toc toques !

au resto
l'azimut, courchevel

par Céline Leclaire - 16 mars 2020

tous azimuts !

AVEC UNE ÉTOILE RETROUVÉE CETTE ANNÉE, LE CHEF FRANÇOIS MOUREAUX DE L’AZIMUT À COURCHEVEL EST SUR UN PETIT NUAGE... DIRECTION UNE CUISINE TOUTE EN DÉLICATESSE, UNE PÉPITE DE GOURMANDISE QUI NOUS ATTIRE COMME UN AIMANT !

8, c’est le nombre de tables étoilées à Courchevel. 14, le nombre d’étoiles au total, soit la plus forte concentration en montagne. La voie lactée n’a qu’à bien se tenir!
Et s’il y a bien un chef qui remercie le ciel cet hiver, c’est François Moureaux. “Quand on nous a enlevé l’étoile, j’ai vraiment été estomaqué... Pareil quand on nous l’a redonnée cette année ! Je ne pensais pas la regagner si vite, beaucoup de clients n’ont même pas eu le temps de voir qu’on l’avait perdue... ” François Moureaux a donc bien relevé la barre, ou le bar qu’il cuisine d’ailleurs au four, accompagné d’endives braisées à l’orange et de crème de Porto.

COURCHEVEL EN TOUTE SIMPLICITÉ !

C’est avec humilité et un bonheur non dissimulé qu’il poursuit sa saison au gré de ses inspirations. Tenant le cap qu’il s’est fixé avec son équipe en 2007 quand il ouvre l’Azimut dans le petit village de Courchevel Le Praz, il s’oriente vers la simplicité, de la cuisine, de l’accueil, du lieu... Et c’est ce qui fait la différence. A quelques minutes à pied des pistes de ski, on vient ici au cœur du village le plus authentique de la station, pour savourer un instant hors du temps et de l’agitation... à un prix très abordable (à partir de 40 euros le menu-déjeuner). Accueilli par la bienveillance et la douceur exceptionnelle d’Elsa (lauréate du Trophée du Maître d’hôtel 2017 s’il vous plaît!) difficile de résister aux délices de la carte qui change 3 fois dans l’hiver au fil des produits de saison.
“C’est au feeling que je crée mes plats... En ce moment, je travaille la celtuce, ou laitue-asperge, une salade qui monte et se prépare comme une asperge et a le goût de laitue avec une légère amertume en bouche. Au printemps, place aux asperges – les vraies –, grenouilles et en bon Jurassien, les morilles, certainement cuisinées au vin jaune !” Dès la neige fondue à Courchevel, François Moureaux rejoindra en effet sa région du Jura et plus particulièrement ses fourneaux d’été à l’Auberge de La Poutre (à Bonlieu). Donc forcément, l’hiver, c’est un peu de ce terroir que l’on retrouve dans ses assiettes: le vin jaune se marie tellement bien avec le génépi!

+ d'infos : http://restaurantazimut.com/fr

04 79 06 25 90 - Le Praz Courchevel

Photo : Anthony Cottarel