si j’étais blonde et sourde, j’étais tout aussi intelligente que n’importe qui. Aujourd’hui, je souhaite changer le regard de la société sur le handicap. J’en ai assez de cette image négative, d’incapacité, accolée au mot «handicap».

Qu'est ce qui vous a donné la force de poursuivre votre parcours ?
Le sentiment d’injustice et cette chance d’avoir accès au droit, parce qu’à moi on ne pouvait plus dire «c’est comme ça...» «c’est la loi !». Je pouvais le vérifier facilement.

Votre plus belle victoire ?
Celle d’avoir prouvé que tout était possible si nous y croyons vraiment.

Votre plus grand découragement ?
Lorsque j’ai perdu le goût à la vie...

Votre plus grande fierté ?
Lorsque des personnes en situation de handicap me disent : «grâce à toi, je n’ai plus honte de mon handicap ! Enfin, on en parle de manière positive. Merci !».

Le rêve que vous voulez réaliser ?
Écrire un livre...

Quelles valeurs souhaitez-vous transmettre à vos enfants ?
La confiance en soi, l’empathie, la générosité et la passion.

La plus grande injustice ?
Celle de ne pas être considérée à sa juste valeur, d’être critiquée ou rejetée sur la base d’un étiquette qu’on te colle au front.

Que changeriez-vous dans une autre vie ?
Rien, car tout est apprentissage, tout est leçon, pour nous aider à devenir une meilleure version de nous-même...

Vous pouvez changer le monde. Quelles sont vos priorités ?
Apporter plus de bienveillance, d’empathie et de communication non violente entre les personnes.

Quel message souhaitez-vous diffuser aujourd'hui ?
Si vous avez un handicap, soyez acteur de votre vie. Ne laissez personne décider de votre vie à votre place. Les phrases du style «ce métier n’est pas pour toi», «tu sais, avec ton handicap, ça va être compliqué» n’ont pas à être acceptées ! Qui sont ces personnes pour juger de quoi vous êtes vraiment capable ?

Et si je vous proposais une journée à vivre à une autre époque, laquelle vous tenterait ?
2100, pour savoir si le handicap est encore un sujet....

 

+ d’infos : http://handicapower.com

FAN DE...

Quelle est l'Artiste que vous admirez ?
Miss Tick pour sa liberté d’expression et son côté assumé !

Quelle est l’auteure que vous dévorez ?
Mireille Calmel, pour ses héroïnes à la forte personnalité et pour ses romans captivants.

Votre femme de média préférée ?
Oprah Winfrey.

Quelle femme de l’histoire admirez-vous ?
Simone Veil, pour la femme qu’elle est devenue après avoir vécu l’enfer des camps.

© Catherine de Vaucelles / © Handicapower