toi mon toit

albertville,
travaux d'hiver !

par Béatrice Meynier - 15 nov. 2018

albertville suit... savoie !

Cité olympique, elle en conserve l’héritage tout en tournant doucement la page. Des quartiers fragiles jusqu’au centre-ville, la commune casse des briques, (re)fait des murs et trace sa route vers le futur.

LA CONTAMINE DROIT DE CITÉ

Pour accéder à ce vaste ensemble immobilier des années 80, il faut d’abord monter sur un trottoir, puis se faufiler entre une maison et un terrain vague ! Une zone enclavée, à la sulfureuse réputation, qui doit laisser place dans les prochaines années à un nouveau quartier paysager.

Maire depuis 2017 (auparavant premier adjoint), Frédéric Burnier Framboret en fait un objectif majeur : “C’est un quartier prioritaire sur lequel il faut focaliser nos énergies. Très engageant et structurant pour la ville, ce projet doit nous permettre de désenclaver cette zone et de sortir de cette problématique de trafics, de violences et d’incivilités”.

Pour mener à bien cette action, la commune a signé un protocole avec l’Etat, la Région, la Communauté d’Agglomération ; et s’appuie sur le bailleur social Val Savoie Habitat. Après le relogement d’une soixantaine de familles et la démolition à terme des trois blocs existants, la construction du nouvel écoquartier s’accompagnera de l’aménagement de nouvelles voies d’accès et de la création de places de stationnement. “L’idée est aussi de faire le lien entre les quartiers d’habitation et la proche zone commerciale, tout en amenant des commerces et des services de proximité”, précise le premier magistrat.

Pris en compte dans l’opération, le terrain privé de 2,5 hectares qui borde la zone est en cours de rachat par la Communauté d’Agglomération afin d’être revendu à des promoteurs. L’occasion pour les vaches qui y pâturent encore, d’aller voir quelle sorte d’herbe on broute ailleurs...

 

VAL DES ROSES CHACUN SA TOUR

Les tours Sainte Thérèse dressent leurs quinze étages respectifs dans le quartier du Val des Roses. Représentatives des logements sociaux des années 70, elles ne seront bientôt plus uniquement dédiées à l’habitat.

L’architecte haut-savoyard Maurice Novarina connaît un nouvel engouement, tandis que le quartier du Val des Roses qu’il a contribué à créer se transforme doucement. Inoccupés, un certain nombre de logements devraient être transformés à l’horizon 2020.

“Nous prévoyons de réhabiliter deux des tours. Et après relogement des habitants restants, nous souhaitons restructurer entièrement la troisième pour en faire un bâtiment de services avec une rentabilité locative”, expose le maire Frédéric Burnier Framboret. “Nous aimerions implanter une «Académie de la montagne» qui permettrait à des organismes de formation axés sur les métiers de la montagne de délivrer leurs enseignements, en disposant de salles de cours et de logements sur place. De par sa localisation, Albertville est légitime dans ce domaine et l’emplacement du quartier du Val des Roses, à proximité de la gare et de la Halle Olympique, en fait un site parfaitement adapté”.

Budgété à hauteur de 5 millions d’euros, le projet est porté par la commune, la Communauté d’Agglomération et la Région.

 

MAISON DE L’ENFANCE LE GRAND JEU !

S’insérant au cœur des quartiers fragilisés, l’ancien stade Banneton va servir de terrain de construction à une Maison de l’enfance.

Un restaurant scolaire, un relais dédié aux assistantes maternelles, une crèche, un centre de loisirs, une halte-garderie. Les travaux démarrent tout juste, mais dès l’hiver 2019, le complexe permettra aux familles et aux professionnels de bénéficier d’un large panel de services.

Pour faciliter l’accès à la Maison de l’enfance tout en reliant les quartiers de La Contamine et du Val des Roses, la mairie prévoit l’aménagement d’un chemin passant sous la voie ferrée.

Le projet de 5 millions d’euros est essentiellement pris en charge par la Région (à hauteur d’1,5 million), la commune et diverses structures publiques et de financement.

 

RUE DE LA RÉPUBLIQUE WORKS IN PROGRESS

Un gigantesque chantier à ciel ouvert ! C’est le visage inattendu qu’arbore depuis plusieurs mois la rue de la République, axe central de la ville. Et ça va durer encore un peu...

Précisément jusqu’à la fin du mois de novembre, avant que les travaux ne soient interrompus, puis repris de février à mai 2019. Reconnaissant les inconvénients générés, le maire Frédéric Burnier Framboret les tempère et souligne la nécessité de l’opération : “Le réseau d’origine datait de 1906 ! L’idée première du chantier actuel est de mettre en séparatif les eaux usées et pluviales, ce qui va nous permettre de réaliser des économies de traitement de l’eau. Nous en profitons aussi pour créer une galerie technique abritant, entre autres, le passage de la fibre et du chauffage urbain. Et nous réaménageons totalement la rue commerçante. Au final, une année de travaux va permettre d’en éviter plusieurs!”. La future rue de la République disposera toujours d’une seule voie de circulation, mais avec un stationnement unilatéral. Il n’y aura plus de trottoirs, mais une légère démarcation entre la zone de circulation des piétons et la chaussée sur laquelle la vitesse sera limitée à 20 km/heure.

 

REGROUPEMENT OPTIM’ HALLE

Empreinte des JO de 1992, la Halle Olympique d’Albertville avait déjà subi une 1ère vague de travaux entre 2013 et 2015, conservant son aspect sportif, avec le mur d’escalade et la patinoire, mais lui permettant aussi de recevoir de grands événements dans ses deux salles : l’espace glace et l’espace polyvalent - celui-ci peut d’ailleurs accueillir aujourd’hui plus de 9000 personnes en configuration spectacles/concerts - . La seconde phase de travaux, entamée en 2017, concerne une extension de 1660m2 dans laquelle s’installeront la billetterie de la halle (novembre 2018), la Maison du Tourisme (janvier 2019) et la Maison de la Montagne et de l’Olympisme, en remplacement de l’actuelle Maison des Jeux (fin 2019). Le restaurant à l’étage, agrandi, a quant à lui déjà repris son activité début octobre.

©Ville d’Albertville / ©Pierre Morel