toi+moi+eux

tout nu et tout bronzé

par Mélanie Marullaz - 22 juin 2018

à découvert

Ah, la douceur du soleil sur la peau, le souffle du vent, la caresse de l’eau… Pour en profiter pleinement, plus de 2 millions de français préféreraient tomber le maillot. Avec des motivations plus philosophiques qu’esthétiques, ces sans-culottes-là n’ont pas pris la bastille, mais c’est avec la nature qu’ils communient, depuis plusieurs siècles déjà.

"Enlever ses vêtements, c’est comme déposer les principes qu’on nous a inculqués, laisser tomber les barrières. Une fois que le pas est franchi, en 10 minutes, un naturiste est né, car il est convaincu par les principes de tolérance et de respect d’autrui. Ici, il n’y a pas de critique, les différences physiques ou sociales, on ne les voit plus”. Christine Desrues est présidente du Club du Soleil Savoie Nature, dans son «petit coin de paradis» en pleine montagne, au-dessus du bassin chambérien, elle accueille, dès que le temps le permet, les 70 licenciés du Club et une cinquantaine de visiteurs occasionnels. “C’est convivial et extrêmement calme, avec, dans cette manière de vivre, un petit côté rebelle quand même.” En France aujourd’hui, près de 2,6 millions de personnes pratiquent le naturisme régulièrement ; 13,4 millions occasionnellement et 6,8 autres millions, s’ils ne s’y sont pas encore essayés, sont intéressés (étude réalisée en février 2017 par France 4 Naturisme, leader français des campings naturistes).

Mais commençons par le commencement : il y a nu et nu. Si le nudisme consiste à se dépoiler dans un espace public, acte répréhensible par l’article 222-32 du Code pénal, le naturisme, lui, est un projet de société. Et oui, parce que dans naturisme, il y a «nature» - les journalistes sont aussi là parfois pour enfoncer des portes ouvertes - il s’agit donc, à travers la nudité, de vivre en accord avec les éléments, dans un cadre établi, un espace reconnu par la loi, où la règle est justement d’être nu et où l’on s’abstrait des contingences matérialistes.

EX-PEAU-SITION THÉRAPEUTIQUE

Rebroussons poil, euh… chemin. Le mot «naturiste» serait apparu dans la langue française en 1778, dans le titre d’un ouvrage publié par le médecin belge Antoine Planchon. Il y évoque une nouvelle forme de médecine, suivant des règles de vie en adéquation avec la nature. Cette philosophie se développe surtout au siècle suivant, avec l’approche hygiéniste de la médecine et l’idée que les maux du corps peuvent trouver remède auprès d’une nature réparatrice plutôt que dans les médicaments.

Les Allemands sont à la proue du mouvement, proposant, en guise d’alternatives à la chimie, des cures d’eau (froide), mais aussi des bains d’air ou de soleil, pris dévêtus, accompagnés d’exercices et d’une alimentation à dominante végétarienne, sans alcool, café ni tabac.

 ENLEVER SES VÊTEMENTS, C’EST COMME DÉPOSER LES PRINCIPES QU’ON NOUS A INCULQUÉS, LAISSER TOMBER LES BARRIÈRES. 

NUS ET RECLUS

“Il n’est pas douteux que la peau reprend de sa vitalité et de son activité naturelles quand elle est librement exposée à l’air, à la lumière, aux phénomènes changeants du dehors. La transpiration n’est plus gênée, les fonctions de l’organe rétablies ; il redevient plus souple et plus ferme à la fois ; il ne pâlit plus comme un plante isolée privée de jour(1).” Ça, c’est le géographe et théoricien anarchiste français Elysée Reclus, qui l’écrit, au début du 20ème siècle. Ecologiste avant l’heure, il est l’un des premiers à associer naturisme et nudité. Il en fait un angle d’attaque - une belle idée finit toujours par être récupérée - pour opposer les lois de la nature aux lois sociales, avec la conviction que les modes de vies, et la mode tout court, les tabous et les hypocrisies dominant la société sont erronés.

VACANCES PLEINE PEAU

Entre les deux guerres, le mouvement naturiste prend de l’ampleur. Après le Sparta Club, premier club naturiste français créé en 1920 par l’aristocrate breton Kienné de Mongeot, deux frères médecins, Gaston et André Durville, fondent la «Société Naturiste» ainsi que deux centres : Physiopolis, sur l’Ile du Platais dans les Yvelines, et Héliopolis, sur l’Ile du Levant, une des îles d’Hyères… Des lieux fermés, à l’abri des regards. Le dévêtissement est encore hors-la-loi, même sur ces îles, la nudité intégrale est donc interdite aux adultes, les slips de bain et maillots deux-pièces étant déjà considérés comme des tenues d’avant-garde.

Mais c’est un couple, Albert et Christiane Lecocq, qui posera, en 1946, les fondations du naturisme tel qu’on le connaît aujourd’hui, avec l’ouverture du 1er Club du Soleil en région parisienne. La section de Chambéry, elle, verra le jour dans les années 60, et le CS Alpes Léman, regroupant les naturistes de Haute-Savoie et du Genevois, à la fin des années 70. Quatre ans plus tard, le couple Lecocq crée la Fédération Nationale du Naturisme (FFN) et ouvre le premier camping naturiste de France à Montalivet en Gironde. Il reste, à ce jour, le plus grand du monde avec 12 000 visiteurs par an. Les départements savoyards, eux, restent un peu frileux : pas de centres de vacances sur notre territoire, mais des terrains appartenant aux Clubs, ou de rares lieux réservés à la pratique, comme la Plage de la Pinède, sur les bords du Léman, à Thonon-les-Bains.

PEAUX NEUVES ?

Réglementée et abritée, la nudité en collectivité suscite, aujourd’hui encore, une curiosité qui n’est pas toujours bien intentionnée. Echangisme, voyeurisme, exhibitionnisme… Méconnaissance, préjugés et sur-médiatisation de destinations sulfureuses, comme le Cap d’Agde, ont associé la pratique à des déviances très éloignées de sa philosophie d’origine. Mais “nudité ne rime pas avec sexualité”, insiste Christine Desrues. Les adeptes du bronzage à l’air libre l’ont bien compris, qui sont chaque année plus nombreux et plus jeunes : +13% depuis 2016 dans les établissements du groupe France 4 Naturisme, avec 14% de moins de 40 ans chez les nouveaux pratiquants (contre 6% chez les clients fidèles). Les vacances à découvert redeviendraient-elles peau-pulaires ?

+ d’infos :
clubsoleilsavoienature
.fr
csalpesleman.com
ffn-naturisme.com

(1) L’Homme et la Terre, Elisée Reclus, 1905-1908

© celinehamelin / © France 4 Naturisme